Le match Carla Bruni contre Michelle Obama

Temps de lecture : 2 min


Les médias anglo-saxons n’attendaient que ça depuis l’élection de Barack Obama. La rencontre entre Carla Bruni-Sarkozy et Michelle Obama a enfin eu lieu à Strasbourg pour le sommet de l’Otan. Qui a gagné cet affrontement de «fashion titans?»

La rédactrice en chef du Daily Beast remarque que c’est «un délicieux moment de mode dont nous allons tous parler pendant deux ou trois semaines» et pour le Daily News «les deux accaparent autant d’attention que leurs maris» et les paparazzis vont «ouvrir un nouveau trou dans la couche d’ozone au–dessus de Strasbourg».

Pour ABC news, le style aujourd’hui des deux premières dames est «remarquablement similaire» et pour le Huffington Post, «les deux tenues se complètent parfaitement». Match nul donc.

Au contraire pour The Guardian, Michelle Obama a remporté le duel. Carla Bruni est tout en gris, et «c’est une partie du problème, c’est comme-ci nous l’avions déjà vue ». L’impression qu’elle était « un peu délavée» et le journal anglais «ne pensait pas l’écrire un jour» mais Carla Bruni était un peu trop «bien comme il faut».

Surtout, elle avait le même sac (en bleu) que pour rencontrer la reine d’Angleterre l’année dernière. Schocking ! (Par pur esprit chauvin, le lien vers une photo de Sarah Brown, la femme du premier ministre britannique.)

Les autres journaux anglais ne sont pas en reste. The Sun préfère s’intéresser à «l’affront» fait par Carla Bruni à Barack Obama. Alors que Michelle Obama et Nicolas Sarkozy se claquent la bise, leur deux moitiés n’ont fait que se serrer la main. Pour le tabloïd anglais, c’est la faute de l’ancienne top model qui a « brisé le protocole». The Daily Mail n’est pas en reste et parle d’un moment très «gênant». Il se demande si la chanteuse n’est pas devenue «timide».

A la différence de la chancelière allemande Angela Merkel qui ne s’est pas gênée pour embrasser le président américain, signale le quotidien allemand Bild.

QG

Photo Reuters

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

En savoir plus:

Slate.fr

Newsletters

Newsletters