Tech & internet

Google, ce gamin «sociopathe»

Temps de lecture : 2 min

Henry Porter, éditorialiste dans The Observer, l'édition dominicale du Guardian, juge que Google est une «menace amorale». L'empire «toujours plus grand ne produit rien mais semble déterminé à tout contrôler.»

Exactement 20 ans après la création du Web, des compagnies toujours plus importantes acquièrent un monopole inquiétant sur le web, dit le journaliste. Google est la plus grande de toute.

Un exemple: le conflit qui oppose sa plate-forme de vidéos YouTube aux compagnies de disques et aux chanteurs. Le moteur de recherche préfère enlever les vidéos musicales plutôt que de payer à chaque lecture.

Google ne serait donc «qu'un parasite» qui profitent des contenus créés par des gens qui ont investi du temps et de l'argent, comme les journaux par exemple. Le moteur de recherche aurait aussi des comportements contestables dans sa manière de censurer une partie de la toile chinoise à la demande du gouvernement et dans son utilisation de Street View qui entre dans la vie privée des gens et «facilitent la tâche des cambrioleurs».

Henry Porter compare donc l'entreprise créée en 1998 à un gamin «de 11 ans qui n'a rien connu sauf le succès» et chez qui on détecte des tendances «déliquantes et sociopathes».

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Des hackers révèlent les données personnelles d'un millier d'officiers biélorusses

Des hackers révèlent les données personnelles d'un millier d'officiers biélorusses

Les militant·es anti-Lukashenko estiment que les forces de l'ordre ne doivent plus être anonymes.

L'ambassadeur de Chine au Royaume-Uni «like» un tweet porno, une enquête est demandée

L'ambassadeur de Chine au Royaume-Uni «like» un tweet porno, une enquête est demandée

L'ambassade parle d'une «attaque vicieuse» de pirates informatiques.

Les visioconférences sont plus fatigantes que les vraies réunions

Les visioconférences sont plus fatigantes que les vraies réunions

L'impression d'être observé·e et l'absence de frontières entre la sphère privée et le travail induisent un niveau d'anxiété plus important qu'à l'accoutumée.

Newsletters