France

Social: le spectre de l'explosion

Gilles Bridier, mis à jour le 30.09.2010 à 10 h 51

Le climat social de la rentrée est particulièrement dégradé. Les rancoeurs politiques, économiques se mêlent à l’opposition à la réforme des retraites.

Saccages à Strasbourg lors du sommet de l'OTAN   Reuters

Saccages à Strasbourg lors du sommet de l'OTAN Reuters

Qu’y a-t-il pour que l’atmosphère en France soit devenue à ce point exécrable? Un commentaire comme celui du député Vert Noël Mamère estimant  que «l’atmosphère qui règne dans notre pays, ça pue», est relativement convenu. Mais celui de Jean François Copé, personnalité de la majorité, soulignant qu’il «règne actuellement une ambiance malsaine de nuit du 4 août» est plus surprenant. Et de Martine Aubry à Edouard Balladur, la perception est identique, même si l’analyse est différente.

 La réforme des retraites, un détonateur

Il y a la réforme des retraites, mais ce n’est pas la seule cause. Déjà, elle est un détonateur social si sensible que Nicolas Sarkozy, pendant la campagne présidentielle, avait pris soin de ne pas la placer parmi les autres réformes à mener pendant son quinquennat. Mais il y eut la crise… un très mauvais argument. Car le déficit de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse est intervenu dès 2005. L’épée de Damoclès dont n’avait voulu se saisir les précédents gouvernements de gauche comme de droite, allait bien finir par tomber. Il fallait engager une réforme. Mais plutôt que d’ouvrir des négociations qui, comme dans d’autres pays, se seraient étalées sur une longue période pour préparer les esprits, explorer toutes les hypothèses et introduire de véritables changements, celle-ci a été menée à la hussarde déclenchant un véritable électro-choc dans l’opinion.

La méthode est choisie et revendiquée: tétanisation sur un pôle de fixation (en l’occurrence, le déplacement des butoirs d’âge), et décompression en ménageant des ouvertures en périphérie (pénibilité, carrières longues….). Le résultat n’est pas garanti. Car une méthode inspirée d’une technique de communication n’est certainement pas adaptée à une réforme qui touche au cœur de la vie des gens et aux fondements de la République.

Remise en cause brutale du contrat social

La retraite, «c’est tout ce que possèdent ceux qui n’ont rien», rappellent les syndicats. On peut se satisfaire d’un salaire qui ne permet pas d’épargner pour la retraite lorsqu’on a confiance dans le système qui assurera la prise en charge après la période d’activité. A l’inverse si un droit acquis est remis en question, c’est l’espoir d’une fin de vie sécurisée qui se brise, c’est l’égalité des droits en fin de vie qui disparaît. Et finalement, c’est l’Etat protecteur qui sort de son rôle et modifie le contrat social. Il ne s’agit pas, ici, d’une formule: il est bien question d’un contrat, surtout dans le cas d’un système de retraite par répartition. Une réforme des retraites méritait certainement mieux qu’un passage en force pour que la révision du contrat soit socialement recevable.

Qui représente qui? Qui défend qui?

Du même coup, l’opposition à cette réforme cristallise toute les rancoeurs accumulées. La crise économique imposerait de mener cette réforme sans tarder… mais pas question de toucher au bouclier fiscal pour solder cette crise. Certes, les montants en cause ne sont pas à la même échelle. Mais le symbole est là. Et il en est bien d’autres. «A force, ils vont faire renaître la lutte des classes», commentait Jean-Louis Debré, président du Conseil constitutionnel, à l’annonce des bonus d’après crise. Les images du Président de la République, élu par le peuple mais au milieu de ses amis du Fouquet’s au soir de l’élection, ou sur le pont du bateau d’un ami milliardaire alors qu’il devait se retirer dans un monastère… toutes ces images sont remontées à la surface à l’occasion de l’affaire Woerth/Bettencourt/de Maistre qui illustre les relations privilégiées entre les grosses fortunes et les hommes de gouvernement. Le spectateur, l’électeur, s’interroge: qui travaille pour qui au gouvernement, qui représente qui dans l’exécutif?

Les classes moyennes elles-mêmes ont l’impression d’être les dindons de la farce. Elles ont cru au miracle de la Bourse, elles ont découvert avec la crise le principe de la monnaie de singe. Elles ont pris leur épargne pour du capital, et sont tombées de haut en découvrant qu’elles assumaient les risques que d’autres prenaient pour elles. Il leur reste le travail et ses revenus qui ont progressé quatre fois moins vite que ceux du capital en dix ans. Le travail paie moins, il est plus taxé, et avec la réforme des retraites il faudra y rester plus longtemps. L’effort est-il partagé, alors que progresse la fortune des plus riches

Quant à la justice, est-elle la même pour tous alors que, dans cette même affaire Bettencourt, les procédures applicables au justiciable lambda ne s’appliquent pas? Ce qu’il reste de cette affaire que le pouvoir veut préserver des investigations d’un juge indépendant, c’est que la loi peut être transgressée; tout dépend de la fortune.

Excès du sécuritaire, craintes sur la couverture sociale

Alors, les rancoeurs se déversent, alimentées par la dérive sécuritaire, la stigmatisation des Roms, l’amalgame opéré avec les «gens du voyage». La politique d’immigration est de moins en moins acceptée dès l’instant où elle semble se fonder sur l’arbitraire et s’affranchir de l’esprit des institutions françaises. L’activisme du gouvernement en la matière pour suivre l’impulsion présidentielle semble répondre à des objectifs qui n’ont plus rien à voir avec le projet. Après avoir échoué – on l’a vu aux élections régionales - dans sa tentative de rallier des votes écologistes, Nicolas Sarkozy veut-il donner des gages au vote d’extrême-droite qu’il alimente lui-même en brandissant le spectre de l’insécurité? Les doutes s’expriment. Et si les propos de l’exécutif sur la sécurité ne sont plus crédibles (même lorsqu’il est question du risque terroriste), que devient l’incarnation de l’Etat?

Tout se déverse dans les manifestations, derrière les banderoles contre la réforme de retraite. L’extension de la déchéance de la nationalité, qui signe l’échec de la politique menée par les derniers gouvernements en matière de police. L’influence croissante des bandes dans les zones qualifiées de non-droit, qui traduit la même impuissance. La sanction infligée aux parents en cas d’absentéisme scolaire des enfants, sous forme de suspension des allocations familiales. Et les dispositions prises pour éviter de creuser le trou de la Sécurité sociale (23 milliards d’euros en 2010): les petites maladies du quotidien moins prises en charge (à 55% seulement), une liste de médicaments déremboursés de plus en plus longue, des transports gratuits qui ne le sont plus pour les patients devant être suivis à l’hôpital, et des hôpitaux de plus en plus éloignés à cause de la révision de la carte hospitalière. «Les mutuelles compenseront», avait déclaré le gouvernement avec une certaine indécence. Certes… mais, bien sûr, en pratiquant des augmentations de cotisations. Au final, l’assuré paie plus. Et ce chômage qui persiste… et même qui continue de s’aggraver pour les plus de 55 ans, n’en déplaise au ministère de l’Emploi.

Aussi, lorsque dans cette atmosphère, les députés de l’opposition réclament la démission du président de l’Assemblée nationale, on se demande s’il s’agit juste d’une péripétie dans les débats parlementaires, ou si c’est une nouvelle manifestation du malaise plus profond qui mine la France en cette rentrée. Ce malaise qui va se déverser dans la rue... Jusqu'où?

Gilles Bridier

Photo: Saccages à Strasbourg lors du sommet de l'OTAN Reuters

Gilles Bridier
Gilles Bridier (663 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte