Notre santé résisterait-elle aux petits soins des séries?

Une scène de la série Urgences. © Warner Bros. Television

Une scène de la série Urgences. © Warner Bros. Television

Combien de jours Gregory House tiendrait-il dans un vrai hôpital? Jack Bauer peut-il se remettre en cinq minutes d’un arrêt cardiaque?

La série Urgences et quelques-unes de ses descendantes se sont appliquées, et s’appliquent toujours, à s’inspirer de la réalité médicale. Opérations véridiques, maladies parfaitement simulées et saignements authentiques n’enlèvent rien au problème qui nous préoccupe ici: les gestes «médicaux» les plus courants des séries télé en général –et pas seulement médicales– sont-ils réalistes? Pour en avoir le cœur net –et s’en amuser un peu– nous sommes allé demander son avis à un spécialiste de la question médicale version télé, Michel Cymes, médecin et co-animateur du Magazine de la santé sur France 5. Verdict: en souffrant un peu, et en faisant preuve d’héroïsme, on peut survivre à un traitement de série…

1. Est-il possible de faire une trachéotomie avec un stylo à bille?

Un grand classique de la série télé, la «trachéo stylo» est pratiquée par un héros qui, pour permettre à une victime (souvent d’accident de voiture) de respirer, va lui planter un corps de stylo-bille dans la gorge. Vu notamment dans Urgences, Trauma et Mercy (une variante dans les cotes et avec une paille), trois séries médicales.

L’avis de Michel Cymes: «C’est praticable, tout à fait faisable, ça se voit d’ailleurs parfois –très rarement, certes– dans la réalité, en cas d’extrême urgence et de manque de matériel. Pour autant, seul un professionnel, habitué à faire ce geste en bloc opératoire, peut le reproduire dans la rue. Mieux, il doit absolument, dans un premier temps, percer la gorge avec un couteau –il faut transpercer la peau, les muscles et du cartilage, aucun stylo n’est assez costaud pour faire ça. N’essayez pas si vous n’êtes pas médecin, vous risquez d’atteindre la tyroïde voire de sectionner la carotide.»

2. Peut-on se relever après un arrêt cardiaque et s’enfuir?

Un des tours de forces les plus marquants de la carrière mouvementée de Jack Bauer, héros de 24. Alors qu’il est torturé par de vicieux terroristes, son cœur lâche… puis repart. Dix minutes plus tard, après avoir assommé ses gardes, il prend le volant. Il finira dans le décor, mais ça ne change rien à ses efforts d’évasion. Jack peut se relever d’un arrêt cardiaque. Vu aussi dans Dollhouse (arrêt simulé par un poison, mais arrêt tout de même).

L’avis de Michel Cymes: «Impossible. Quand vous faites un arrêt cardiaque, votre cerveau n’est pas vascularisé. Il ne se remet pas en route aussi vite après avoir été privé de sang et d’oxygène. Il faut que la tension reparte et que le sang remonte au cerveau. Essayez de vous mettre debout –si vous en avez la force, ce qui est peu probable– et vous tomberez immédiatement dans les vapes. En même temps, si on parle de Jack Bauer, le type qui ne mange pas et qui ne va jamais aux toilettes, c’est différent…»

3.  Peut-on se remettre à courir après avoir été projeté au sol par une explosion?

Un autre grand classique. Impossible de faire la liste des séries où un personnage, fuyant une maison ou une voiture en feu, se retrouve au sol après son explosion, se relève et s’enfuit en courant.

L’avis de Michel Cymes: «Ça dépend de la distance qui sépare le personnage de ce qu’on appelle le “blast”, le souffle de l’explosion. Si c’est l’explosion elle-même qui le projette au sol, cela veut dire qu’il a subit le blast de plein fouet et qu’il y a 90% de chance que ses organes internes soient touchés. Dans ce cas, il ne se relèvera pas. Par contre, si c’est juste le souffle du blast, il peut se relever, mais sans ses tympans, qui auront eux explosé à coup sûr…»

4. Peut-on remettre en place, en tirant un bon coup, un os déplacé ou brisé?

En général, tout est dans le son: un grand «craaaaaack» à vous faire détourner les yeux –ce qui ne sert à rien, puisqu’on ne voit pas grand-chose à l’image. Epaule démise, fracture de la jambe, il faut, à en croire les séries, tout remettre en place, quitte à faire ça sans anesthésie et à la force des bras. Sadique ou véridique?

L’avis de Michel Cymes: «Pour l’épaule, sans problème. Les gens qui font des luxations régulières se la remettent en place tout seul. Pour le reste, tout est possible techniquement. En gros, un os, c’est un barreau de chaise, rien n’interdit de remettre les morceaux en place. C’est de la menuiserie. Après, sans atèle et sans calmant, ça tient de la médecine néandertalienne. Le geste est indispensable dans un seul cas: si l’os en se brisant a touché une artère, mieux vaut le remettre à sa place…»

5. Gregory House ferait-il long feu dans un hôpital du monde réel?

Une petite question d’éthique pour finir. L’irascible Docteur House pourrait-il sauver sa tête dans un hôpital réel et éviter de prendre la porte? Pourrait-il mettre la vie de ses patients en danger (pour les sauver, bien entendu), insulter ses collègues, insulter les malades, insulter leur famille, bref se comporter comme un sagouin tout en s’enfilant analgésique sur analgésique?

L’avis de Michel Cymes: «House fait preuve d’un grave manque d’empathie envers ses patients, ce qui n’a rien d’illégal –les médecins aussi froids que lui existent. Là où c’est plus grave, c’est qu’il est à la fois irresponsable –certes, génial, mais irresponsable– et toxico. Même le meilleur des médecins, s’il se droguait comme House, prendrait rapidement des congés forcés. Dans la vraie vie, il ne faudrait pas longtemps avant qu’un patient, ou même un collègue, ne porte plainte. Même si la qualité de son diagnostic peut éventuellement sauver sa tête en interne et avec les patients, le Conseil de l’ordre finirait par avoir vent de son comportement et le radierait.»

Pierre Langlais

Photo: Une scène de la série Urgences. © Warner Bros. Television