France

Quel politique réussira le mieux sa photo de vacances?

Quentin Girard, mis à jour le 06.08.2010 à 10 h 19

Les hommes et femmes politiques ne vont pas disparaître de nos médias pendant les vacances. Préparez-vous aux albums photos savamment mis en scène.

Nicolas Sarkozy et son fils Louis à Wolfeboro, dans le New Hampshire, le 4 août

Nicolas Sarkozy et son fils Louis à Wolfeboro, dans le New Hampshire, le 4 août 2007. REUTERS/ Neal Hamberg

Enfin! Les politiques sont partis en vacances. Les derniers à pouvoir s’échapper sont les ministres qui devaient attendre le dernier conseil. Comme chaque année, et depuis une dizaine de jours déjà, il n’y a pas beaucoup de suspense sur leurs destinations.

A part un ou deux cachottiers, la plupart ont dûment informé les médias de leurs lieux de villégiatures. En France, comme en Europe, les vacances sont placées cette année sous le signe de la rigueur. Et oui, c’est toujours la crise économique, le chômage est à 10% dans la zone euro, et les politiques ne peuvent se permettre de partir dans des lieux luxueux, alors que même certains ministres doivent dégraisser et se séparer d’un grand nombre de collaborateurs, parfois contre leur gré.

Arnaud Mercier, chercheur associé au CNRS au laboratoire communication et politique et directeur de la licence Web-journalisme à Metz, note ainsi que «tous les politiques ne partent pas en France, mais on ne communique pas quand c’est à l’étranger. Il faut jouer la carte de la proximité, surtout ne pas étaler le luxe».

Surtout, les politiques ne vont pas disparaître du paysage publique lors des 15 prochains jours (la durée moyenne des vacances). Tous les journaux généralistes vont consacrer une page au moins à ce thème, la presse locale va s’enquérir des éventuelles personnalités qui viendront dans le coin, et les journaux people vont éventuellement se délecter d’une ou deux photos. Sans oublier les petits malins qui croiseront un politique sur la plage ou la terrasse d’un café et qui s’empresseront de diffuser la photo de leur Smartphone sur un réseau social.

Mises en scène

Repensez à l’action de Nicolas Sarkozy depuis qu’il a été élu président de la République. Des évènements politiques vous viennent à l’esprit, quelques réformes éventuellement et de nombreuses images symboliques. Sarkozy faisant du jogging, Sarkozy sur un yacht, Sarkozy à Pétra avec Carla Bruni portant sur ses épaules le fils de la chanteuse, Sarkozy à Wolfeboro avec des bourrelets retouchés, Sarkozy à Disneyland etc.... Les périodes de vacances, un coup bling-bling, un coup plus discrètes font partie intégrantes de la manière dont l’on perçoit le président. Ses lieux de villégiatures emblématiques, comme le Cap Nègre, sont entrés dans l’imaginaire collectif, comme le Fort de Brégançon, période Chirac, ou les escapades cachées en Egypte, période Mitterrand.

Alors qu’ils sont censés un peu lever le pied, les vacances restent donc un moment important dans l’agenda des hommes et femmes politiques. Ils préparent déjà la rentrée. Le mieux étant de redorer son image un peu malmenée grâce à une ou deux photos. Ah, Villepin sortant de l’eau tout musclé en maillot de bain, voilà l’image idéale à reproduire! Surtout, c’est un moment où chacun peut joueur sa carte personnelle, un peu à l’écart de la communication de masse du Parti. Emile Josselin, responsable des contenus Web du Parti Socialiste, explique ainsi que le site du PS, ne va «pas du tout communiquer sur les vacances. Ce n’est pas notre rôle car le parti n’est pas en vacances. A Solférino, il y a toujours des gens, de l’actualité et on prépare l’université d’été de La Rochelle».

Pour Arnaud Mercier, «la communication des hommes politiques pour les vacances n’est pas nouvelle, cela fait longtemps que ce n’est plus un moment de rupture totale. Cette mise en scène du corps a débuté sous Giscard. il y a eu pendant sa présidence une photo de lui sortant de l’eau et lorsqu’il était ministre des finances, il a joué au foot». Un match épique entre le conseil municipale de Chamalières dont il était maire et les commerçants de la ville.

Lors des vacances, «le corps est mis en scène, c’est une situation inhabituelle le reste de l’année», note Arnaud Mercier. Cela permet de montrer une autre facette de soi-même, de paraître plus proche des gens. En maillot de bain, on est Monsieur tout le monde. Sauf qu’au départ, seules les personnalités les plus importantes se mettent en scène lors de cette période, parfois photographiées par les meilleurs photographes. C’est ainsi Giscard qui est suivi dans l’intimité par Depardon à la campagne (avant de refuser la diffusion pendant 28 ans des images), ou Jospin qui se laisse photographier par ce même Depardon en train de se balader le long du canal Saint Martin avec sa femme ou relisant ses notes, anonyme au milieu de la foule, dans un aéroport (voir l’ouvrage, PPP : Photographies de personnalités politiques).

«Là où c’est nouveau aujourd’hui, c’est que beaucoup plus d’hommes politiques se mettent en scène dans nos belles provinces de France», explique Arnaud Mercier. On connaît ainsi le lieu de vacances de tous les ministres, jusqu’au sous-secrétaire d’Etat le plus obscur. Le Parisien a même dressé la liste des destinations d’une vingtaine de maires d’Ile de France. On peut ainsi apprendre que «Jean-Pierre Pernot, maire (MRC) de Méry-sur-Oise, est du 15 juillet au 15 août dans la maison familiale de l’île de Noirmoutier». Passionnant. Les paparrazzi ne seront sans doute pas encore très nombreux pour saisir ses moments familiaux. Ils seront plutôt focalisés sur les quelques stars de la politiques.

Car, évidemment, cette mise en scène de la vie privée a fini par attirer toutes sortes de magazines. Christophe Carron, rédacteur en chef de Voici.fr estime ainsi que les journaux people s'intéressent plus aux vacances des politiques depuis quelques années:

«Avant, le politique était plus ou moins tabou dans la presse people. Puis la brèche a été ouverte quelques mois avant la présidentielle de 2007. Un magazine a commencé, tout le monde a suivi. Un mouvement amplifié par le positionnement de Nicolas Sarkozy, qui n'a pas hésité à jouer la carte du people pour gagner quelques points dans les sondages. Plus que le sujet des vacances des politiques, c'est tout ce qui a trait à la vie privée des politiques qui intéresse maintenant la presse people.»

Pour Arnaud Mercier, «Pompidou s’affichait dans son intérieur auvergnat et Lecanuet nous recevait chez lui; Cela fait si longtemps que les hommes politiques font le marketing de leur vie privée que la presse people a fini par se sentir en droit et en situation d’en parler».

Un People comme un autre.

Les photos d’un politique sont-elles celles alors d’un people comme un autre? Pour Christophe Carron, potentiellement, une couverture de la presse people sur un politique peut se vendre aussi bien qu’une sur un participant de Secret Story ou autre: «Tout dépend du politique, de son allure en maillot, de la situation...Le politique, avec la télé-réalité, est ce dont le public est le plus friand».

Au point que cela crée parfois des tensions. Ségolène Royal avait ainsi très mal pris une photo d’elle en bikini dans Closer, il y a quelques années. Le rédacteur en chef de Voici.fr s’amuse de cette hypocrisie:

«Grâce à la presse people, les politiques se font connaître à une frange de la population qu'ils auraient beaucoup de mal à toucher par le biais des quotidiens nationaux, des news mags... Grâce à nous, ils entrent dans des foyers qui ne s'intéressent pas forcément à la politique. Si, officiellement, ils sont nombreux à se dire dévastés quand ils sont en couv' (pour attendrir le juge et gagner plus de dommages et intérêts au tribunal), ils sont souvent très contents de cette popularité.»

Et c’est cette même Ségolène Royal qui s’était affichée à la maternité après la naissance de l’un de ses enfants, alors qu’elle était ministre de l’environnement. Ou qui communiquait allègrement sur «ses vacances familles» sur l’Ile d’Oléron quand Nicolas Sarkozy partait lui à l’étranger. Sans parler d’une Rachida Dati, un peu moins sur le devant de la scène en ce moment, qui a fait la couverture de tous les magazines possibles et imaginables, au moment de sa gloire. Gloire éphémère, un peu comme une étoile filante de télé-réalité.

En famille et décontractée ou avec son amant?

Evidemment, les attentes diffèrent selon du côté où l’on se place. Pour un politique, la photo idéale sera «en famille, décontractée, dans une tenue réellement estivale, a priori en France, dans une de nos belles provinces. Il faut représenter la simplicité, la proximité, éviter les hôtels 5 étoiles évidemment. Il faut éviter le grand luxe tapageur sans tomber dans le misérabilisme, les Français ne seraient pas dupes». De plus, «les politiques ne se mettent pas encore en situation de faire le bien, de l’humanitaire, mais ça viendra», estime-t-il.

Du côté de la presse, on espère l’exacte inverse. Pour Christophe Carron, il y a beaucoup de choses qui feraient office de photo idéale: «Nicolas Sarkozy en train d'embrasser une femme qui n'est pas Carla sur une plage du Sud de la France? Rachida Dati dans un parc d'attraction en famille avec Zohra et son papa? Benoît Hamon sur une plage nudiste?»

En attendant la fin août pour connaître le vainqueur symbolique de cette bataille en tongs de l’image, s’il y en a un, quelle est la photo que, vous lecteur, vous aimeriez voir (ou pas)?

Quentin Girard

Photo: Nicolas Sarkozy et son fils Louis sur le lac Winnipesaukee à Wolfeboro, dans le New Hampshire, le 4 août 2007. REUTERS/ Neal Hamberg

Quentin Girard
Quentin Girard (75 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte