Monde

Les dernières infos sur l'Egypte: 1 mort et 400 blessés mercredi

Slate.fr, mis à jour le 02.02.2011 à 19 h 14

Des affrontements entre pro et anti-Moubarak, le 2 février 2011, place Tahrir. REUTERS/Goran Tomasevic

Des affrontements entre pro et anti-Moubarak, le 2 février 2011, place Tahrir. REUTERS/Goran Tomasevic

  • Neuvième jour de manifestations mercredi 2 février en Egypte pour demander le départ du président Hosni Moubarak.
  • Les manifestants pro et anti-Moubarak s'affrontent violemment place Tahrir, le bilan officiel fait état d'un mort (un militaire) et de 400 blessés.
  • Moubarak a annoncé à la télévision qu'il n'a pas l'intention de s'enfuir, mais qu'il ne briguera pas un nouveau mandat.
  • Obama demande que la transition «commence maintenant»

- Mercredi 2 février -

Pro et anti-Moubarak s'affrontent place Tahrir

19h07 [Le Figaro] Un homme est mort et 403 personnes ont été blessées dans les heurts survenus sur la place Tahrir mercredi, selon le ministère égyptien de la Santé cité par la télévision d'Etat. Toujours selon la même source, l'homme mort serait un militaire.

17h52 [Al Jazeera] Selon les correspondants d’Al Jazeera, plus de 500 personnes ont été blessées dans les affrontements de mercredi, qui continuent place Tahrir, au Caire. Toujours selon la chaîne arabe, l’armée semble laisser faire et même encourager les affrontements. Selon les dernières informations, la place Tahrir est toujours contrôlée par les manifestants de l’opposition, même si les partisans de Moubarak ont gagné du terrain.

16h56 [Twitter] Le porte-parole du département d'Etat américain Philip J. Crowley appelle toutes les parties à éviter la violence:

«Nous réitérons nos appels à toutes les parties en Egypte à la modération et à éviter la violence. Le chemin de l'Egypte vers le changement démocratique doit être pacifique.»

16h23 [Al Jazeera] La dernière vidéo mise en ligne par Al Jazeera sur les violences place Tahrir. Un manifestant de l'opposition affirme que les pro-Moubarak ont bloqué les accès à la place.La chaîne rapporte également que des partisans de Moubarak ont pris position à des endroits surélevés de la place et jettent des cailloux sur les manifestants de l'opposition.

16h14 [The Atlantic] Chris Bodenner fait un tour d'horizon des journalistes qui ont rapporté s'être fait attaquer ou menacer en Egypte ces dernières heures, alors que la tension est montée d'un cran place Tahrir. Des reporters de CNN, et notamment le journaliste star de la chaîne américaine Anderson Cooper, ont notamment été attaqués, tandis que des hommes ont essayé de détruire leurs caméras. Cooper affirme s'être fait frapper à la tête dix fois.

15h49 [Twitter] Le journaliste du New York Times Nicholas Kristof, qui se trouve place Tahrir, écrit sur son compte Twitter:

«Mubarak semble vouloir organiser la répression non pas avec l'armée ou la police, mais avec des voyous. Ils sont armés et brutaux.»

Kristof ajoute dans d'autres messages:

«De mon côté de la place Tahrir, les pro-Moubarak sont arrivés dans des bus, armés de machettes, de rasoirs et de clubs de golf, très menaçants»

«A Tahrir, les voyous pro-Moubarak contre les journalistes. Plusieurs journalistes ont été attaqués. J'ai été menacé, mais je vais bien»

15h45 [Channel 4 News via Twitter] Le ministre de l'Intérieur égyptien dément les accusations de l'opposition selon lesquelles des policiers en civil sont impliqués dans les affrontements.

14h51 [YouTube] Russia Today vient de télécharger sur YouTube des images de la place Tahrir où l'on peut clairement voir un groupe d'hommes montant des chevaux et même un chameau arriver sur la place Tahrir au Caire. La foule s'écarte d'abord, puis quelques manifestants s'approchent des cavaliers, dont un est mis à terre et passé à tabac.

14h10 [Al Jazeera] Des affrontements entre manifestants pro et anti-Moubarak ont éclaté sur la place Tahrir, au Caire, où s’étaient réunis la veille environ un million de manifestants dans une ambiance pacifique. Les manifestants des deux côtés ont commencé à se lancer des pierres. Un correspondant d’Al Jazeera sur place rapporte qu’un mouvement de foule provoqué par les affrontements a fait 15 blessés sur la place Tahrir. L’armée, qui est toujours présente sur la place, n’est pour le moment pas intervenue. Plusieurs groupes se sont battus à mains nues ou avec des armes de fortune.

L’opposition accuse des policiers en civil d’être responsables des affrontements, et a déclaré dans un communiqué:  

«Des membres des forces de sécurité habillés en civils et des voyous ont pris d’assaut la place Tahrir.»

Des affrontements avaient déjà eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi à Alexandrie entre partisans de Moubarak et opposants, comme on peut le voir sur les images ci-dessous.

Les communications rétablies

12h15 [Twitter, Huffington Post] Internet est de retour au Caire ce mercredi 2 février, au moins partiellement. Après une interruption de 5 jours, certains blogs et comptes twitter ont manifesté leur présence. Le blackout concernait aussi les services téléphoniques. Les agences AP et AFP ont confirmé le retour du réseau. Par ailleurs, le couvre-feu a été allégé au Caire et dans d'autres villes mais l'accès aux réseaux sociaux semblaient encore difficile et les égyptiens continueraient d'utiliser des proxys pour communiquer. Dans le même temps. Al Jazeera assure que ses émissions sont continuellement brouillées par le gouvernement à cause de satellite.

«Internet est de retour en #Egypt. Bienvenue à nos merveilleux amis égyptiens de retour. Vous nous avez manqué.»

Le blogueur égyptien Sandmonkey écrit sur son compte:

«Beaucoup de gens parlent dans les rues, disent que c'est assez bien comme cela & que nous ne devrions pas oublier ce que Moubarak a fait pour nous. L'ironie me rend perplexe.»

L'armée demande la fin des manifestations

[CNN, Reuters] Un porte-parole du ministère de la Défense a appelé les manifestants à rentrer chez eux et à reprendre une vie normale:

«Les forces armées vous lancent un appel. [...] Vous êtes descendus dans la rue pour faire entendre vos exigences et vous seuls êtes en mesure de permettre le retour à la vie normale. […]Votre message a été reçu […] Vos demandes ont été entendues. Et nous sommes ici pour protéger le pays pour vous… non pas par la force mais par l’amour de l’Egypte. Il est temps de retourner à une vie normale.»

[Associated Press] Des milliers de partisans de Moubarak défilent dans les rues mercredi matin, quelques heures après le discours de Moubarak dans lequel il promettait qu’il «mourra sur le sol égyptien». L’armée a séparé une vingtaine de partisans de Moubarak et 1.000 opposants qui s’affrontaient sur la place Tahrir. Des images d’Al Jazeera montrent également des affrontements entre pro et anti-Moubarak à Alexandrie.

[Elysée] Dans un communiqué qui ressemble beaucoup à la déclaration de Barack Obama, en plus court, la présidence française «réitère son souhait qu'un processus de transition concret s'engage sans tarder»:

«A la suite du discours du Président Moubarak, le Président de la République réitère son souhait qu'un processus de transition concret s'engage sans tarder et permette de répondre au désir de changement et de renouvellement exprimé avec force par la population.

Il appelle tous les responsables égyptiens à tout faire pour que ce processus crucial se déroule sans violence.

Liée à l'Égypte par une ancienne et profonde amitié, la France renouvelle son appui aux aspirations des Égyptiens pour une société libre, démocratique et diverse. Elle sera aux cotés de tous ceux qui entendent conserver un caractère pacifique et exemplaire à l'expression et à la satisfaction de ces attentes légitimes.»

Obama lâche Moubarak

[Maison blanche, Washington Post] Le président américain Barack Obama s’est entretenu 30 minutes avec Moubarak peu après le discours télévisé de ce dernier, et a ensuite fait une déclaration officielle dans laquelle il fait l’éloge des manifestants et demandé à ce que la transition politique commence immédiatement:

«Ce n’est le rôle d’aucun autre pays de choisir les dirigeants égyptiens. Seul le peuple égyptien peut le faire. Ce qui est clair, et ce que j’ai dit au président Moubarak ce soir, c’est que je crois qu’une transition ordonnée doit être positive, pacifique, et doit commencer maintenant.

De plus, le processus doit inclure un large spectre de voix égyptiennes et de partis de l’opposition. Il doit entraîner des élections libres et justes. […]

Au cours de ces derniers jours, la passion et la dignité dont a fait preuve le peuple égyptien est une inspiration pour les peuples du monde entier, y-compris ici aux Etats-Unis, et pour tous ceux qui croient dans le caractère inéluctable de la liberté humaine.»

Pour le Washington Post, le discours d'Obama était minutieusement calibré pour ne pas demander publiquement le départ de Moubarak, tout en suggérant qu'il se mette à l'écart de lui-même. Une source à la Maison blanche a confié au journal que le passage le plus important du discours était le mot «maintenant».

- Mardi 1er février -

Moubarak ne quittera pas le pouvoir, mais ne briguera pas un nouveau mandat

22h40 [REUTERS] Hosni Moubark a annoncé à la télévision qu’il ne quitterait pas le pouvoir mais qu’il ne briguerait pas un nouveau mandat lors des élections prévues en septembre:

«Le Hosni Moubarak qui vous parle aujourd’hui est fier de ses résultats accomplis pendant les années au cours desquelles il a servi l’Egypte et ses habitants. (…) Ceci est mon pays. C’est le pays où j’ai vécu, pour lequel je me suis battu, défendu ses intérêts et sa souveraineté. Et c’est l’endroit où je mourrai.»

Moubarak s’est également engagé à introduire une série de réformes, et a demandé à la justice de combattre la corruption.

À LIRE ET À REGARDER SUR SLATE ET SLATEAFRIQUE:

Les meilleures blagues sur Moubarak

Reportage au coeur des manifestations du 25 janvier au Caire

Moubarak, 10e de notre Top 10 des dictateurs les mieux élus au monde, et doyen de la liste

Si Moubarak tombe, il sera remplacé par un militaire. Mais lequel?

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte