Monde

GhostNet, la cyberattaque qui venait de Chine

Temps de lecture : 2 min

Des chercheurs canadiens de l'université de Toronto pourraient bien avoir mis au jour le plus réseau de cyber-espionnage jamais découvert. Selon le New York Times, tout serait parti d'une requête de proches du dalai-lama au «Munk Center for International Studies computers» pour détecter des signes d'intrusions ou d'attaques informatiques.

Ce laboratoire aurait alors surpris des ramifications d'une telle ampleur que près de 1.300 ordinateurs appartenant à des autorités gouvernementales et de particuliers auraient été visités dans 103 pays au moins.

Principalement visées par ce réseau baptisé GhosNet, des machines appartenant aux services de leader tibétain en exil, mais aussi ceux de gouvernements de pays asiatiques. Si le Munk Center pointe la Chine comme le centre de ce réseau, rien ne permet d'affirmer que le gouvernement chinois soit directement impliqué et encore moins de connaître la motivation exacte et l'identité des pirates. Qui pourraient bien être des citoyens anonymes connus en Chine sous le nom de «hackers patriotes».

Tracking GhostNet: Investig... by The SecDev Group on Scribd

Image de une: CaseyWest CC Flickr

En savoir plus:

Newsletters

Mémorandum pour l'Allemagne

Mémorandum pour l'Allemagne

La première puissance économique du continent ferait bien de ne pas oublier qu'elle a une dette envers l'Europe.

Italie: la deuxième ligne de front face au coronavirus est dans les supermarchés

Italie: la deuxième ligne de front face au coronavirus est dans les supermarchés

Au stress de se faire contaminer au contact de la clientèle s'ajoute celui d'être à la hauteur d'une mission essentielle à la résistance psychologique et physique des citoyen·nes.

Face au coronavirus, la Suède choisit l’auto-responsabilité

Face au coronavirus, la Suède choisit l’auto-responsabilité

Boîtes de nuit ouvertes, de nombreuses personnes dans les rues… La Suède a opté pour une voie bien différente de ses voisins européens.

Newsletters