France

Kerviel, seul coupable, seul responsable

Temps de lecture : 2 min

La 11e chambre du tribunal correctionnel de Paris a rendu un jugement sévère à l'encontre de l'ancien trader de la Société Générale.

Jérôme Kerviel, le 5 octobre 2010. REUTERS/Charles Platiau
Jérôme Kerviel, le 5 octobre 2010. REUTERS/Charles Platiau

Cinq ans de prison, dont trois ferme, et 4,9 milliards d’euros à rembourser à la Société générale. Le tribunal correctionnel de Paris a été particulièrement sévère avec Jérôme Kerviel, écrit Stéphane Durand-Souffland dans lefigaro.fr.

L’ancien trader de la Société Générale était poursuivi pour une perte record de quasiment 5 milliards d’euros. Le parquet avait réclamé cinq de prison dont quatre ferme et 375.000 euros d’amende pour «abus de confiance», «faux et usage de faux» et «introduction frauduleuse de données dans un système informatique». Finalement, le prévenu écope de cinq ans dont trois ferme, mais pas d'amende ni de mandat de dépot. Les protagonistes avaient rendez-vous ce 5 octobre pour le dénouement du procès-fleuve qui s’était déroulé du 8 au 25 juin 2010 à Paris.

Libération.fr raconte:

Kerviel, costume noir, chemise blanche, seul prévenu au procès, était arrivé quelques minutes auparavant dans une salle d’audience archi-comble, où il s’est assis au premier rang.

A l’occasion du procès, s'était posée longuement la question de la responsabilité de la banque. Responsabilité largement écartée par la 11e chambre du tribunal correctionnel ce 5 octobre 2010. Selon le président Pauthe, «les éléments indiqués par la défense ne permettent pas de déduire que la Société générale ait eu connaissance des activités frauduleuses de Jérôme Kerviel», rapporte lemonde.fr. De même, «les carences de la Société générale ne sauraient exonérer un trader de ses devoirs professionnels» et que «le dossier ne permet pas de déduire que la Société générale connaissait les activités de Kerviel ou a pu le suspecter». La justice considère donc que Jérôme Kerviel s’est placé tout seul et en toute connaissance de cause en dehors de son mandat de trader. (L'ensemble du délibéré est consultable en PDF.)

L’ex-trader devra «également rembourser les 4,9 milliards d'euros de pertes infligées à la banque en 2008. Si l'on se base sur son salaire actuel (de 2.500 euros) de consultant informatique, il lui faudrait des milliers années pour rembourser cette somme», souligne Stéphane Durand-Souffland. Et Le Figaro de détailler, à l'aide d'une infographie, ce à quoi correspond 5 milliards d'euros: 177.536 années de salaire ou 2,6 milliards d'exemplaires de son livre L'Engrenage (il touche 1,90 euro par exemplaire vendu).

Selon 20minutes.fr, Olivier Metzner, avocat de Jérôme Kerviel a assuré:

«Nous allons interjeter appel de ce jugement.»

Selon l’avocat, «Jérôme Kerviel paye seul pour un système». Il s’agit pour la défense d’un «jugement totalement déraisonnable qui dit qu'une banque n'est pas responsable de la créature qu'elle a fabriquée. C'est un jugement qui dit que Kerviel est le seul responsable des excès et des dérives de la finance. Comme si aucun contrôle ne permettait de contrôler quoi que ce soit. C'est un jugement confortable pour beaucoup, mais pas confortable pour la vérité et à la justice».

Retrouvez l’ensemble de notre dossier sur l’affaire Kerviel.

Slate.fr

Newsletters

Site classé

Site classé

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

On a voulu faire passer l'ancien président pour un radical de Corrèze mais son inconscient est de droite. Pour le meilleur et pour le pire.

Le jour où j'ai voté Chirac

Le jour où j'ai voté Chirac

Journalistes et contributeurs de Slate.fr se souviennent du 21 avril 2002 et du second tour pas tout à fait comme les autres de l'élection présidentielle.

Newsletters