France

Bruno Gollnisch se lepénise et dédiabolise Marine Le Pen

Temps de lecture : 2 min

En s'entourant de tous ceux que comptent le FN de représentants d'un vieux monde fétide, Bruno Gollnisch sert l'image de Marine Le Pen, en rénovatrice de l’extrême droite...

Bruno Gollnisch et Marine Le Pen au parlement de Strasbourg le 7 juillet 2010. Vincent Kessler / Reuters
Bruno Gollnisch et Marine Le Pen au parlement de Strasbourg le 7 juillet 2010. Vincent Kessler / Reuters

Bruno Gollnisch, en facho de base, c'est une divine surprise pour Marine Le Pen qui se démène depuis des années pour dé-diaboliser son image et laver le nom de Le Pen, passablement entaché par les outrances du père. Et voilà que par effet de contraste, Bruno Gollnisch aide Marine Le Pen –c'est un comble– à se présenter en quasi-gentille conservatrice, certes un peu gouailleuse, mais relativement modérée.

La prestation de Bruno Gollnisch le 7 décembre lors d’un meeting dans une boite de nuit du XVe arrondissement de Paris montre que Marine Le Pen peut espérer pouvoir profiter à plein de l’effet de comparaison avec celui qui devient de plus en plus un clone, une caricature du Jean-Marie Le Pen des années 1980. Le Jean-Marie Le Pen bien provocateur qui noyait son racisme dans l’imparfait du subjonctif et l’étalage de sa culture classique. On n’avait plus entendu ce genre de propos depuis des années.

Le bréviaire de la vieille France rancie

Mardi soir donc, Gollnisch a récité le parfait bréviaire de la vieille France rancie et pétainiste, rêvant tout haut de mettre les émigrés sans papiers dans des camions militaires, direction la frontière (laquelle? Il n’est pas allé jusqu’à ce degré de précision), il promettait de faire de Vaulx -en-Velin et de Villiers-le-Bel, «des villages français», de lancer un appel de Saint-Denis pour le rétablissement des valeurs familiales... Mais surtout (et c’est là que le contraste avec Marine Le Pen, qui se veut sociale, est le plus marqué) Bruno Gollnisch a prôné la suppression de l’ISF, de l’impôt sur le revenu, et de quasiment tout le code du travail... Bref, il veut l’instauration d’une sorte de libéralisme sauvage à l’intérieur combiné avec un protectionnisme aux frontières. Quitte à être extrémiste pourquoi se fatiguer à être cohérent? Lors de cette réunion, était présent le fameux Pierre Sidos, chef suprême du groupuscule «fachistoïde» «L’Œuvre française» dont l’essentiel de l’activité depuis des années consiste à fournir à une poigné de militants au crâne rasé une littérature paranoïaque et surtout de leur faire peindre nuitamment sur les murs des villes des croix celtiques avec ce slogan subtil: «La France aux Français»…

Et c’est un évènement... parce que Pierre Sidos n'apparaît jamais en public. Ce genre de personnages représente tout ce que le FN veut cacher depuis les années 1980, le pétainisme, l’antisémitisme, la haine de la république. Étaient aussi présents à cette joyeuse sauterie quelques représentants de sous-groupuscules néo-royalistes, crypto-maréchalistes et l’ineffable Roger Holeindre, sorte d’ancien combattant professionnel et braillard.

retrouver ce média sur www.ina.fr

Tout ce que le FN compte d’amis douteux, de morts vivants, de résidus de peste brune, de restes de collabos, de débris d’empire, de nostalgiques des colonies et de nobliaux intégristes se retrouvent avec enthousiasme derrière Bruno Gollnisch. Bruno Gollnisch qui se sent parfaitement à l’aise dans ce vieux monde fétide n’a pas convoqué ces momies simplement pour le plaisir ou pour constituer un musée des horreurs politiques. Il sait pertinemment que cette élection à la tête du FN (qui aura lieu les 15 et 16 janvier 2011) est une élection de militants et non pas un scrutin de sympathisants. Le noyau dur actif, historique du FN est composé en partie de ces vieilleries qui ne supportent pas tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à du social ou à de la modernité. La stratégie de Bruno Gollnisch dans ce scrutin, c’est de réveiller les fantômes du FN, c’est un peu désespéré comme tactique, mais c’est sans doute son unique carte face à la fille du chef.

Thomas Legrand

Thomas Legrand

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters