France

UMP-FN: l'extrême tentation

Bastien Bonnefous, mis à jour le 21.10.2010 à 9 h 00

Une union des droites? De plus en plus, dans le parti majoritaire et dans les rangs frontistes envisagent cette possibilité.

Affiche du film «2012» © Sony Pictures Releasing France

Affiche du film «2012» © Sony Pictures Releasing France

Il y a d'abord eu le discours ultra-sécuritaire de Grenoble fin juillet. Puis la politique anti-Roms de la rentrée. Récemment, un fait divers a de nouveau mis en lumière les rapports ambigus entre l'UMP et l'extrême droite: l'incarcération d'un retraité dans le sud-est de la France, accusé d'avoir tiré sur deux jeunes cambrioleuses d'origine bulgare.

Le 5 août, René Galinier, retraité de 73 ans vivant à Nissan-lez-Enserune, dans l'Hérault, surprend deux femmes roms qui s'introduisent par effraction chez lui. Il s'empare de son fusil de chasse et tire sur les cambrioleuses, âgées de 21 et 11 ans, blessant la seconde gravement. La justice le met en examen pour «tentatives d'homicide volontaire» et le place en détention, estimant qu'il ne s'agit pas d'un cas de légitime défense, les jeunes femmes n'étant ni armées ni menaçantes. En garde à vue, René Galinier aggrave son cas, en déclarant aux gendarmes qu'il s'est «senti en danger avec cette sale race, on ne sait jamais ce qu’il peut arriver. Je suis devenu raciste. Avec tout ce qu’il se passe à la télé ça me gonfle, on est obligé de devenir raciste et de se défendre. C’est de l’auto-défense».

FN - « Droite populaire », faux jumeaux

Rapidement, un comité local de soutien est monté pour réclamer la libération du retraité –qui sera finalement décidée le 13 octobre, après plusieurs refus de la justice. Tout aussi rapidement, l'extrême droite s’empare de «l'affaire Galinier». Manifestations, blogs –notamment celui du groupuscule actif Bloc Identitaire– communiqués... Marine Le Pen et Bruno Gollnisch, en pleine guerre interne au FN pour succéder à Jean-Marie Le Pen, multiplient les déclarations pro-Galinier, profitant du fait que cette affaire intervient quelques semaines après la remise en liberté du second braqueur présumé du casino d'Uriage-les-Bains, dans l'Isère. La première estime que «ce ne sont pas en France les délinquants qui ont à craindre de la justice, mais les honnêtes gens», le second adresse une «lettre ouverte à Nicolas Sarkozy», saluant René Galinier et son «acte citoyen» qui «a fait œuvre de salut public en se défendant contre deux voyous».

Dans un premier temps, l'UMP et le gouvernement se gardent bien de réagir sur ce dossier sensible. Seul le Collectif de la droite populaire, aile dure du parti majoritaire, prend la défense du retraité. Reprenant l'argumentaire et parfois le vocabulaire du FN, neuf députés UMP dénoncent par communiqué une décision de justice «inique» et «irresponsable», et justifié «la colère légitime des citoyens qui se sentent solidaires de René Galinier». Elie Aboud, élu UMP de l'Hérault, rend visite en prison à René Galinier. Son collègue des Alpes-Maritimes, Lionnel Luca –connu pour avoir loué le rôle «positif» de la colonisation ou jugé «anti-français» le film Hors-la-loi sur la guerre d'Algérie– estime que si le retraité a «tort» de parler de «sale race» à propos des Roms, «il a le droit de le penser». Le député a depuis atténué ses propos.

Le tournant Xavier Bertrand

Le tournant politique dans cette affaire intervient le 6 octobre. Xavier Bertrand, secrétaire général de l'UMP, est invité sur LCP. Profitant d'une question sur le jugement qui vient d'être rendu contre l'ex-trader Jérôme Kerviel, le patron du parti au pouvoir préfère répondre en critiquant l'incarcération de «Papy Galinier».

«Une décision de justice qui me choque (...) c'est la décision qui consiste à laisser ce retraité de 73 ans toujours en détention aujourd'hui, alors qu'il avait été agressé chez lui. C'est une décision de justice que je n'ai pas le droit de commenter, mais qui me surprend et me choque, c'est celle-là que je retiens dans l'actualité judiciaire.»

A moins de deux ans de la présidentielle de 2012, le pas de deux UMP-FN est donc bel et bien lancé. Lors de la dernière élection, Nicolas Sarkozy s'était félicité d'avoir siphonné l'électorat lepéniste en reprenant plusieurs thèmes de campagne de l'extrême droite (insécurité, immigration, identité nationale...). Lors de la prochaine, l'équation est loin d'être de nouveau acquise. Entre-temps, les espoirs de la campagne de 2007 (emploi et pouvoir d'achat) ont été déçus, et l'électorat populaire et les classes moyennes ne cessent d'exprimer leurs critiques contre «le président des riches» et leurs peurs contre le déclassement et la précarité – les manifestations contre la réforme des retraites en sont une des illustrations.

L'«alliance» ou l'«union»?

Les élections régionales de mars 2010 ont révélé un des handicaps majeurs de l'UMP, parti unique: son absence de stratégie d'alliance. Elles ont du coup sonné le réveil du vote FN, avec un score global de 9% pour le parti frontiste, avec des pointes à 20% dans certaines régions. Face à un tel risque, la nouvelle stratégie sarkozyste est claire: ne pas laisser un centimètre carré de terrain au FN et tenter d'en reconquérir à nouveau l'électorat.

Mais des voix commencent à se faire entendre à l'UMP pour aller encore plus loin et envisager une alliance, voire une union avec le FN. Le 6 octobre, l'idée a été lancée sur Radio-Courtoisie par Christian Vanneste, député du Nord et membre de la Droite populaire, et Xavier Lemoine, maire de Montfermeil (Seine-Saint-Denis). Pour le premier, une «alliance» électorale «avec ce qui est à notre droite» est «tout à fait possible». Dans le viseur, les élections législatives de 2012 où tout doit être fait pour empêcher des triangulaires UMP-PS-FN qui seraient fatales à la droite. Xavier Lemoine va plus loin, soutenant carrément une «union» entre l'UMP et le FN, jugée par cet élu de banlieue «nécessaire et indispensable».

La direction de l'UMP réagit rapidement pour dénoncer des idées lancées par des responsables isolés qui ne reflèteraient pas le sentiment général dans la majorité. «Notre position à l'égard du Front national et de l'extrême droite a toujours été constante et restera constante», jure le même Xavier Bertrand sur Radio J, rejetant tout rapprochement entre les deux partis. Sauf qu'un précédent existe: les élections régionales de 1998 où cinq présidents de région de droite, dont l'ancien ministre Charles Millon, s'étaient fait élire avec les voix des élus frontistes. L'arrangement avait provoqué à l'époque une crise dans la droite RPR-UDF, qui s'était soldée par une scission du parti centriste.

L'enjeu Marine Le Pen

La question se pose d'autant plus pour 2012 qu'un fait va prochainement bouleverser le paysage politico-médiatique. En janvier 2011, Marine Le Pen devrait succéder à son père Jean-Marie à la tête du FN. Et avec elle, c'est une extrême droite new look qui va apparaître, débarrassée des oripeaux antisémistes et racistes. La future présidente du FN a pris soin de se démarquer du style de son père et de ses déclarations outrancières sur la Shoah ou la guerre d'Algérie, mais elle affiche haut ses envies de pouvoir. Avec elle, doit venir une extrême droite féminisée, modernisée, de facto plus présentable, avec laquelle la droite parlementaire pourrait être tentée de faire affaire. Un sondage paru dans Le Point en avril 2010 révèle d'ailleurs que 28% des Français et jusqu'à 36% des sympathisants UMP sont favorables à l'entrée de Marine Le Pen au gouvernement. Selon Le Parisien, l'Elysée partage cette analyse, un conseiller anonyme de Nicolas Sarkozy se disant «convaincu que (Marine Le Pen) sera un jour dans un gouvernement de droite, mais dans longtemps, dans dix ans. Elle n'est pas pire que la CSU bavaroise allemande et plus modérée que la Ligue du Nord italienne».

Rendez-vous dans 18 mois

La fille du leader du FN se garde bien pour l'instant de répondre à ces appels du pied. Au contraire, elle répète à l'envi que le FN ne s'alliera jamais avec l'UMP puisque les deux partis ne partagent ni «la même culture», ni «les mêmes valeurs», ni «les mêmes solutions». Marine Le Pen a en effet tout intérêt à continuer à se démarquer du parti gouvernemental pour capitaliser dans l'opinion et faire monter les enchères en 2012.

Mais ne lui en déplaise, au FN également, l'idée circule. Bruno Gollnisch ne se dit «pas opposé par principe» à une éventuelle alliance, mais «à condition que [l'UMP] se rallie à nos points de vue». Surtout, Jean-Marie Le Pen lui-même avoue avoir été tenté par une union avec Nicolas Sarkozy en 2007. Dans Le Testament du diable (Ed. Du Moment), paru en octobre, le journaliste Azzedine Ahmed-Chaouch livre une confidence du leader frontiste. En 2007, celui-ci aurait envisagé de s'allier avec le nouveau président, séduit par son discours national:

«Il y avait peut-être une possibilité d'accord, mais il eût fallu qu'elle soit exprimée. Si le Président s'était engagé dans cette voie, qui correspondait dans le fond à l'exposé de son programme présidentiel, s'ouvrait une période qui aurait pu être celle d'une collaboration

Jean-Marie Le Pen aurait même été prêt à accepter un poste si Nicolas Sarkozy le lui avait proposé:

«Il aurait fallu préciser quand même un certain nombre de choses, car nous avons des divergences qui sont fondamentales avec l'UMP. Tout cela aurait été possible dans le cadre d'une réelle politique nationale. Nicolas Sarkozy aurait pu se considérer comme chef de la République, il aurait pu se trouver au-dessus des partis

Raté en 2007, le rendez-vous UMP-FN, pour l'instant coup de main mutuel aux intérêts bien compris, sera-t-il pris en 2012?

Bastien Bonnefous

Bastien Bonnefous
Bastien Bonnefous (65 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte