France

Le buzzbuster Dati

Vincent Glad, mis à jour le 27.09.2010 à 20 h 25

Rachida Dati parlant de «fellation» au lieu d'«inflation». Rarement une vidéo politique n'aura été autant visionnée en si peu de temps. Ce n'est pas surprenant.

Capture d'écran Canal +

Capture d'écran Canal +

«Quand je vois certains qui réclament une rentabilité à 20-25%, avec une fellation quasi nulle...» Le lapsus de Rachida Dati qui a confondu «inflation» et «fellation» sur le plateau de Dimanche+ est rentré dans les annales (copyright jeu de mot: Christophe Barbier) du buzz politique. La séquence enregistrée par LePost.fr avait été vue 1,4 million de fois 24h après sa mise en ligne sur Dailymotion, ce qui en fait un des plus gros démarrages d'une vidéo d'actu en France.

A titre de comparaison, le compteur de la vidéo Dailymotion du dérapage raciste de Brice Hortefeux aux Universités d'été de l'UMP en 2009 est encore bloqué en dessous des 1,4 million de vues malgré tout le battage politico-médiatique qu'elle a engendrée. Autre classique du genre, la vidéo des propos en «off» de Sarkozy sur France 3 culmine aujourd'hui à 3 millions de vues, un chiffre qui devrait être allègrement battu par la vidéo de Dati.

En fait, à ce niveau d'audience, il faut comparer le lapsus de Rachida Dati avec le blockbuster du secteur, le «Casse toi pov' con» de Nicolas Sarkozy au Salon de l'Agriculture 2008. Le gros problème des vidéos virales, c'est que le fil de leur audience est très difficile à remonter, s'il n'a pas été soigneusement documenté sur le moment. Pour ce que l'on a pu retrouver dans le grand trou noir de Google, la vidéo du parisien.fr atteignait environ les 2 millions de vues (sur sa version originale et les versions pirates) en 24h, d'après une estimation du figaro.fr. La performance de Nicolas Sarkozy aurait sans doute été plus forte si la vidéo du Parisien avait été «embedable», c'est-à-dire transposable sur les nombreux sites qui avaient repris l'information. Dati sait faire le ramdam, mais pas encore autant que son mentor Sarkozy.

Comment expliquer ce succès fulgurant (au-delà du mot «fellation»)?

1. L'effet Rachida

Rachida Dati est une star du web. Dans un classement que j'avais réalisé à l'été 2008 pour 20minutes.fr, Rachida Dati arrivait 4e du personnel politique français en nombre de vidéos virales sur son compte avec déjà 9 «casseroles» à son passif. Depuis, elle n'a pas ralenti le rythme, ajoutant à son fameux pas de deux chancelant avec Bernard Laporte, une série de séquences restées dans les mémoires: ses étranges réponses sur l'Europe dans un jeu des Jeunes Pop, son ennui au Conseil de Paris et sa déprime au Parlement européen.

S'ajoute à toutes ces vidéos la lancinante question «Qui est le père de Zohra Dati», un serpent de mer d'Internet attisé par divers scoops plus ou moins foireux sur la question.

Image 1Par son côté people et sa propension à commettre des bourdes, Rachida Dati est la proie idéale du buzz. Elle est aussi la seule politique à avoir fait une incursion dans le domaine du sexe, qui booste toujours les audiences Internet. La «fellation» donc, mais aussi un joli «oops» à l'Assemblée.

2. L'effet lapsus

Les vidéos politiques à succès sont le plus souvent des «off», des séquences filmées à l'insu des politiques, sortant ainsi de la communication politique traditionnelle et censées délivrer une certaine vérité cachée par les médias. On retrouve ce mécanisme dans le «Casse toi pov' con», dans le hors antenne de Sarkozy sur France 3 ou dans la réunion de Ségolène Royal sur les profs en 2006. Malgré sa diffusion à une heure de grande écoute sur Canal+, le lapsus relève de ce fantasme du «off»: en prenant un mot pour un autre, Rachida Dati est censée révéler sa vérité profonde, cachée derrière le fard de la communication.

C'est la lecture qu'en fait le directeur de la rédaction de L'Express, Christophe Barbier: «Le lapsus vient écorner la langue de bois: à force de faire du training, à force d'avoir réponse à tout, à force d'avoir un discours formaté plein d'eau tiède, le moindre petit incident suscite une curiosité phénoménale.»

3. L'effet Google

Intrigué par le bruit médiatique (Google News renvoie à 80 occurences) ou alerté par leurs amis, les internautes ont visiblement cherché la vidéo sur Google. En témoigne l'apparition très rapide de «Rachida Dati lapsus» dans la fonction Suggest du moteur de recherche.

Image 1

4. L'effet LePost

La vidéo a été mise en ligne par la meilleure PME du buzz d'actu en France, LePost.fr. Tout y est pour qu'elle connaisse le maximum de succès en un minimum de temps. Quelques dizaines de minutes après que Canal+ a diffusé la séquence, Salam93, le zappeur à plein temps du Post, met en ligne un extrait sur Dailymotion avec tout le savoir-faire maison: une vidéo très courte (17 secondes), une image parfaite et un logo «LePost.fr» pour éviter les vols. Mais la séquence appartient à Canal+ qui pourrait demander au site d'info de la retirer.

5. L'effet Facebook

C'est la première fois que l'on peut observer en France un tel succès des partages Facebook. La vidéo de Rachida Dati affichait le 27 septembre à 18h 140.000 «likes», ce qui veut dire que le lien de la séquence s'est affichée sur le fil d'actualité Facebook de 140.000 personnes —un chiffre qui ne prend pas en compte les internautes qui ont posté eux-même la vidéo sur leur mur Facebook. La propagation de la séquence est facilitée par l'essor du réseau social qui permet de partager à plus grande échelle que les traditionnelles chaînes de mails de l'époque Sarkozy au salon de l'Agriculture.

6. L'effet Dailymotion

Le site de partage vidéo a profité de la mise en ligne de la séquence sur sa plateforme pour la mettre en avant sur sa page d'accueil. Dès 18h dimanche, la vidéo apparaissait en homepage du site, affolant sans doute les chiffres. On voit sur cette courbe d'audience de la vidéo un pic de connexion vers 20h dimanche, quelques heures après cette mise en avant (qui correspond également au retour de week-end).

Image 3

 

Vincent Glad

Remerciements à Rémi Douine, de The Metrics Factory.

Vincent Glad
Vincent Glad (156 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte