Société

Hees remplace Cluzel à la tête de Radio France

Temps de lecture : 2 min

Alors qu’il donnait une interview à Télérama, Jean-Paul Cluzel a appris au téléphone par Claude Guéant, secrétaire général de l’Elysée, que son contrat, qui arrivait à échéance le 12 mai, ne serait pas renouvelé à la direction de Radio France.

L'interview, maintenue, a alors changé de tournure. Sur le site, Jean-Paul Cluzel se confie sur son mandat non renouvelé, la lutte contre le sida... il est possible d'écouter six enregistrements. Interrogé sur la décision du gouvernement, il déclare «Je suis un homme de démocratie. Je n’ai pas de commentaires à faire sur ce choix».

Il sera remplacé par Jean-Luc Hees, 57 ans, ancien de France Inter qu’il a dirigé pendant 30 ans. Jean-Paul Cluzel note sur le site de Télérama qu’il laisse à son successeur une «maison en très bonne santé». «Elle est devenue, sur tous les critères, le premier groupe radiophonique français, ce qu’elle n’était pas quand j’en ai pris la direction, ajoute-t-il. Les finances de cette maison sont particulièrement fortes.»

L'ancien président de Radio France émet aussi quelques regrets: «J’ai sans doute eu tort de ne pas rencontrer suffisamment le président de la République».

Jean-Paul Cluzel a adressé ses «félicitations» à Jean-Luc Hess dans une tribune au Monde, «sans préjuger des décisions de ces institutions». Il a par ailleurs rédigé une lettre d’adieu à France Inter, apprend-t-on sur le site du Point.

Les syndicats de Radio France ont lancé jeudi un appel à la grève de 24 heures le 7 avril, afin de protester contre le projet de remise en cause de la convention collective.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

En savoir plus:

Newsletters

Des avions ne vont nulle part mais pourtant ils sont pleins

Des avions ne vont nulle part mais pourtant ils sont pleins

Prendre l'avion leur manque: ils et elles achètent des tickets pour un avion qui atterrit au même endroit qu'il décolle.

Un prof américain suspendu à cause d'un mot chinois ressemblant à «nègre»

Un prof américain suspendu à cause d'un mot chinois ressemblant à «nègre»

L'université de Californie du Sud a suspendu un professeur de management qui a prononcé un mot en chinois - «ne-ga» - jugé trop proche du mot nègre en anglais.

Avoir ses règles en camp de concentration

Avoir ses règles en camp de concentration

Jo-Ann Owusu, jeune historienne britannique aborde pour la première fois ce sujet dans le magazine History Today.

Newsletters