Culture

Ras la jupe, la réponse de l'auteur

Temps de lecture : 2 min

Schel réagit aux commentaires

Crédit photo; Isabelle Adjani au Prix de l'Arc de Triomphe / REUTERS
Crédit photo; Isabelle Adjani au Prix de l'Arc de Triomphe / REUTERS

Le film «La Journée de la jupe» fait réagir. Sur Slate.fr, l'article Pourquoi je n'ai pas vraiment aimé La journée de la jupe a suscité de nombreux commentaires; Jonathan Schel, son auteur répond aux internautes:

Je ne vais pas rentrer dans un débat sur l'éducation, simplement réagir sur trois points:

- La question de la critique de cinéma, d'abord. «Vous avez regardé un film ou mené une enquête sur l'écriture, la réalisation?», écrit Cinaih. Mener une enquête sur un film, décrypter les intentions qui l'animent et la façon dont le réalisateur les met en œuvre, voilà à mon sens une bonne définition du travail du critique. Donner un avis sur un film c'est forcément engager sa subjectivité. Il y aura toujours des gens d'accord et d'autres pas, c'est la règle du jeu. Au-delà du côté «j'aime, j'aime pas», une critique se doit d'offrir une lecture, une analyse, avec laquelle on peut être en désaccord mais qui donne quoiqu'il arrive matière à réflexion.

- L'argument «vous n'êtes pas prof donc vous ne pouvez pas juger» me paraît discutable. Faut-il être cow-boy ou Indien pour réagir à un western? «La Journée de la jupe» est un film, une œuvre de fiction, on peut y réagir comme spectateur ou comme critique, pourquoi l'ancrage social serait-il une barrière?

- La question du regard que pose le film sur la banlieue, ensuite. Ce qui me semble être une perspective raciste, ce n'est absolument pas le fait que le méchant soit noir; c'est que le personnage noir soit la seule incarnation au sein du film de ce qui ne va pas en banlieue (j'éprouverais la même réticence si une petite fille blonde ou un skinhead - pour reprendre les exemples utilisés par les internautes - étaient érigés en symboles). La transformation d'un individu singulier en archétype pose problème à mon sens.

Je tire en tous cas de l'abondance de vos réactions une certitude: «La Journée de la jupe» a touché un point sensible, une tendance sociale forte. Et on peut reconnaître à Jean-Paul Lilienfeld le talent d'avoir su capter ainsi l'attention collective.

Jonathan Schel

Crédit photo; Isabelle Adjani au Prix de l'Arc de Triomphe / REUTERS

En savoir plus:

Newsletters

En attendant le retour des concerts, les podcasts à écouter par genre musical

En attendant le retour des concerts, les podcasts à écouter par genre musical

À défaut de sauter dans des salles humides ou de déguster une galette-saucisse en festival, cette sélection devrait combler vos oreilles mélomanes.

Quand le Covid-19 fera son entrée au musée

Quand le Covid-19 fera son entrée au musée

Alors que la pandémie a contraint les institutions culturelles du monde entier à fermer leurs portes, certaines s'affairent à collecter objets, photos et témoignages qui serviront à raconter son histoire.

«Wind of Change» de Scorpions, la CIA et la propagande par la pop

«Wind of Change» de Scorpions, la CIA et la propagande par la pop

On pourrait penser que la diplomatie par la culture n'a plus d'impact dans un monde où la musique circule partout. Pourtant, l'usage de cette dernière comme arme politique reste efficace.

Newsletters