France

C'est l'idée de communauté qui menace notre identité

Thomas Legrand, mis à jour le 07.01.2011 à 9 h 27

La question n'est pas de savoir, comme le sous-entend un récent sondage, si la France doit craindre l'islam.

«Faire des cartes de France», d'Annette Messager, au musée d'Art moderne Lille-Métropole. REUTERS/Pascal Rossignol

«Faire des cartes de France», d'Annette Messager, au musée d'Art moderne Lille-Métropole. REUTERS/Pascal Rossignol

Nous avons entendu mercredi toute la journée que plus de 42% des Français estimaient que la communauté musulmane représentait une menace pour l’identité du pays. Il s’agissait de commenter l’enquête Ifop parue dans Le Monde sur la perception qu’ont les Français de l’intégration des musulmans. Ce qui est intéressant dans ce genre d’études, c’est aussi d’observer les premiers commentaires qui sont généralement tirés des résultats. Dans le cas présent, cette présentation était négative, pessimiste: le pays serait sur une mauvaise pente. La France aurait peur de l’islam. Alors qu’on pourrait, si l’on appliquait la méthode du verre à moitié vide, constater qu’en fait, le verre est aux 2/3 plein. Il y a 22% des Français –enfin, des sondés– qui disent que la communauté musulmane est un enrichissement pour la France et 36% qui pensent que c’est ni l’un ni l’autre. Autrement dit, 58% des sondés ont plutôt un avis, soit positif, soit neutre sur l’apport de la communauté musulmane au pays.

Dans le contexte du moment, on pourrait trouver ces résultats plutôt rassurants. Surtout que, lorsque l’on regarde le détail de ces chiffres, on s’aperçoit que la crainte des musulmans va croissant en fonction de l’âge des sondés. Ce qui laisse présager une évolution positive pour l’avenir. Dans le détail toujours, les éléments qui alimentent la défiance envers les musulmans sont plus de l’ordre d’une crainte pour la pérennité de la laïcité que de la peur de l’autre.

Mais de toute façon, la principale question de ce sondage pose problème:

«Diriez-vous que la présence d’une communauté musulmane en France est plutôt une menace, un enrichissement pour l’identité de la France, ou ni l’un ni l’autre?»

Déjà qu’est-ce que l’identité de la France? Je suis payé pour savoir que la réponse n’est pas simple. Et qu’est-ce que la communauté musulmane? Le fait de demander si cette communauté est une menace pour notre identité suggère déjà que c’est une communauté exogène, plus ou moins étrangère ou immigrée. Hors, la grande majorité des musulmans en France est composée de Français qui ne sont plus, depuis une, deux, trois ou cinq générations des immigrés. La très grande majorité des musulmans en France n’est pas pratiquante. Faut-il les intégrer dans la question? La très grande majorité des musulmans pratiquants en France le sont chez eux ou à la mosquée, à titre privé. S’agit-il de cela aussi? S’agit-il des fondamentalistes, de ceux qui prient dans la rue, revendiquent des dérogations à outrance et refusent de respecter certaines règles, notamment en matière d’égalité des sexes? Ou s’agit-il de Fadela Amara, Rama Yade, de votre voisin commerçant, ouvrier ou cadre, musulman d’origine comme d’autres sont catholiques, juifs ou protestants? A quelle catégorie de population pensent les 809 sondés quand ils répondent à une telle question? Rien ne le dit.

Dès lors, que vaut la réponse? La meilleure façon de se faire une idée sur un sondage, c’est de se poser les questions à soi-même. Je me suis donc posé la question. Alors:

  • Pour moi, l’identité de la France ce sont les valeurs républicaines.
  • En vertu de ces valeurs, je ne conçois pas l’idée d’une communauté musulmane ou autre.
  • L’idée même d’une communauté musulmane comme on me l’impose dans la question est une menace pour la République comme tout ce qui favoriserait le communautarisme.

Du coup, selon cette grille de lecture, je fais partie des 42% qui ont répondu oui. Ce qui ne colle pas tout à fait avec l’idée que je me faisais de mon «pedigree» politique –que je ne détaillerai pas ici mais qui, en gros n’est pas particulièrement en rapport avec un retraité du FN du Sud-Est. Du coup, j’ai de sérieux doutes sur l’intérêt de ce sondage.

Thomas Legrand

Thomas Legrand
Thomas Legrand (156 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte