Économie

Amendement «anti-Johnny»: Ah que pas coucou Hadopi!

Temps de lecture : 2 min

Après le Stade de France, le nom de Johnny Hallyday a résonné dans une autre enceinte mythique, celle de l'Assemblée nationale. L'amendement dit «Johnny» de la loi Création et Internet y a été voté mercredi 1er avril au soir. Il prévoit qu'il n'y aura pas de sanction en cas de téléchargement d'œuvres d'artistes s'ils résident dans un paradis fiscal.

Le chanteur, domicilié en Suisse avec sa famille, et qui n'a pas pris la parole à propos de la loi Création et Internet, a été cité à plusieurs reprises comme fraudeur et symbole de l'évasion fiscale, rapporte 20 Minutes.

«Il ne serait pas conforme à l'intérêt général que le contribuable français soit conduit à financer un mécanisme bénéficiant à des ayants droit qui résident dans des paradis fiscaux dans le but de soustraire tout ou partie de leurs ressources au fisc», a dit Jean-Luc Warsmann, auteur de l'amendement.

L'amendement ne concernera toutefois qu'un nombre d'œuvres très réduit, car il ne s'applique qu'à celles dont tous les ayants droits (auteur, interprète, producteur, maison de disque) sont exilés dans un paradis fiscal. Johnny peut encore espérer.

A lire aussi sur la loi Hadopi:

Jacques Attali répond aux artistes

Hadopi, une loi plus CONTRE internet que POUR la création

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

(Photo: Johnny Hallyday, Reuters)

En savoir plus:

Newsletters

L'essor du vélo ne signe pas la mort des voitures

L'essor du vélo ne signe pas la mort des voitures

Pour l'éditorialiste de TF1 François Lenglet, la bicyclette est coupable de tous les maux. Pourtant, selon différentes études, la progression de son usage soutiendrait l'emploi et la croissance.

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

Si les jeunes nés après 1997 partagent un intérêt commun pour certaines grandes marques, ils ne constituent pas une cible marketing homogène selon les pays.

Privée de dollars, l'Argentine parie sur les cryptomonnaies

Privée de dollars, l'Argentine parie sur les cryptomonnaies

La capitale Buenos Aires serait la deuxième ville la plus crypto-friendly au monde.

Newsletters