Monde

Berlusconi, Merkel et le portable

Temps de lecture : 2 min

A la limite de l'incident diplomatique.

Faut-il bannir les téléphones portables des sommets des chefs d'Etat? Samedi, raconte Jean Quatremer, «On a frôlé l'incident diplomatique» entre Angela Merkel et Silvio Berlusconi. Au moment où le président du Conseil italien descend de sa voiture, son portable sonne. Il répond et fait signe à la chancelière allemande qui l'attend qu'il doit poursuivre la conversation. Berlusconi s'éloigne, faisant les cent pas le long du Rhin.

«Celle-ci, sidérée, sourit de l'air de celle qui n'en attend pas moins du fantasque premier ministre italien poursuit le journaliste de Libération sur son blog. Le temps passe et l'ensemble des chefs d'État et de gouvernement finit par arriver. A plusieurs reprises, Merkel, hilare, montre Berlusconi à ses invités qui ne cachent pas leur étonnement devant tant de désinvolture. Celui-ci poursuit néanmoins sa conversation. Lassée, la chancelière décide de ne pas l'attendre et, aux côtés de Barack Obama, elle franchit la passerelle. Berlusconi loupera l'ensemble de la cérémonie et la photo de famille».

Berlusconi négociait avec son homologue turc, le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan afin de le convaincre de lever son veto à la nomination du premier ministre danois, Anders Fogh Rasmussen, au poste de secrétaire général de l'OTAN.

En savoir plus:

Newsletters

En Chine, un homme a dû verser 6.300 euros à son ex-femme pour les tâches domestiques effectuées

En Chine, un homme a dû verser 6.300 euros à son ex-femme pour les tâches domestiques effectuées

Depuis le 1er janvier 2021, une loi permet au conjoint qui s'occupe des tâches ménagères et des enfants de demander une compensation financière lors du divorce.

Certains organismes terrestres pourraient survivre sur Mars

Certains organismes terrestres pourraient survivre sur Mars

Les bactéries ont été envoyées dans la stratosphère terrestre, dans des conditions similaires à celles de la planète rouge.

Ce que la damnatio memoriae, cancel culture de la Rome antique, nous dit sur l'après-Trump

Ce que la damnatio memoriae, cancel culture de la Rome antique, nous dit sur l'après-Trump

En souhaitant effacer de l'histoire certaines personnalités, les Romains ont fait tout le contraire. Une leçon à méditer, surtout avec des ex-dirigeants comme Trump.

Newsletters