Monde

Les choses les plus folles attribuées au Mossad

Joshua Keating, mis à jour le 13.01.2011 à 17 h 19

Le Mossad serait-il victime de sa réputation? Au Moyen-Orient, l'agence de renseignement israélienne alimente les rumeurs les plus fantaisistes.

Bruce! by Lunchbox Photography via Flickr CC License By

Bruce! by Lunchbox Photography via Flickr CC License By

De Munich à l’assassinat de Mabhouh, l’agence de renseignement israélienne a mené à bien quelques opérations franchement délicates en son temps. Mais dernièrement, les médias et les politiciens du Moyen-Orient ont laissé leur imagination s’emporter afin d'échafauder des scénarios plutôt fantasques.

Le protocole des vautours de Sion

Pays: Arabie saoudite

Le complot: les scientifiques israéliens dressent des vautours à espionner les pays arabes.

Les preuves: Début janvier, près de la ville rurale d’Hayel, les forces de sécurité d’Arabie Saoudite ont capturé un vautour vivant portant un bracelet marqué «université de Tel Aviv». Les scientifiques israéliens affirment que l’oiseau appartenait à une étude sur les migrations, mais les habitants ont confié aux médias qu’il faisait plus probablement partie d’un «complot sioniste». Sur les sites Internet saoudiens, la théorie du dressage d’oiseaux-espions israéliens s’est enflammée.

Les chercheurs de l’université de Tel Aviv affirment que plusieurs vautours ainsi marqués ont atteint l’Arabie Saoudite depuis le début de l’étude. La plupart sont probablement morts, mais l’un d’entre eux est encore quelque part dans le pays—sans nul doute en train de rassembler des renseignements vitaux pour le compte de l’entité sioniste—et pour l’instant, «R65», celui qui a été capturé, n’a montré aucune velléité de dénoncer son camarade.

Les dents de Jérusalem

Pays: Égypte

Le complot: Le Mossad lâche des requins dans la mer Rouge pour nuire à l’industrie touristique égyptienne.

Les preuves: Depuis 1975 et Les dents de la mer du cinéaste notoirement sioniste Steven Spielberg, rien n’est plus efficace pour ruiner une saison touristique qu’un requin en liberté. C’est exactement ce qui s’est produit cet hiver quand cinq baigneurs ont été attaqués (dont un mortellement) par un requin sur la côte égyptienne de la mer Rouge près de Sharm El Sheik, une destination très touristique.

Comme si cela ne suffisait pas, d’aucuns ont avancé qu’il ne s’agissait peut-être pas d’un requin ordinaire. Dans le programme télévisé populaire Egypt Today, un expert identifié comme «le capitaine Mustafa Ismail, célèbre plongeur de Sharm el-Sheikh»,  a prétendu que la côte égyptienne n’était pas un habitat naturel des requins des océans, et que quelqu’un avait dû les introduire dans ces eaux. Ismail a expliqué qu’un de ses amis plongeurs de la ville balnéaire israélienne d’Eilat avait récemment trouvé un petit requin avec un GPS sur le dos, ce qui prouvait qu’il avait été envoyé pour infiltrer la côte égyptienne.

Le gouverneur de la péninsule égyptienne du Sinaï a mis de l’huile sur le feu en affirmant: «Ce qui a été dit sur la possibilité que le Mossad ait lâché le requin tueur dans la mer pour frapper le tourisme en Égypte n’est pas hors de question. Mais il faudra du temps pour le confirmer».
Cependant, les biologistes marins égyptiens ont écarté ces théories, et ont qualifié de «triste» le fait que la télévision d’État ait contribué à diffuser la théorie du complot. Pour ce qui est du requin lui-même, un autre communiqué de presse (douteux) suggère qu’il a été tué par un touriste serbe saoul qui lui aurait atterri sur la tête après avoir sauté dans l’eau depuis un plongeoir.

Le heavy métal des Maccabées

Pays: Turquie

Le complot: Le Mossad a organisé une soirée métal avec des Allemands adeptes du shock-rock pour embarrasser les Turcs.

Les preuves: Le festival Sonisphere 2010 à Istanbul a été un véritable paradis pour les métalleux, avec des performances de groupes comme Metallica, Slayer, Megadeth, Anthrax et Rammstein. Hélas, le sponsoring et le timing du festival a transformé ce qui n’aurait dû être qu’une innocente occasion de s’adonner aux power chords et autres vociférations musicales en bombe diplomatique.

Le concert s’est déroulé le même mois que le raid sur la flottille de Gaza, qui a coûté la vie à neuf activistes turcs. En outre, il était organisé par Purple Concerts, entreprise basée en Allemagne et gérée par des Israéliens. Un article du quotidien turc Vakit y a vu la main du Mossad, et s’est indigné que le concert «veuille se moquer de nos citoyens qui ont perdu la vie par la faute du gouvernement israélien».

Cet article était tout particulièrement remonté contre le fait que de l’alcool ait été servi pendant le festival, et contre la présence du groupe allemand Rammstein, qui, à en croire le journal, «encourage la violence, le masochisme, l’homosexualité et autres perversions» (car chacun sait que rien n’évoque davantage un complot sioniste que des Allemands hurlant devant la foule). Et peu importe si la tournée Sonisphere a déclenché les mêmes perversions dans dix autres pays en 2010.

Le réseau social (d’espions)

Pays: Iran

Le complot: Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, à la solde des agences de renseignement occidentales, transmet des informations aux gouvernements américain et israélien et complote dans le but de déstabiliser la République Islamique.

Les preuves: Si l’on en croit le récent film hollywoodien The Social Network, c’est la frustration d’une rupture amoureuse qui a incité Zuckerberg, alors étudiant, à créer Facebook. Mais selon un extrait de la télévision iranienne qui s’est répandu comme une traînée de poudre sur le Net en novembre, ses motivations étaient bien plus malveillantes. Les producteurs ont bien fait leur boulot. Ils notent: «Selon un rapport du site Internet brainz.org, qui appartient au gouvernement américain, à l’origine, Zuckerberg est juif».

La vidéo explique que le vrai objectif de Facebook est de «trouver des gens susceptibles de s’engager dans des opérations spéciales pour les agences de renseignement occidentales». Un article photoshoppé et inexistant du journal britannique The Independent est également cité, selon lequel «Facebook est un site Internet d’espionnage israélien dont le devoir est d’atirer (sic) des espions en faveur d’Israël et des États-Unis».

Étant donné l’attention dont a fait l’objet le rôle de Facebook lors des manifestations autour des élections iraniennes de 2009, rien de surprenant que Zuckerberg ait attiré les foudres d’adeptes de la théorie du complot de Téhéran. Mais Zuckerberg est aussi depuis peu dans le collimateur d’un procureur du Pakistan, qui a ouvert une enquête pour blasphème contre lui, l’accusant d’avoir permis à des images du prophète Mahomet d’être postées sur Facebook. Le site a été brièvement bloqué dans le pays. Les images incriminées sont toujours sur le site.

Le slip piégé de l’agent d’Israël

Pays: Iran

Le complot: Les agents du Mossad, en coopération avec les services de renseignement indiens, ont organisé la tentative d’attentat aérien d’Umar Farouk Abdulmutallab le jour de noël 2009.

Les preuves: Selon un rapport de Press TV, média iranien d’État, une compagnie de sécurité israélienne s’est arrangée pour qu’Abdulmutallab embarque sans passeport à bord d’un avion à Amsterdam. Un «homme indien» aurait de toute évidence joué un rôle crucial dans l’organisation du passage d’Abdulmutallab, ce qui n’a rien de surprenant puisque «Israël et l’Inde sont des partenaires commerciaux très proches, surtout par leurs contrats militaires». Une fois à bord de l’avion, selon le même récit, un autre passager aurait passé tout le vol à filmer Abdulmutallab, même après qu’il a tenté de faire exploser la bombe cachée dans ses sous-vêtements.

Le rapport, qui cite l’agence de presse Mathaba, postule aussi que le pays natal d’Abdulmutallab, le Nigeria, est «contrôlé clandestinement par l’armée israélienne et le Mossad» et cite l’éminent «analyste militaire et spécialiste de la contre-insurrection Gordon Duff» (qui pense aussi que WikiLeaks est un complot israélien), selon lequel à l’exception des «faux espions» libérés de Guantánamo par l’ancien président George W. Bush, il n’existe au Yémen, où le candidat-terroriste aurait été formé, aucun membre d’al Qaeda.

Pourquoi formenter un tel complot? L’article suggère que l’objectif était de susciter un «traumatisme orwellien et de faire du Yémen, ainsi que du continent africain, la nouvelle cible de la soi-disant «guerre contre le terrorisme» des États-Unis». Mais pourquoi Israël et l’Inde voudraient-ils concentrer l’attention des États-Unis sur le Yémen et le Nigeria plutôt que sur les Palestiniens et le Pakistan? Cela reste à éclaircir.

Joshua E. Keating
Traduit par Bérengère Viennot

Joshua Keating
Joshua Keating (148 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte