France

L'heure de la radicalité

Eric Le Boucher, mis à jour le 23.10.2010 à 8 h 53

Il est temps d'accomplir des réformes en profondeur, de «redéfinir la vie collective», comme l'explique Philippe Herzog dans un nouvel ouvrage, «Une tâche infinie».

Manifestation Place Bellecour, à Lyon, le 21 octobre 2010. REUTERS/Robert Pratta

Place Bellecour, à Lyon, le 21 octobre 2010. REUTERS/Robert Pratta

La leçon politique qu’il faut tirer de cette réforme des retraites est limpide: la radicalité des manifestations appelle à des refontes radicales. Le gouvernement l’a admis qui évoque le lancement d’une réflexion sur des retraites par «points», «à la suédoise». Datant de 1945, le système social français craque de partout. Dès que l’on déplace un peu un de ses membres, l’ensemble du vieux corps bouge, souffre et s’enflamme. La gravité de la crise tient à ce qu’il ne s’agit pas seulement d’une défense archaïque d’avantages acquis et de corporatismes. Il s’agit de cela, mais aussi de beaucoup plus.

La France est une société de rangs, devenus à la Révolution des statuts. Chacun d’eux offrait un métier avec, associé, une dignité. Comme la mondialisation a recomposé le système productif, le découpant en petits bouts, brisant les filières d’hier, délocalisant, désindustrialisant, comme la technologie a défeuillé les arbres des savoirs, tous les métiers d’hier ont changé, beaucoup ont disparu. Des statuts demeurent les corporatismes qu’on dénonce, mais aussi une dignité disparue qu’on déplore. D’où la difficulté des réformes qui touchent le métier mais aussi sa valeur symbolique attachée. D’où la radicalité de la rue.

Il est temps d’une refonte complète, d’un nouveau compromis social, de ce que Philippe Herzog nomme «redéfinir une vie collective». L’ancien professeur d’économie marxiste –qui a rompu avec le Parti communiste et est devenu un ardent défenseur de l’Union européenne, actuellement président-fondateur de l’association Confrontations Europe– propose dans un livre dense et riche des pistes sur ce qui peut encore nous unir dans la mondialisation. Il va au fond du débat sur les valeurs françaises et européennes.

Sortir le social du seul juridique

D’abord l’économique. «J’ai connu le social du toujours plus», explique Philippe Herzog, celui des Trente Glorieuses. Puis, est venu le temps présent, celui de la «défense» des avantages acquis. Mais «à demeurer dans la résistance, ou pire, dans l’opposition radicale, on ne peut transformer le capitalisme». Le problème est fondamental: «la dissociation entre la productivité et le progrès social, le désarroi face aux changements de l’organisation et la perte de foi dans l’entreprise» provoquent une dévalorisation du travail. On comprend le «vive la retraite!». Il faut, poursuit l’auteur, trouver la voie d’une  revalorisation du travail, clé incontournable du vivre ensemble dans la Cité, qui passe par une réappropriation des savoirs, des sciences, de la gestion et même «de la définition des buts et de l’efficacité» de l’entreprise. Le but est de sortir le social de la pure notion juridique où il s’enferme pour que la société réinvestisse dans l’entreprise, la finance, l’économie, «ce qui exige un effort massif d’éducation et de participation à la gestion, encore jamais consenti».

L’Europe, deuxième piste, est non seulement l’espace nécessaire pour construire ce modèle rénové, mais aussi un laboratoire de comparaison, de benchmarking. Philippe Herzog ne se remet pas de la désillusion européenne et du désintérêt grandissant des hommes politiques pour l’Union. Le problème est là aussi fondamental: la perte de sens ne vient pas de l’élargissement mais du manque de soubassement auprès des sociétés civiles et des citoyens. La réappropriation passe ici par une politique industrielle européenne, sans naïveté face aux Chinois, et par une réinvention des biens publics paneuropéens, c’est-à-dire la création d’entreprises publiques ou privées (!) offrant en concurrence dans toute l’Union des services publics de transports, d’enseignement, de recherche ou d’énergie.

La politique, troisième piste, est aussi à réinventer parce qu’à nouveau le problème est fondamental. Face aux marchés, les gouvernements deviennent impuissants. Face à l’Asie, la démocratie est en question. Philippe Herzog ne croit pas «au retour de l’Etat», il n’en serait que plus obèse.

«Dans un monde globalisé, les appareils d’Etat nationaux sont voués à la sclérose, si une puissante coopération en réseaux avec leurs pairs et les autres acteurs économiques ne se met pas en place.»

La réponse est dans la démocratie «participative», même si certains ont pu en dévoyer l’idée, le gouvernement doit être partagé entre l’Etat et la société civile.

Tout revoir de la démocratie au travail en passant par l’Europe: vaste programme. C’est vrai. Mais le désarroi face à l’avenir est si répandu et si profond qu’il est l’heure de repenser tout et d’avoir des idées radicales.

Eric Le Boucher

  • Philippe Herzog. Une tâche infinie, Fragments d’un projet politique européen. Editions du Rocher

Chronique également parue dans Les Echos.

Eric Le Boucher
Eric Le Boucher (543 articles)
Cofondateur de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte