Economie

Oui, la Chine est responsable de la désunion du G20

Eric Le Boucher, mis à jour le 15.11.2010 à 12 h 55

Ma réponse à vos réactions à l'article «Le G20 désuni? Accusez la Chine!».

Hu Jintao. REUTERS/Vivek Prakash

Hu Jintao. REUTERS/Vivek Prakash

Comment départager les responsabilités de l’échec du G20? Faut-il accuser tout le monde et l’égoïsme des nations, comme on l’observe, ou bien essayer de hiérarchiser, comme je tentais de le faire? Et ce faisant, ai-je tort de désigner la Chine comme N°1 sur la liste des coupables?

minou: Nous autres, à l'occident, quand nous faisons des erreurs dues à notre incompétence, c'est toujours la faute des autres et cette fois-ci, c'est la Chine (...)

o.y.e.z: Nous (US et Europe) avons vécu des décennies sans mesures responsables autres que «la raison du plus fort...» et nous venons de trouver le bouc émissaire idéal, responsable de tous nos errements et de nos difficultés, la Chine!

@minou, @o.y.e.z: Je persiste à penser que Pékin a pris un poids considérable dans l’économie mondiale mais n’a pris aucune des responsabilités qui vont avec. La Chine joue un jeu mercantiliste par ses exports et bloque, gène, l’ouverture de son économie, aujourd’hui nécessaire puisqu’il s’agit du premier moteur de la reprise. L’Asie toute entière accumule des excédents depuis la crise des changes qui a affecté la région. A l’époque, ces pays étaient déficitaires comme de bien normal pour des pays «en rattrapage». Mais devenus suspect aux yeux des marchés financiers (occidentaux, je ne l’oublie pas), la fuite des capitaux les a alors plongés dans la récession.  «Plus jamais ça»: ils ne veulent plus dépendre du bon vouloir des marchés financiers si instables et accumulent des excédents placés beaucoup en dollars et un peu en euros. Le problème est que cette politique crée des liquidités en excès avec lesquelles les banques ont joué avec le succès que l’on sait.

ren: Pensez-vous réellement qu'il est possible que l'ensemble des pays puissent être en excédent en même temps? Cela reviendrait à dire que la richesse mondiale est un nombre infini, je ne peux croire que vous souscriviez à cette idée. Sans doute, en réalité, regrettez-vous le temps où la situation était la même, mais inversée en faveur de l'Europe et des Etats-Unis. 

@ren: C’est ce «déséquilibre» de l’épargne mondiale qu’il faut résoudre pour retrouver un chemin solide pour les années à venir. Je ne dis pas que tous les pays doivent être excédentaires mais, la logique voudrait que les pays en développement soient déficitaires et qu’ils bénéficient de l’épargne des riches. C’est le contraire qui se passe.

Il ne s’agit donc pas d’une affaire morale: moi aussi je me félicite que les «pauvres» du sud profitent enfin d’un développement. A nous de nous réjouir et de nous adapter. Il s’agit quand même un peu d’une affaire politique: la Chine est une dictature, elle craint que l’ouverture de son économie et de sa monnaie conduisent à une ouverture politique forcée, certains au PCC craignent même tout simplement que l’enrichissement des masses les poussent à réclamer le droit au chapitre. D’où des dissensions internes au sein du parti communiste et la lenteur des réformes nécessaires.

Il s’agit surtout d’une affaire d’économie mondiale, de «déséquilibre» de l’épargne. Ma thèse est que la Chine est la seule à disposer d’une marge de manœuvre,  elle doit aller plus vite. Sinon, en Occident, les populistes emporteront les suffrages. Je sais bien que c’est à l’Europe, à la France, d’accélérer aussi son rythme de réformes pour s’adapter plus vite et relever sa compétitivité, je sais bien que les Etats-Unis doivent cesser de vivre au-dessus de leurs moyens, mais chacun doit entendre les autres. Depuis deux ans, le protectionnisme a été évité, mais il revient pas la fenêtre. On commence, dans les partis de gauche comme de droite à entendre, qu’«un peu de protectionnisme est indispensable»… La Chine devrait entendre.

Eric Le Boucher

Eric Le Boucher
Eric Le Boucher (543 articles)
Cofondateur de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte