Life

Taffetas (en parler ou pas?)

Jean-Yves Nau, mis à jour le 15.12.2010 à 20 h 47

Jean-Yves Nau, médecin et viticulteur, explore le monde des mots qui font vivre le vin.

Rentrée scolaire; une classe –publique– de première, au hasard, dans la douce France.
Pouvez-vous répondre à ces deux questions (en sachant qu’il ne s’agit pas d’un texte écrit pour Gérard Depardieu): Qui est l’auteur de  ces lignes? De quand datent-elles? Ce travail n’est pas simple. Vous pouvez travailler en groupe. Remise des copies dans une semaine.   

«A toy, compaing! De hayt, de hayt!
– Là! là! là! C’est morfiaillé, cela. O lachryma Christi!
–C’est de la Deviniere, c’est vin pineau!

– Ô  le gentil vin blanc! Et par mon ame ce n’est que vin de tafetas.
– Hen, hen, il est à une aureille, bien drappé et de bonne laine.»

Comment les lycéens  réagiront-ils, à supposer qu’ils soient privés de la Toile? Pour notre part, un aveu: d’emblée on ne saisit plus tout, certes. Mais la fracture lexicale est toujours là, en résonance, avec Céline (radicalement allergique à l’alcoolisme) puis avec Dard (amoureux fou – entre autre- d’Yquem). Nous sommes ici face à un extrait de l’œuvre du premier de cette trinité de l’écriture  francophone. C’est bien sous la signature du Dr Rabelais (François) ce que les plus chanceux pouvaient découvrir  ceci à la mi-temps du XVIe; sous le titre de Gargantua (La vie très horrifique du grand)

«C’est morfiaillé, cela.» Nos mots respirent et s’assoupissent. Il leur arrive de piquer une petite  sieste, en coulisse. D’autres meurent; ou font gentiment semblant. Puis, cabots, reviennent sur scène. Avec cette injustice première: sous les meilleures plumes, quelques-uns ont de bien belles espérances de vie. Près de cinq siècles plus tard, on perçoit toujours chez Rabelais l’essentiel déjà épuré. A commencer par le parallèle entre les larmes «blanches» du Christ et la Devinière (située à Seuilly –non loin de Chinon– où il a vu le jour; lieu prophétique, plus que jamais visitable). A suivre par ce «vin pineau» qui n’est que «vin de tafetas».

Le temps a passé, bien sûr. Plus de «vin pineau» mais celui de son cépage: le «chenin» (ou pineau de la Loire); on n’écrit plus «tafetas» mais «taffetas». Plus précisément on écrivait. «Vin de taffetas»? Qui pourrait dire de quoi il retourne via ce terme utilisé par Rabelais à une époque où les métaphores sur les vins n’étaient pas légion? On ne parlait alors que d’«acerbe» ou d’«aqueux», de «grossier» ou de «verdeur». Reflets d’une époque où l’on sait certes faire des pains, des fouaces et des fromages mais où l’on ne sait rien de l’intimité microbiologique de la fermentation alcoolique. Pasteur n’est pas né. Il n’empêche. Dans la révolution de la Renaissance, Rabelais ose le taffetas. Il nous dit en substance ce qu’il pouvait en être de l’onctueuse structure de ces vins de chenins de sa chinonaise Devinière. «Taffetas» que nous n’osons plus métaphoriser. «Taffetas» qui précédait Gargantua et qui traversera les siècles et la Révolution française.

Dictionnaire de l'Académie Française, 5e édition, Paris 1798:

«Taffetas, s. masc. Etoffe de soie fort mince et tissue comme de la toile. Taffetas d'Avignon, de Tours. Taffetas de la Chine, d'Angleterre, de Florence. Taffetas double. Taffetas incarnat. Taffetas rayé. Taffetas à fleurs. Habit de taffetas. Doublure de Taffetas. Coiffe de taffetas.»

S’intéresser au taffetas, c’est entrouvrir la porte de la longue, vaste et riche histoire des tissus puisque le terme semble, nous dit-on, dérivé d'un mot persan («taftâ»; «ce qui est tissé»). Et dire en substance de quoi il retourne nous laisse entrevoir ce que Gargantua voulait signifier par ce «gentil vin blanc», «bien drappé et de bonne laine». Résumons ce que nous enseignent encore tous les dictionnaires, numérisés ou pas. Le taffetas est un tissu précieux et coûteux élaboré en toile de soie au moyen de fils très fins et serrés. Il prend l'apparence d'un tissu épais, légèrement brillant et bruissant lorsqu'on le frotte entre ses doigts. Il est de ce fait notamment utilisé pour la confection de rideaux, de tentures, de robes de mariée ou de soirée. Se méfier comme du diable des taffetas pour pauvres d’aujourd’hui où la véritable soie laisse la place à de synthétiques fils.

Taffetas pour se vêtir. Taffetas pour soigner: tissu de fil, très fin, imprégné d'un principe agglutinatif ou vésicant. Taffetas d'Angleterre ou taffetas gommé (ancêtre du sparadrap) préparé en appliquant, au moyen d'un pinceau, sur du taffetas, une couche de colle de poisson dissoute dans la teinture de benjoin à chaud; sert à rapprocher les bords des petites plaies. Et faisons ici l’économie du taffetas vésicatoire ou épispastique, «sparadrap agglutinatif rendu vésicant et remplaçant assez bien les emplâtres vésicatoires».

Rentrée scolaire 2010; une classe de seconde d’un lycée, pourquoi pas du département numéroté «93».
Nous venons de voir ce qu’il en est de Rabelais, de Gargantua et du taffetas. Pensez-vous que ce dernier terme puisse être rapproché d’un autre, voisin, le «taf»? Pouvez-vous donner une définition précise de ce dernier et –si possible– son origine? Remise des copies demain à la même heure.

Passons directement à la grille officielle –et confidentielle– de correction.

Pour la plupart des élèves d’aujourd’hui (parfois dès le primaire mais surtout à partir du secondaire) ce terme (au masculin) renvoie schématiquement au travail. Beaucoup confondront avec l’argotique féminin: Inhaler de la fumée en tirant sur une cigarette ou un joint. «Laisse tirer une taf!» Attention: déjà vieilli.

Ils seront très peu nombreux à savoir qu’il s’agit de l’acronyme de «travail à faire». Leur révéler la chose et se saisir de cette opportunité pour enseigner ce qu’est un acronyme. Si l’effectif et l’atmosphère générale le permettent, on ira, avec précaution, plus loin.  A savoir que «taf» est issu d’une vieille expression proverbiale «les fesses luy font taf» ou «le cul lui fait tif taf»; en clair: «Il a grand peur, il tremble de peur». D’où «avoir le taf» (avoir peur); coller le taf (faire peur).  

Certains feront peut-être observer à la cantonade qu’il existe un lien entre la version acronymique et l’expression proverbiale. On se gardera de tout commentaire. Sujets à signaler de manière nominative aux services dédiés proches de Mr l’Inspecteur d’Académie; de même que ceux (fussent-ils nombreux) qui n’ont perçu que l’acception féminine du terme.

Rentrée scolaire 2010 . Toutes classes confondues, imaginons, l'Ecole alsacienne, Paris.
Lisez (et relisez autant que de besoin) ce fragment de texte. Identifiez l’auteur et le titre de l’œuvre en sachant qu’il ne s’agit ici –vous l’aviez deviné– ni de Louis-Ferdinand Destouches ni de Frédéric Dard. Retrouvez les éléments qui, au sein de l’œuvre de l’auteur permettent d’établir une corrélation ampélographique entre «chenin» et «pineau de la Loire». Pour finir, vous tenterez de développer ce qu’il en est aujourd’hui des liens prémonitoires ici évoqués entre vigne et guérison. La dimension religieuse n’est pas exclue. Pour ce faire vous pourrez faire référence aux données ci-jointes. Remise de votre travail individuel au plus tard dans 48 heures, par mail de préférence.

«Ce faict, et bergiers et bergieres feirent chere lye avecques ces fouaces et beaulx raisins, et se rigollerent ensemble au son de la belle bouzine, se mocquans de ces beaulx fouaciers glorieux, qui avoient trouvé male encontre par faulte de s'estre seignez de la bonne main au matin, et avec gros raisins chenins estuverent les jambes de Forgier mignonnement, si bien qu'il feut tantost guery.»

PS 1: qu’en est-il aujourd’hui, dans les espaces ruraux et urbains, de la «bouzine», des «fouaciers»

PS 2: établir une cartographie planétaire des aires d’encépagement du chenin, des volumes de production et de l’impact qu’a pu avoir ici la révocation d’un texte édicté à Nantes   

Jean-Yves Nau

Jean-Yves Nau
Jean-Yves Nau (803 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte