France

Les écologistes à l'heure du passage à l'âge adulte

Thomas Legrand, mis à jour le 24.08.2010 à 11 h 55

Ça y est, c'est décidé, les Verts et Europe Ecologie vont s'unir en un seul et même parti. Une avancée. Et pourtant, Cohn-Bendit n'est pas satisfait.

Cécile Duflot, Eva Joly, Daniel Cohn-Bendit. REUTERS/Stephane Mahe

Cécile Duflot, Eva Joly, Daniel Cohn-Bendit. REUTERS/Stephane Mahe

Souvenez-vous, après leurs succès électoraux aux européennes et régionales, les écologistes –et en premier lieu Daniel Cohn-Bendit– expliquaient qu’il fallait créer une structure plus large, plus ouverte que les Verts… Qu’il fallait même inventer une forme d’organisation nouvelle, participative, ultra démocratique, pourquoi pas sans militants, avec uniquement des volontaires occasionnels, des internautes qui interviendraient dans le cadre d’un débat permanent au sein d’une grande maison ouverte tournée vers la société, une organisation protéiforme, débarrassée des structures partisanes et de la bureaucratie des partis politiques classiques. En gros, un truc défini par plein de jolis mots autant à la mode que creux.

Maturité politique

Donc, ce qui devait arriver arriva: les écologistes vont bientôt accoucher, d’un… parti politique (Europe Ecologie) des plus classiques, plus important et diversifié que les Verts, certes, mais avec des militants colleurs d’affiches, un joli site Internet, des instances dirigeantes, un secrétaire général et peut-être même –c’est dire–, un président (même l’UMP n’a plus de président)! C’est en tout cas ce qui se dessine après la réunion de ce week-end. On pourrait en conclure rapidement que les écolos ont raté leur opération de modernisation. Mais ce serait aller trop vite. Ils finissent par faire un parti parce que (même si ça paraît ringard) c’est quand même la seule façon démocratique que l’on ait trouvée pour élaborer un programme et désigner des responsables qui ont vocation à exercer le pouvoir. En revenir à un parti classique ne veut pas dire que les écolos font du surplace… ils évoluent et font même preuve d’une certaine maturité politique. Le fait, par exemple, que, lors des débats de Nantes une table ronde ait été intitulée «Que ferait un ministre de l’Intérieur écologiste» montre bien que les écologistes ne limitent plus leur propositions aux seuls domaines environnementaux ou économiques ou à la protestation antisystème pour tout le reste.

Pourtant, Daniel Cohn-Bendit n’a pas l’air satisfait de cette évolution. Il fait un peu sa star. Il exagère, parce qu’effectivement Europe Ecologie n’aura pas la forme moderniste dont il rêvait et parlait sans toutefois n’avoir jamais réussi à la définir précisément… Mais si l’on regarde de plus près, sur le fond, les écologistes français évoluent peu ou prou selon ce que souhaite et ce que défend régulièrement l’ancien leader de 68. Le choix quasiment entériné d’Eva Joly pour la présidentielle en est la preuve. Eva Joly n’est pas la personnalité gauchiste, altermondialiste, enfermée sur l’environnement ou la contestation de tout que dénonce Cohn-Bendit quand il étrille ses amis écolos. Le fait que les Verts se retrouvent derrière cette candidature qui peut séduire de José Bové au centre droit, devrait suffire au bonheur de Daniel Cohn-Bendit et lui prouver qu’il a quasiment gagné la partie de l’évolution idéologique.

Dany, la grand-mère et la liberté

Son agacement ressemble, du coup, à une blessure d’égo. Cohn-Bendit refuse d’être candidat, de prendre la tête d’Europe Ecologie et puis il râle… Il est un peu comme la grand-mère, à table, à qui l’on propose en premier de se resservir du gâteau. Pour montrer qu’elle est bien bonne, elle se sacrifie et refuse et puis bougonne quand elle s’aperçoit que, du coup, il n’y en a plus pour elle! Daniel Cohn-Bendit, lui, a trouvé une jolie formule, un peu plus avantageuse que ma comparaison avec la grand-mère râleuse… Il dit: «Si ça continue, je démissionne de mon poste de Zorro.» N’en croyez rien. Il ne brigue aucune fonction et cette distance vis-à-vis du pouvoir lui confère une liberté et un ton de sincérité très efficaces (il s’en grise assez souvent, d’ailleurs). C’est aussi pour ça que l’on peut parier que, malgré sa mauvaise humeur capricieuse, il gardera son poste de Zorro médiatique des écolos.

Thomas Legrand

Photo: Cécile Duflot, Eva Joly, Daniel Cohn-Bendit aux journées d'été des Verts, le 20 août 2010 à Notre-Dame-des-Landes. REUTERS/Stephane Mahe 

Thomas Legrand
Thomas Legrand (156 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte