Culture

Harry Potter est mort

Quentin Girard, mis à jour le 24.11.2010 à 11 h 28

2060: Le plus grand héros de ce début de siècle est mort. La Gazette du sorcier revient sur son parcours extraordinaire et ses années sombres dans une nécrologie.

Poster du film Harry Potter et les reliques de la mort

Poster du film Harry Potter et les reliques de la mort

A l’occasion de la sortie au cinéma de la première partie du dernier Harry Potter, nécrologie fictionnelle du plus grand héros de ce début de siècle.
***

La Gazette du sorcier, 24 novembre 2060, par Rita Skeeter junior


«Il est mort! Il est mort! Il est mort!», le cri a retenti dans les rues humides du petit village de Pré-au-Lard. Harry Potter, l’un des plus célèbres sorciers de ce siècle, s’est éteint dans son sommeil à l’âge, plutôt jeune, de 80 ans. On le disait fatigué, harassé par les débats politiques et une vie d’aventures. La rumeur était donc vraie. Pour beaucoup, c’est un drame, pour certains, il ne faut pas le cacher, c’est un soulagement.

Sa troisième femme, Fleur Delacour, a confirmé son décès à La Gazette du sorcier depuis son château français. Elle ne venait plus que rarement en Angleterre. On la disait agacée par les trop nombreuses maîtresses de ce grand sorcier, amateur de femmes, «ce pécheur de Moldues», comme le persiflaient ses opposants. Cicatrice, Voldemort et aventures, voilà comment l’on pourrait résumer les premières années d’Harry Potter. Pour l’histoire officielle, il est le personnage central qui a permis aux sorciers de s’échapper deux fois des âges sombres.

Tout commençe par un hasard formidable. Alors qu’il n’était qu’un bébé, à l’âge de 15 mois, Celui dont on ne devait pas prononcer le nom s’attaqua à ses parents le 31 octobre 1981. Il tua son père, il tua sa mère mais, au moment d’achever le bébé, à cause d'un éclair, d'une explosion –on ne sait toujours pas– il échoua. Voldemort disparut, Harry Potter récolta une cicatrice en forme d’éclair. Encore aujourd’hui, les exégètes s’arrachent sur les vraies raisons de cette première mort mystérieuse. Selon son autobiographie, il aurait été protégé par l’amour de sa mère. Un vieux concept moldu estime ainsi que l’amour est plus fort que tout. En effet, aveugle, l’amour avancerait sans voir les obstacles. La grande majorité des sorciers ont adhéré à cette hypothèse étrange.

Quidditch et nonchalance

Toute la vie d’Harry Potter fut déterminée par ce hasard. Cet élève moyen fut donc élevé dans une famille de Moldus, une période de sa vie dont il n’a jamais vraiment voulu parler. Arrivé à l'école de Poudlard en première année, il se distingua pour ses qualités au Quidditch et sa nonchalance dans certains cours essentiels. Toutes ses aventures contre le retour de Voldemort appartiennent aujourd’hui à l’histoire officielle, il les a narrées avec un luxe de précisions étonnantes dans son autobiographie à succès en sept tomes, sobrement intitulé Une histoire de moi. Ses adversaires politiques l’avaient alors accusé de mystifier la réalité pour favoriser sa prise de pouvoir et sa conquête du ministère de la magie. Son meilleur ennemi de toujours –et actuel ministre de la Magie–, Drago Malefoy n’a notamment pas supporté le rôle très négatif qu’il jouait dans ses mémoires.

Ce que nous savons, quelques dizaines d’années après la lutte finale entre Harry Potter et Vous savez qui, c’est que c’était une période trouble. Que certains se sont retrouvés sans doute du mauvais côté, mais que ce n’était pas si évident de choisir à l’avance. Les thèses de Voldemort sur la supériorité naturelle des sorciers et la nécessité de réguler nos rapports avec les Moldus pour éviter de perdre notre identité sont encore très populaires aujourd’hui. Même si elles sont, comme vous le savez, très mal vues, depuis qu’Harry Potter a encouragé les mariages entre sorciers de souche et moldus immigrants choisis. Une inspiration qui lui serait venu de l’exemple du grand sorcier Alexandre Le Grand.

Une vie d'adulte mouvementée

Harry Potter ne put jamais terminer Poudlard, ce que ses opposants lui ont reproché quand il a pris la direction de l’établissement, mais réussit à vaincre Celui dont on ne doit pas prononcer le nom. Sa vie de jeune adulte commença dans le calme. Il épousa la très jolie Ginny Weasley. Avec l’ancienne joueuse star de l’équipe des Harpies de Holyhead (et qui devient ensuite pendant longtemps la chef de rubrique Quidditch de la Gazette du Sorcier), il eut trois enfants: James Sirius, ancien gardien des Canons de Chudley, Albus Severus, l’actuel professeur de défense contre les forces du mal, et Lily Luna, la femme de Scorpius Hyperion Malefoy, mariage qui, rappelez-vous, fit la une des gazettes pendant quelques semaines.

Jusqu’à ses 37 ans, la vie d’Harry Potter est fidèle à son image de jeune adolescent. Heureux en famille, il devient un excellent auror sous les ordres de Kingsley Shacklebolt puis lui succède et traque ce qu’il appelle «les forces du mal» jusqu’aux confins du Brésil, du Népal ou des lacs Africains. Tout déraille le jour de ses 38 ans. Selon ses biographies non-officielles, Ron Weasley serait venu le voir et lui aurait proposé de tout abandonner pour courir le monde.

Son fidèle ami et adjoint n’aurait plus supporté la vie morne et quotidienne qui était la sienne, à la suite de la mort d’Hermione Granger dans un tragique accident de Magicobus quelques mois auparavant. La fréquentation des bars gays moldus de Londres ne lui suffisant plus pour passer sa peine –son homosexualité était connue de tous ses proches depuis de nombreuses années–, et cela n’empêchait pas un amour sincère entre Hermione Granger et lui.

Selon les biographies non-officielles toujours, Harry Potter lui-même aurait été lassé des infidélités répétées de Ginny Weasley –qui avait toujours été plus libérée sexuellement que lui– et aurait sauté sur l’occasion. Pendant cinq ans, les deux sorciers disparurent. On dit qu’ils découvrirent de nouvelles techniques chamaniques au fond du Brésil. On dit qu’ils connurent l’ivresse tapageuse des jeux d’argents décadents des Moldus à Las Vegas. On dit qu’ils participèrent à des révolutions et qu’ils causèrent des tremblements de terre. On dit beaucoup de choses. En vérité, on ne sait rien.

Le retour du sorcier

Une chose est certaine, quand Harry Potter revint, il recherchait le pouvoir et aimait les femmes, ce qu’on peut difficilement lui reprocher. Cela entraîna toutefois quelques scandales, comme son éphémère mariage (il ne durera que quinze jours au tout début de l'année 2026) en deuxièmes noces avec Cho Chang, elle-même divorcée. Ou encore son troisième mariage avec Fleur Delacour (bien plus tard, en 2042), qui quitta pour lui Bill Weasley. Les 20 années qui suivirent son retour, jusqu'en 2042, furent une lutte de pouvoir entre Drago Malefoy et lui pour conquérir le ministère de la Magie. 

Pour la première fois, la conquête du poste de ministre de la Magie sortit des couloirs feutrés du sous-sol de Londres et une bataille publique et oratoire s’engagea. Le discours du 4 juin 2028 –le célèbre «Je vous ai compris»– aux gobelins, harpies et fantômes, anciens membres du Conseil des Sorciers, permit à Harry Potter de faire la différence.

Pendant quatorze ans, il régna sans partage et imposa durablement sa vision sur le commerce extérieur, les questions internationales et les relations avec les Moldus. Sa politique du Care, «une famille de Moldus à protéger pour chaque sorcier», fut parfois jugée démagogique, mais il faut admettre qu’elle rencontra un grand succès parmi la jeunesse désoeuvrée, notamment les élèves membres de Gryffondor

Pendant ses années d’opposants, Drago Malefoy dénonca souvent «la dictature du bonheur et des bons sentiments» imposée par le ministère de la Magie, mais son slogan ne fit pas mouche. Ce qui fit chuter Harry Potter fut un banal scandale financier. Les Gobelins –à la tête de la banque des sorciers Gringotts, comme chacun sait– avaient prêté de longues années de l’argent aux sorciers désireux d’acquérir un cottage en étant plutôt souples sur les remboursements. Mais, pour de sombres querelles avec le ministère de la Magie, liées aux frais de bouches de Poudlard, aux financements de la Coupe du Monde de Quidditch de 2040 et à des tensions avec la Bulgarie, les Gobelins décidèrent le 24 janvier 2042 d’exproprier de leurs domaines tous les sorciers qui n’avaient pas encore remboursé leur emprunt. Harry Potter fut accusé de ne pas avoir empêché ce désastre, étant trop occupé par la préparation de son troisième mariage avec Fleur Delacour. Sous la pression populaire, il démissionna. Drago Malefoy prit le pouvoir et rétablit assez rapidement la situation. Trop facilement même pour son prédécesseur, qui fit courir le bruit qu’il avait soudoyé les Gobelins pour créer cette crise économique de toutes pièces.

Harry Potter se retira donc à Poudlard où il fut accueilli à bras ouverts par son vieil ami, le directeur Neville Londubat, qui, désireux de retourner à son enseignement de Potions Magiques, lui proposa de reprendre son poste. Sa vie se déroula alors enfin à peu près tranquillement. Evidemment, de nombreuses rumeurs circulèrent sur lui, comme sa trop grande proximité avec des étudiantes de dernière année et sa volonté –jamais confirmée– de débaptiser la maison Serpentard pour la renommer Sirius Black, mais il n’y prêta jamais attention, tout occupé qu’il était à rédiger ses mémoires.

Ces dernières années, il passait de longues journées dans la forêt interdite. Il disparaissait parfois pendant plusieurs semaines. Peut-être se préparait-il à la mort. Nul doute en tout cas qu’il a repensé à cette citation d’Albus Dumbledore avant de s’éteindre: «Pour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus

Quentin Girard

Quentin Girard
Quentin Girard (75 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte