Monde

Polémique sur un tremblement de terre «prévisible»

Temps de lecture : 2 min

Un chercheur avait annoncé la catastrophe

 

 

(Article actualisé régulièrement avec les dernières informations autour de la polémique)

Le tremblement de terre de L'Aquila était-il prévisible? La polémique enfle déjà en Italie. Dans les jours qui ont précédé la catastrophe, plusieurs épisodes sismiques ont inquiété les populations du centre de l'Italie. Depuis octobre, pas moins de 200 secousses se sont produites dans la région de l'Aquilla.

De manière générale, les scientifiques estiment qu'il est impossible de prévoir un séisme avec exactitude. Mais Giampaolo Giuliani, un chercheur italien, avait noté une forte activité sismique dans les jours précédant le tremblement de terre, et que les secousses s'amplifiaient depuis trois jours. «Le tremblement de terre était prévisible» a-t-il confié au Corriere della Sera, «et j'avais prévenu qu'il allait y avoir un séisme désastreux.»

Problème: Giuliani avait prédit le tremblement pour le dimanche 29 mars. Le 1er avril, la presse italienne parle d'un chercheur qui sème la panique en prédisant un tremblement de terre entre l'Aquila et Sulmona. Guido Bertosalo, le chef de la protection civile, s'emporte contre «les imbéciles qui s'amusent à envoyer de fausses alertes», une attaque dirigée entre autres contre Giuliani.

Depuis la catastrophe, le chercheur fait la une de tous les sites d'information italiens, et affirme, «Il y a des personnes qui me doivent des excuses et qui auront sur la conscience le poids de ce qui s'est passé.» Giuliani est même devenu l'«anti Bertolaso» pour les internautes italiens, qui lui témoignent leur solidarité sur Facebook. En milieu d'après-midi, le Président de la province de l'Aquila attaque à son tour Bertolaso, coupable selon lui d'avoir sous-estimé les alertes des scientifiques. «C'est une tragédie annoncée. Les alertes des jours précédents ont été sous-estimées.»

C'est au tour de M. Bertolaso de devoir répondre aux questions pressantes de la presse transalpine. «Nous savions que cette région a une forte activité sismique, et nous avons bien entendu porté attention aux secousses qui s'y sont produites depuis plusieurs semaines. Mais tout le monde sait qu'il est impossible de prevoir avec certitude un tremblement de terre.» Silvio Berlusconi a déclaré qu'il ne servait à rien de chercher des coupables, répétant lui aussi qu'il est impossible de prévoir un séisme. «Ce genre de polémique resurgit à chaque tremblement de terre» a déclaré le chef du gouvernement italien.

Le blog earthquake.it, qui recense toutes les secousses sismiques observées en Italie, montre bien que la région autour de L'Aquila était le centre d'une forte activité au cours des dernières semaines. On peut également y voir les détails des nombreuses répliques qui ont suivi le tremblement principal.

Le Telegraph revient quant à lui sur l'histoire de L'Aquila, une ville marquée par les tremblements de terre depuis sa naissance au 13e siècle.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

(Photo: earthquake.it)

Slate.fr

Newsletters

En Australie, une loi datant de 1984 autorise les écoles religieuses à virer ou refuser des employés ou des élèves LGBT

En Australie, une loi datant de 1984 autorise les écoles religieuses à virer ou refuser des employés ou des élèves LGBT

Un récent rapport du Gouvernement vise à remettre au goût du jour cet Acte sur la discrimination sexuelle, toujours en vigueur.

De nouvelles publicités pro-Brexit sur Facebook, financées par un mystérieux site d'«informations»

De nouvelles publicités pro-Brexit sur Facebook, financées par un mystérieux site d'«informations»

Ces publicités invitent les utilisateurs à écrire à leurs députés afin de les inciter à rejeter le plan Chequers, qui régule les futures relations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Des journalistes de The Atlantic estiment que plus de 350 journalistes ont perdu leur emploi en partie en raison des statistiques données par Facebook.

Newsletters