France

RSF: 25 ans en images

Reporters sans frontières, mis à jour le 26.09.2010 à 9 h 36

RSF en action pour marquer le 20e anniversaire de la répression du

A Paris, le 3 juin 2009. RSF en action pour marquer le 20e anniversaire de la répression du printemps de Pékin de 1989. REUTERS/Gonzalo Fuentes

Reporters sans frontières a fêté ses 25 ans jeudi 23 septembre lors d’une soirée organisée à l’Hôtel de Ville de Paris. C’est l’occasion de revenir en images, grâce à l’Institut national de l’audiovisuel, sur l’histoire et le parcours de l’organisation fondée en 1985 par Robert Ménard.

De la petite association montpelliéraine à l’incontournable organisation internationale sollicitée sur tous les fronts, en 25 ans, Reporters sans frontières n’a cessé de grandir et de se renforcer. Après le déménagement du siège à Paris, l’organisation se dote peu à peu d’un réseau de correspondants qui émaille l’ensemble du globe. Début 1990, les sections commencent à voir le jour, en premier lieu les représentations en Belgique et en Suisse. Reconnue d’utilité publique en 1995, la presse française commence à découvrir ses mobilisations auprès des journalistes victimes de violences et de la censure. Mise en place du classement annuel des prédateurs de la liberté de la presse, constitution d’un bureau dédié au Net, ses activités se multiplient, son analyse s’affine. Elle travaille de plus en plus en partenariat avec des organisations qui, dans tous les pays du monde, mènent les mêmes combats. L’enlèvement de Christian Chesnot et Georges Malbrunot en Irak en 2004, celui de Florence Aubenas un an plus tard, et l’engagement de Reporters sans frontières pour leur libération renforceront la visibilité de l’organisation qui est maintenant connue et reconnue. Les quatre vidéos que nous vous présentons retracent d’importantes étapes de l’histoire de l’organisation.

1989

retrouver ce média sur www.ina.fr

Reporters sans frontières a quatre ans. C’est encore une association de taille modeste, mais ses actions prennent de l’ampleur, notamment grâce à ses premières campagnes de sensibilisation sur le sort de la presse dans le monde. Elle commence à jouir d’une notoriété d’estime auprès des journalistes français qui découvrent cette petite ONG dynamique et soutiennent ses combats.

1998 en France

retrouver ce média sur www.ina.fr

«On ne peut pas discuter des droits de l’homme entre la poire et le fromage.» Reporters sans frontières prend son courage à deux mains et manifeste en toute illégalité pour faire entendre sa voix. Pas question de laisser une rencontre de chefs d’Etat au sommet sans faire valoir les questions des droits de l’homme. Inlassable empêcheur de tourner en rond, l’organisation fait connaître au grand public le sort sinistre réservé aux journalistes dans certains pays du globe.

2003

retrouver ce média sur www.ina.fr

Reporters sans frontières se mobilise pour les deux journalistes, le premier français, Vincent Raynaud, le second belge, Thierry Falise, et leur interprète, condamnés au Laos à 15 ans de prison. Les chefs d’accusation: «Entrave au fonctionnement des pouvoirs publics» et «détention d’armes». En réalité, ils menaient un reportage sur la communauté montagnarde Hmong, minorité discriminée et haïe par le pouvoir communiste pour avoir combattu du côté des Américains pendant la deuxième guerre d’Indochine. C’est un vrai procès politique.

Chaque mois, Reporters sans frontières propose sur son site, en collaboration avec l’Institut national de l’audiovisuel, une chronique sur la liberté de la presse et d’expression dans le monde.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte