Partager cet article

Est-il légal de manger son chat?

i iz in ur cooka / I Can Has Cheezburger?

i iz in ur cooka / I Can Has Cheezburger?

Cela dépend de là où vous habitez.

Lorsque des policiers de l’ouest de l’État de New York arrêtèrent Gary Korkuc pour avoir grillé un stop un dimanche d’août, ils trouvèrent dans son coffre un chat vivant, salé, mariné dans l’huile et couvert de piments. Korkuc expliqua aux agents que son félin était «possessif, gourmand et gaspilleur» et qu’il avait l’intention de le faire cuire pour le manger. Korkuc est poursuivi pour cruauté envers les animaux. Il a comparu une première fois le 17 décembre devant le tribunal de Buffalo, dans l'Etat de New York et une nouvelle fois le 22 décembre. Il a été considéré apte à comparaître à son procès, qui aura lieu le 26 janvier 2011. Nous republions à cette occasion l'explication que ce fait divers avait inspiré à Slate.com, en août, lors de l'arrestation de Gary Korkuc.

Existe-t-il un moyen légal de cuisiner et de manger son chat?

Dans certains endroits peut-être, mais pas dans l’État de New York. Peu d’États ont des lois spécifiques interdisant de manger les animaux domestiques. Quand c’est le cas, ils excluent généralement l’abattage ou la vente de viande de chat et de chien. L’État de New York interdit explicitement «à toute personne de tuer ou d’abattre les chiens domestiques (canis familiaris) ou les chats domestiques (felis catus ou domesticus) pour fabriquer de la nourriture, de la viande ou des produits à base de viande pour la consommation humaine ou animale». Il n’apparaît pas clairement si c’est le fait d’en manger qui est illégal, ou uniquement l’abattage. Si vous parvenez à acheter de la chair de chien ou de chat à quelqu’un qui a, lui, enfreint cette loi anti-abattage, vous pouvez sans doute vous en sortir. Et puis, la loi ne couvre pas les furets, les gerbilles, les perruches ou d’autres espèces d’animaux domestiques moins familiers (quoique la loi générale d’interdiction de la cruauté puisse protéger les espèces exotiques).

La loi californienne interdisant la consommation d’animaux domestiques a une plus grande portée. Elle interdit la possession du cadavre; par conséquent, avoir acheté votre steak de chat à quelqu’un d’autre n’est pas un alibi suffisant. En Californie, la loi protège aussi «tout animal traditionnellement ou couramment considéré comme domestique ou de compagnie» plutôt que seulement Médor et Minette. Cette loi n’a pas été mise à l’épreuve encore, donc on ne sait pas vraiment quels animaux sont concernés. Pas les cochons en tout cas, même s’ils sont souvent considérés comme des animaux domestiques, car ce sont des animaux de ferme. Les chevaux font l’objet d’une section particulière du code. Il n’existe aucun précédent pour les iguanes, les poissons rouges ou les boas constrictors.

Dans la majeure partie du pays, la légalité de la consommation des animaux domestiques se rapporte à la généralité de la loi sur la cruauté à l’égard des animaux, et à la manière dont un juge l’interprèterait. Certains États, comme la Virginie, interdisent la mise à mort inutile d’un animal, à l’exception des «activités agricoles». Là, il y a fort à parier que tuer un chat pour le dîner vous attirerait des problèmes, parce que sa mise à mort ne serait pas nécessaire et que les chats ne sont pas considérés comme des animaux d’élevage.

À l’autre bout du spectre, on trouve des États comme le Missouri, où il existe très peu de restrictions sur le moment, la motivation et la manière dont un maître peut tuer son animal de compagnie. Dans ces endroits-là, il serait difficile de mettre un amateur de chat sous les verrous, à moins que le mode d’abattage choisi soit particulièrement inhumain.

Les autorités n’auront aucun mal à poursuivre Korkuc, cet habitant de l’ouest de l’État de New York qui faisait mariner son chat dans le coffre de sa voiture. Qu’il ait eu ou non l’intention de manger son félin, enfermer un animal de compagnie dans un véhicule à moteur sans ventilation adéquate est illégal. Enduire un chat avec de l’huile pimentée, même si ce n’est pas spécifié en tant que tel, est aussi une infraction à la loi interdisant la cruauté de cet État, qui condamne la torture.

En ce qui concerne le reste du monde, la viande de chat et de chien semble être à un carrefour de son existence. La Chine a fait retirer la viande de chien du marché pour les Jeux olympiques de Pékin de 2008, et envisage une loi qui l’interdirait de façon permanente. La Corée du Sud, en revanche, semble cheminer doucement vers la légalisation explicite du commerce de viande de chien, très étendu et officiellement toléré.

L’explication remercie Debora Bresch de l’ASPCA, David Favre du Michigan State University College of Law, Adam Parascandola de la Humane Society of the United States et David Wolfson de Columbia University.

Brian Palmer

Traduit par Bérengère Viennot


Et en Europe?

En France, aucune loi n’interdit spécifiquement de manger un chat ou un chien. En cas de fringale ou d’invités impromptus, théoriquement vous ne risquez rien d’autre à passer Félix au barbecue que la rancune de vos enfants et la gratitude éternelle de leurs futurs psys.

Tout dépendra en fait de votre méthode d’abattage de l’animal. Il est en effet prévu par la loi que des particuliers puissent tuer les poulets ou lapins qu’ils élèvent pour leur consommation personnelle. Mais dans tous les cas, la méthode d’abattage doit respecter certaines règles (établies par le Code rural), notamment l’étourdissement avant la mise à mort. Il convient donc de tuer son chat ou son chien sans cruauté et en respectant les principes d’hygiène de l’abattage.

Sachez pourtant qu’il faudra rester à la maison pour déguster un civet de chien. Si les services sanitaires saisissent de la viande canine dans un restaurant, ils peuvent faire fermer l’établissement. En outre, faire part de ses goûts culinaires en la matière peut coûter gros: en février dernier, en Italie, un chef animant une célèbre émission de cuisine a dispensé des conseils sur la façon d’accommoder la viande de chat, ce qui lui a valu d’être renvoyé illico presto par la chaîne.

Enfin, en Suisse Romande, il n’est pas si rare de consommer de la viande de chat, surnommé autrefois le «lapin des toits» dans les campagnes, souvenir des époques de pénurie alimentaire. Il paraît même que c’est très bon.

Merci au service juridique de la SPA Paris.

Bérengère Viennot

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte