Monde

Le mariage du prince William en questions

Brian Palmer, mis à jour le 18.11.2010 à 12 h 41

Peut-il épouser Kate Middleton? Elisabeth II peut-elle empêcher le mariage? Le mariage du prince William en questions.

La bague de fiançailles de Kate Middleton et la montre du prince William, le 16 novembre à Londres.REUTERS/Paul Hackett

La bague de fiançailles de Kate Middleton et la montre du prince William, le 16 novembre à Londres.REUTERS/Paul Hackett

Le prince William et sa petite amie de longue date, Kate Middleton, ont enfin décidé de convoler en justes noces. C’est le prince Charles, père de William, qui a annoncé les fiançailles du couple dans un communiqué publié ce mardi. Inutile de dire que le futur mariage royal a soulevé nombre de questions parmi nos lecteurs; voici nos réponses.

Kate Middleton sera l’une des premières roturières à épouser un héritier du trône. Si William était obligé de se marier avec une femme issue de la noblesse, aurait-il l’embarras du choix?

Loin de là. L’aristocratie anglaise ne compte que quelques centaines de femmes. Certaines ont un lien de parenté direct avec William, et nombre d’entre elles sont trop âgées, trop jeunes, ou déjà mariées. Si on interdisait à William d’épouser une roturière, il lui faudrait se tourner vers la noblesse du continent; nombre de ses ancêtres ont opté pour cette solution.

Il existe trois sortes de Britanniques: les membres de la famille royale, les nobles et les roturiers. La famille royale officielle ne comprend que les parents directs de la reine – ses enfants, les enfants de ses fils et quelques cousins.

La noblesse, qui est bien plus étendue, inclut toute personne descendant d’un ancêtre anobli par un monarque. Autrefois, le fait d’accomplir une tâche utile au roi (l’aider à conquérir l’Aquitaine, ou écraser une rébellion écossaise, par exemple) pouvait conduire ce dernier à vous décerner le titre de duc, de marquis, de comte, de vicomte ou de baron. Tous les descendants mâles de la personne anoblie héritent de ce titre; ce sont eux qui constituent la noblesse d’aujourd’hui.

La très grande majorité des sujets britanniques sont des roturiers – c’est le cas de Kate Middleton.

L’hérédité et le mariage sont-ils les seuls moyens de rejoindre les rangs de la noblesse?

Oui et non. De nos jours, la reine peut décerner le titre de life peer [titre de noblesse non héréditaire] à tout citoyen britannique qui se distingue au sein du monde politique ou du service public. Ces barons (ou baronnes) reçoivent alors le droit de siéger à la Chambre des Lords. (Avant le House of Lords Act de 1999, le droit de siéger à la Chambre était héréditaire pour les nobles du royaume). Leurs enfants n’héritent pas de ce titre.

La reine peut également décider de décerner de réels titres de noblesse. Lorsqu’un membre de la noblesse meurt sans héritiers, son titre revient à la couronne, et la reine peut l’offrir à qui bon lui semble. Le duché d’York, par exemple, a souvent tendance à retomber entre les mains du monarque. Depuis qu’Edouard de Norwich, deuxième duc d’York, est mort à la légendaire bataille d’Azincourt (1415), les ducs d’York ont pris l’habitude de mourir sans laisser de fils, ou d’accéder eux-mêmes au trône. Le prince Andrew, qui est devenu duc en épousant Sarah Ferguson en 1986, entretient cette tradition – il a deux filles, mais pas de fils.

De nos jours, la seule façon d’être certain de mettre la main sur un véritable titre de noblesse est d’épouser un membre de la famille royale. On murmure que la reine nommera le prince William duc de Cambridge le jour de – ou peu avant – son mariage. Kate Middleton, fille d’un magnat de la vente par Internet, deviendrait alors Son Altesse Royale la princesse Catherine, duchesse de Cambridge.

Mais le fait d’épouser un membre de la famille royale ne fait pas automatiquement de vous un noble. Lorsque la princesse Anne, fille d’Elizabeth II, a épousé le roturier Mark Phillips en 1973, la reine aurait proposé un titre de comte à ce dernier – qui aurait refusé. Les enfants du couple sont tout de même pris en compte dans l’ordre de succession au trône, mais ils sont considérés comme roturiers.

La famille royale se lie de plus en plus avec des roturiers; existe-t-il encore des catégories de personnes avec lesquelles ils n’ont pas le droit de se marier?

Les catholiques. Si l’on s’en tient à l’Act of Settlement de 1701, les membres de la famille royale qui se convertissent au catholicisme ou qui épousent une personne de confession catholique sont écartés de l’ordre de succession au trône. Cette règle a été appliquée plusieurs fois par le passé. Le prince Michael de Kent, cousin de la reine Elizabeth II, ne peut plus prétendre au trône depuis son mariage avec la baronne catholique Marie-Christine von Reibnitz, en 1978.

Rien n’empêche pour autant le prince William d’épouser une femme juive, musulmane, hindoue ou bouddhiste. Mais le prince doit absolument être de confession anglicane le jour de l’accession au trône; au Royaume-Uni, le monarque est également le défenseur de la foi.

Si la reine avait une dent contre Kate Middleton, serait-elle en mesure d’empêcher le mariage?

Elle pourrait s’arranger pour compliquer les choses. Selon le Royal Marriages Act de 1772, les descendants directs du monarque désirant se marier doivent lui demander sa permission. Mais si le prince ou la princesse ne peut obtenir son consentement, il se voit uniquement forcé d’attendre un an avant de convoler. Si les deux chambres du Parlement ne s’opposent pas à l’union, les fiancés peuvent alors se marier.

A savoir, enfin: les membres de la famille royale qui se marient en secret ne sont pas rayés de l’ordre de succession, mais leur mariage est alors considéré comme nul. Tout enfant né d’une telle union est illégitime, et ne peut accéder au trône.

Brian Palmer

Traduit par Jean-Clément Nau

Brian Palmer
Brian Palmer (157 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte