Life

Les trésors du placenta

Jean-Yves Nau, mis à jour le 10.11.2010 à 10 h 47

A qui appartiennent ces «déchets opératoires» qui commencent à faire l’objet de tractations controversées?

Nouveau-né à la maternité de Taipei Nicky Loh / Reuters

Nouveau-né à la maternité de Taipei Nicky Loh / Reuters

Le placenta? Un organe aujourd’hui amplement méconnu; pire: un non-dit. Il n’en fut pas toujours ainsi et il n’en sera bientôt plus de même. Le placenta réunit l’embryon (puis le fœtus) à la mère (et inversement). Il est l’une des principales caractéristiques distinguant les mammifères des autres vivants du règne animal.  Matérialisant cette union il assure d’innombrables fonctions essentielles au bon développement des gestations. Pour le scientifique, le placenta demeure encore emprunt de nombreux mystères: c’est un organe pour partie étranger à l’organisme maternel au sein duquel il parvient, pourtant, à se faire naturellement accepter.

Organe éphémère. Le placenta apparaît au moment où l’œuf fécondé parvient à se nicher dans l’épaisseur du tissu utérin. Puis, à la fin du cycle gestant, il est radicalement expulsé de l’utérus maternel dans les minutes qui suivent la naissance; on parle ici de «délivrance». On peut ici se souvenir de Jacques-Marie Emile Lacan (1901-1981); il  estimait que la section du cordon ne correspondait pas à la perte de la mère par le nouveau-né. Selon lui, à ce moment précis, le nouveau-né perdait avant toute chose son complément anatomique. Complément anatomique ou alimentaire? Cet organe demeure aujourd’hui le plus souvent mangé (pour des raisons nutritives et hormonales, pense-t-on) par les femelles de la plupart des espèces de mammifères.

Chez l’homme le placenta -les historiens spécialisés en témoignent- est aussi un organe qui  a nourri de nombreux mythes et pratiques rituelles avant -hygiène et scientisme triomphants- d’être progressivement rangé dans la catégorie hospitalière dite des «déchets opératoires». Le temps n’est plus -ou presque- des rituels placentaires avec inhumation ou immersion (voire ingestion, l’humain pouvant, comme chacun sait, rejoindre parfois à sa manière l’animal).

«En France, à l’époque médiévale, on rapporte des coutumes d’ingestion de placenta destinées à rendre à la femme une partie des nutriments dépensés durant la grossesse ou à visée galactogène, rapporte un passionnant ouvrage collectif publié par les éditions Lavoisier avec le concours de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Cette coutume fut condamnée à partir du XVIe siècle. Dans la France rurale des deux derniers siècles, le placenta était considéré comme la doublure symbolique de l’enfant et enterré par le père en divers endroits du domaine familial. Lien renoué entre la nature et l’enfant, il était associé à un vœu concernant les futures qualités de l’enfant. Matière considérée comme fertile et devenue inutile au nouveau-né, il va nourrir une plante, un arbuste qui sera présent dans l’environnement de l’enfant.»

Le temps n’est plus -ou presque- où l’on voyait là une sorte de jumeau complémentaire de celui qui venait de voir le jour; son «ombre portée», son «conseiller secret», son «ange gardien», un fidèle reflet de sa vie terrestre à venir… Qu’est-ce donc que le placenta aujourd’hui? «Posez la question à une femme enceinte, elle ignore l’existence de cet organe dans la plupart des cas, peut-on lire en introduction de l’ouvrage. Quant au futur père, il l’ignorera même après l’accouchement. Pourquoi si peu de connaissances, voire de reconnaissance, pour un organe qui a permis l’implantation de l’embryon, le déroulement de la grossesse et participé au déclenchement de l’accouchement avant de finir, avec son odeur fade, dans un baquet, expulsé par quelques contractions utérines supplémentaires dix à quinze minutes après la naissance de l’enfant?»

Mais les temps changent. Le placenta et le cordon ombilical qui lui est associé (où plus précisément certaines cellules du sang qu’ils contiennent) sont aussi depuis peu l’objet de toutes les attentions et d’un double marché planétaire en cours de constitution; un double marché reposant sur des bases éthiques radicalement étrangères et –à ce titre – en passe de déboucher sur un vaste conflit d’intérêts. Avec au centre, une nouvelle fois, la dérangeante question de savoir à qui peuvent bien, le cas échéant, appartenir (de la personne ou de la collectivité) les cellules et organes des êtres humains dès lors qu’ils peuvent être utilisés à des fins médicales.

L’affaire a commencé en France grâce aux travaux du Pr Eliane Gluckman (hôpital Saint-Louis, Paris) qui, en 1988, à démontré les vertus thérapeutiques des cellules souches contenues dans le sang placentaire prélevé au niveau du cordon ombilical. Ces cellules régénératrices sanguines pouvaient être utilisées avec succès (comme celles prélevées chez des donneurs de moelle osseuse) chez des personnes souffrant des graves maladies sanguines. Elles peuvent aussi être conservées par congélation et stockées dans des «banques» en attendant d’être utilisées chez des malades receveurs immunologiquement compatibles. Différentes banques ont, depuis été, créées dans la plupart des pays industriels, le paradoxe voulant que la France soit en situation de constante pénurie.  

C’est ainsi qu’en 2009 les responsables sanitaires ont dû importer 70% des greffons qui sont utilisés soit un coût de 4,5 millions d’euros à la charge de l’assurance-maladie (coût unitaire du greffon compris entre 15.000 et 25.000 euros). La situation pourrait toutefois évoluer grâce à une augmentation du financement public et une association public-privé via la fondation Générale de santé. Le nombre des banques et des maternités (publiques et privées) associées au réseau de l’Etablissement français du sang augmente. Parallèlement de plus en plus de femmes enceintes sont informées de la possibilité d’effectuer le don de ce qui, sinon, est détruit. «L'objectif est de poursuivre la dynamique en faveur de l'augmentation du nombre de greffons conservés, précise la sénatrice (UMP, Paris) Marie-Thérèse Hermange très mobilisée sur cette question et auteur d’une proposition de loi sur ce sujet. Entre 2007 et 2010, on est passé de 6.000 à 10.000 unités conservées, et il y a aujourd'hui sept banques publiques et 27 maternités qui travaillent en réseau. Cependant 50.000 unités sont nécessaires pour assurer à la France l’autosuffisance. Sans cela, nous devrons continuer à importer des greffons pour un prix dix fois supérieur à celui de leur conservation en France, et avec le risque d'une qualité moindre que celle exigée dans notre pays.»

La prochaine révision de la loi de bioéthique devrait d’autre part faire en sorte que le sang placentaire ne soit plus, comme c’est le cas aujourd’hui, considéré comme un simple «déchet opératoire» mais bien comme «une ressource thérapeutique» (au même titre que la moelle osseuse des donneurs) devant être accessible à tous dans le cadre d’une solidarité publique et gratuite.

«Solidarité publique et gratuite»? C’est précisément ici que le bât blesse. Car on assiste depuis quelques années au développement d’un nouveau marché: celui des «banques privées» de sang placentaire; une activité située aux antipodes du système développé en France et qui repose sur la solidarité et le bénévolat, la gratuité et l’anonymat. Ces banques proposent moyennant rémunération de conserver les cellules souches sanguines non plus à des fins collectives mais privées. Dans le droit fil du développement des recherches sur les cellules souches et la médecine «régénératrice» les responsables expliquent en substance que ces cellules pourront, à court ou moyen terme, être utilisées pour soigner de multiples affections dont pourrait être atteint le nouveau-né qui vient de voir le jour. Ces banques  privées  font de nombreuses campagnes publicitaires avançant des arguments qui, pour l’essentiel, ne sont qu’une forme de pari original sur l’avancée des sciences biologiques et médicales. ; un pari qui met en porte-à-faux ceux qui, précisément, oeuvrent dans le domaine des cellules souches et de la médecine régénératrice.

En France ces dernières demeurent interdites pour des raisons éthiques même si certains contestent cette situation. Emmanuelle Prada Bordenave, directrice générale de l'Agence de biomédecine expliquait il y a quelque temps: «ces sociétés cherchent à ouvrir une brèche dans notre système de santé solidaire et la solution n'est pas d'ouvrir une brèche dans le système solidaire, il faut au contraire lui donner les moyens d'exister».  L’Agence de biomédecine va désormais plus loin :

Extraits:

«Certaines sociétés privées étrangères proposent à des parents dans des maternités françaises de conserver le sang placentaire de leur enfant, moyennant finances, dans la perspective d’une éventuelle utilisation future. Or, le bénéfice pour l’enfant d’un recours à ce type de greffe n’est pas avéré scientifiquement : aucune étude ne démontre à ce jour l’efficacité thérapeutique des greffes effectuées à partir de son propre sang de cordon.  Par ailleurs, pour effectuer cette conservation dans les pays qui l’autorisent, ces sociétés privées proposant la conservation du sang placentaire pour soi-même demandent aux parents de transporter ou d’envoyer par colis le sang de cordon prélevé. Cette pratique est illégale et est punie par le code pénal (article 511-8 à 511-8-2 du Code pénal).

La conservation de sang placentaire n’est autorisée en France que pour soigner d’autres patients, de façon anonyme et gratuite, dans des banques publiques constituant le Réseau Français de Sang Placentaire autorisées à conserver ces préparations de thérapie cellulaire (des produits issus du corps humains destinés à des fins thérapeutiques). Les femmes qui acceptent de donner ce produit sanguin à l’occasion de la naissance de leur enfant, le font de manière altruiste afin d’aider des  personnes atteintes de maladies mortelles du sang, personnes qu’elles ne connaissent pas.»

Extraits du Code pénal

Article 511-8 :

Le fait de procéder à la distribution ou à la cession d'organes, de tissus, de produits cellulaires à finalité thérapeutique ou de produits humains en vue d'un don sans qu'aient été respectées les règles de sécurité sanitaire exigées en application des dispositions de l'article L. 1211-6 du code de la santé publique est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende.

Article 511-8-1

Le fait de procéder à la distribution ou à la cession en vue d'un usage thérapeutique de tissus ou de préparations de thérapie cellulaire en violation des dispositions de l'article L. 1243-5 du code de la santé publique est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende.

Article 511-8-2

Le fait d'importer ou d'exporter des organes, tissus, cellules et produits cellulaires à finalité thérapeutique, en violation des dispositions prises pour l'application des articles L. 1235-1 et L. 1245-5 du code de la santé publique, est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende.

Tous les pays n’ont pas adopté une position aussi rigoureuse comme en témoigne une étude de législation comparée réalisée par le service des études juridiques du Sénat  On peut ici distinguer deux catégories. Dans la première, les textes sont muets sur le statut de ces banques de sang placentaire (Allemagne,  Danemark, Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni, Canada, Etats-Unis). Dans ces pays coexistent des banques publiques et des banques privées. Ainsi, en Allemagne, dénombrait-on il y a peu quatre banques publiques, parmi lesquelles celle de Düsseldorf, la plus importante d'Europe avec plus de 13.500 unités détenues, indiquait l'étude du service juridique du Sénat; et dans le même temps sept banques privées, dont la plus importante conservait 50.000 unités. Aux Pays-Bas, le réseau public, constitué par deux établissements de stockage, coexiste avec plusieurs banques privées.

D'autres pays (Belgique, Espagne, Italie) ont édicté des textes qui déterminent -de manière plus ou moins explicite- le statut de ces banques de sang placentaire. Après avoir été interdites les banques privées tendent à être admises tout en étant contraintes à respecter certaines obligations.

Emergent donc ainsi deux nouveaux rituels placentaires. L’un commercial et individuel. L’autre fait de générosités additionnées et de partages anonymes. Question: lequel l’emportera? Question annexe: peut-on espérer que les progrès scientifiques feront que –via une multiplication sans fin de ses cellules souches- le sang récolté dans chaque placenta pourra, un jour prochain, fournir des traitements à des fins à la fois personnelles et collectives?

Jean-Yves Nau

Photo: Nouveau-né à la maternité de Taipei Nicky Loh / Reuters

 

 

 

Jean-Yves Nau
Jean-Yves Nau (803 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte