Life

Pas de panique, c'est le robot qui conduit

Farhad Manjoo

Envoyer des SMS en conduisant est dangereux. La solution: les voitures qui roulent toutes seules.

A Tokyo en juillet 2009, REUTERS/STRINGER Japan

A Tokyo en juillet 2009, REUTERS/STRINGER Japan

Le mois dernier, le Highway Loss Data Institute (Institut statistique des morts sur autoroutes), organisme de recherche fondé par l’industrie américaine des assurances automobiles a publié une étude qui démontre que l’interdiction de l’envoi de SMS au volant ne fonctionne pas. Trente Etats, en plus du District de Columbia, ont interdit l’envoi de SMS au volant et huit d’entre eux, plus le District de Columbia ont également imposé les kits mains libres pour téléphone portables. Mais dans quatre Etats que la HLDI a étudié – Californie, Louisiane, Minnesota et Washington – le vote de lois interdisant l’envoi de SMS au volant ne semble pas avoir réduit le nombre d’accidents.

Sur Slate.com, James Ledbetter a critiqué les conclusions de cette étude. Il a pointé le fait que les chercheurs n’ont pas pris en compte l’énorme augmentation du nombre de SMS envoyés: selon lui, si ces interdictions n’ont pas réduit le nombre des accidents, il se pourrait qu’elles l’empêchent d’exploser, car sans elles, toujours plus d’automobilistes utiliseraient leur portable au volant. Je ne partage pas vraiment son analyse, car l’étude de la HDLI démontre également que le nombre des accidents qui ont eu lieu dans les Etats ayant interdit les SMS est identique à celui des Etats ne les ayant pas prohibés. (Si Ledbetter avant raison, le nombre d’accidents aurait explosé dans les Etats n’ayant pas interdit l’envoi de SMS.) Mais si ces lois fonctionnent pour le moment, elles ne pourront éternellement empêcher l’envoi de SMS au volant. Les ventes de smartphones explosent et les fabricants d’automobiles améliorent constamment les possibilités de les connecter aux voitures.

Concentration et SMS

Ces interdictions se fondent sur ce qui semble une idée de bon sens à propos des dangers de la technologie moderne associée aux voitures –l’envoi de SMS et la conduite d’un véhicule ne font pas bon ménage. Les conducteurs doivent se concentrer sur la route et les téléphones disposant d’une connexion Internet, diffusant de la musique et pourvus de GPS tendent naturellement à faire baisser notre attention. Jusqu’à présent, la société a décidé de régler ce problème en légiférant sur notre concentration –nous contraindre à abandonner nos machines afin que nos yeux, nos oreilles et nos mains soient concentrées sur ce qui se passe sur la route. Et si cette approche était erronée? Si nous souhaitons rendre nos voitures plus sûres, peut-être ne devrions-nous pas empêcher la technologie d’y faire son entrée. Au contraire, nous devrions l’intégrer.

Dimanche10 octobre, le New York Times rapportait que Google a mis au point une voiture sans conducteur. La petite flottille de véhicules de la compagnie – guidés par des senseurs montés sur le toit des véhicules et par un bataillon de serveurs – a ainsi pu parcourir plus de 200.000 kilomètres avec des interventions humaines limitées. Les voitures peuvent se conformer aux panneaux de signalisation, s’intégrer à la circulation sur les autoroutes et éviter tant les piétons que les cyclistes. Cette nouvelle m’a stupéfait: deux ans auparavant, j’avais interrogé plusieurs ingénieurs spécialistes de cette question qui m’avaient tous déclaré qu’une telle technologie ne serait pas au point avant plusieurs décennies. Google explique au Times que ses voitures sont encore des prototypes et qu’elle n’a pas décidé de les mettre sur le marché. Cette technologie a toujours quelques défauts –les voitures de Google n’obéissent pas aux signes de la main des agents de la circulation, à titre d’exemple. Mais les voitures autonomes semblent être sur le point de révolutionner le transport moderne. La technologie de Google pourrait rendre les voitures plus sûres, plus efficaces et bien plus agréables.

Travailler dans sa voiture

Il est de fait fascinant de songer à la manière dont le pilotage automatique des voitures pourrait changer la façon dont nous passons notre temps dans un véhicule. Les Américains passent en moyenne une heure dans leur voiture par jour ouvré, pour se rendre à leur travail. C’est d’ailleurs pourquoi légiférer sur la concentration des conducteurs est si futile. Travailler dans sa voiture est devenu une des marques de l’économie américaine –l’on exige de nous toujours plus de productivité et les nombreuses heures que nous passons emprisonnés dans l’habitacle de notre voiture semblent le moment idéal pour avancer dans notre travail. De nombreux secteurs d’activités (comme le transport routier ou la plomberie) exigent de leurs employés qu’ils soient connectés en permanence à la maison-mère à l’aide d’ordinateurs embarqués, et même les employés de bureau ressentent la pression que l’on exerce sur eux pour rester connectés quand ils sont sur la route. Par surcroît, les recherches indiquent que si les adolescents comme les adultes connaissent parfaitement les dangers inhérents à l’envoi de SMS au volant, chacun surestime sa capacité à effectuer plusieurs tâches en même temps sur la route –vous pensez qu’il est dangereux pour moi de consulter mes SMS pendant que je conduis, mais vous pensez être parfaitement capable d’y arriver vous-même. Et les lois sur l’interdiction des SMS au volant sont si peu appliquées dans les faits que vous pensez par ailleurs pouvoir passer à travers les mailles du filet.

Plutôt que de tenter d’éliminer toute distraction, l’approche de Google consiste à envisager une méthode plus simple et potentiellement plus efficace: rendre ces distractions moins dangereuses. Le problème du SMS au volant est lié au fait que nous ne sommes pas cognitivement conçus pour effectuer ces deux tâches à la fois. Mais pour quelle raison la conduite devrait-elle être à ce point prenante? Nous nous reposons déjà beaucoup sur les ordinateurs pour gérer de nombreux paramètres de conduite – votre téléphone cellulaire peut vous indiquer votre itinéraire avant le départ, localiser les stations-service à proximité et même sélectionner des chansons que vous aimeriez entendre sur la route. Votre voiture elle-même n’est pas en reste; les véhicules modernes utilisent des ordinateurs embarqués pour faciliter votre conduite, dont le freinage et la direction assistée. Au vu du rythme régulier auquel les ordinateurs ont intégré tous les domaines de la conduite, le fait qu’ils finissent par s’emparer du volant ne semble pas être une telle révolution. Ceci devrait nous permettre de nous concentrer sur d’autres tâches plus agréables, comme le visionnage de vidéos. Ce qui explique sans doute l’intérêt de Google pour les véhicules robotisés: si vous ne conduisez pas votre voiture, vous aurez davantage de temps libre pour surfer sur Internet.

Futur proche

Bien sûr, les voitures robotisées ne sont pas une solution immédiate au problème de la distraction au volant. Ces prochaines années, avant que des véhicules capables de conduire seuls ne soient mis sur le marché, nous continuerons de voir réglementée l’utilisation de gadgets dangereux lorsque nous sommes au volant. Mais les voitures robotisées appartiennent à un futur proche. De nombreux fabricants automobiles vendent déjà des véhicules qui peuvent passer en conduite automatique dans certaines circonstances. Les systèmes de régulation automatique de vitesse, que l’on peut trouver dans certains modèles de luxe, permettent de maintenir une distance de sécurité avec le véhicule qui vous précède et certains systèmes vous alertent lorsque vous vous écartez de votre file ou risquez de percuter le véhicule situé devant vous. Plusieurs voitures peuvent également vous permettre de vous garer en créneau sans intervention de votre part.

Ces technologies sont un avant-goût du futur de la conduite. Aujourd’hui, il est tentant de vous ruer sur votre téléphone portable lorsque vous êtes pris dans les embouteillages – mais quelles que soient les circonstances, ne le faites pas. Attendez encore un peu. Un de ces jours, l’envoi de SMS sera à peu de choses près la seule chose intéressante à faire sur le trajet qui vous mène au travail.

Farhad Manjoo

Traduit par Antoine Bourguilleau

Farhad Manjoo
Farhad Manjoo (191 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte