Retirons à Nicolas Sarkozy la nationalité française

Photo: A Tremblay-en-France. REUTERS/Benoit Tessier

Photo: A Tremblay-en-France. REUTERS/Benoit Tessier

Fin de l'égalité absolue devant la loi: le président vient de définir deux catégories de Français. Les Français français. Et les Français d’origine étrangère.

Les membres du Conseil Constitutionnel, qui prennent l’habitude de rendre des arrêts courageux, ou au moins assez iconoclastes, vont se frotter les mains. Voilà un cas des plus simples! Si jamais Nicolas Sarkozy s’entête à mettre en pratique ses viriles menaces de Grenoble sur la déchéance de la nationalité française, il y a fort à parier qu’on va se bousculer au bureau des saisines. Professeurs de droit, avocats, partis politiques, citoyens… Le recours au Conseil ne sera plus une opportunité. Mais un devoir civique.

Car le chef de l’Etat ne vient pas moins que de définir deux catégories de Français. Les Français français. Et les Français d’origine étrangère, lesquels seraient soumis à des obligations plus contraignantes que les premiers. «La nationalité française doit pouvoir être retirée à toute personne d’origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte à la vie d’un fonctionnaire de police, d’un militaire de la gendarmerie (…)», a déclaré, le 30 juillet, le président de la République, en installant le nouveau préfet de l’Isère.

Bien sûr, vendredi, l’été politique, ce mois d’août de la vacance, avait déjà virtuellement commencé. D’abord, les élus, les observateurs n’ont pas trop réagi. Nicolas Sarkozy et certains membres du gouvernement les ont habitués à chasser sur les terres du Front national, selon la formule usuelle, sur le chapitre sécuritaire, et, à force, ils n’y prêtent pas toujours attention. C’est à peu près tous les jours, ces temps-ci. La même semaine, c’était au tour des «gens du voyage» d’être désignés à la peur des braves gens, et ce, depuis l’Elysée-même. «Discours usé», a d’abord répondu Benoit Hamon, le porte-parole du PS. «M. Le Pen et sa fille n’ont plus besoin de parler, a poursuivi Noël Mamère (les Verts), la copie parle à leur place».

Un président anticonstitutionnel

Pourtant, l’affaire est grave, et normalement, hors somnolence estivale, elle pourrait même valoir poursuites en justice au contrevenant. Le premier magistrat du pays, gardien de notre démocratie et des règles républicaines, ne vient rien de moins que de contester le socle même de notre loi de commune appartenance. La base sacrée, forgée à la Libération, entre la Charte du Conseil National de la Résistance (CNR), la Déclaration des Droits de l’Homme de 1948 et la Constitution de 1958. Le CNR proclamait «l’égalité absolue de tous les citoyens devant la loi». Oui, mais si nous ne sommes plus citoyens de même valeur? S’il existe des grades dans la nationalité française? S’il nous faut refaire le chemin jusqu’au premier Français légitime de l’Histoire –sous Clovis?– pour déterminer qui est illégitime?

Jusqu’alors, les Français sont tous Français. En bloc. Incolores. Non différenciables. Il est même interdit, dans ce pays, de produire des statistiques sur les origines des Français. Depuis la guerre, depuis que le régime de Vichy a arraché leur citoyenneté à des milliers de personnes, juives en majorité, depuis que la mémoire collective porte cette honte, de naissance ou de circonstances, nous sommes tous Français. Point. Français, c’est tout.

Français d’un coup. Non à l’essai, probatoires ou, comme le dit Jean-Luc Mélenchon, président du parti de gauche, «Français conditionnels». Il n’existe pas, pour la loi, de Français de fraîche date. Ou alors, la loi est illégale.

Qui peut-on renvoyer?

Aucun président de la République n’a insinué un doute menaçant comme Nicolas Sarkozy vient de s’oublier à le faire. Vous, nous, êtes-vous, sommes-nous vraiment Français? Le suis-je, moi, dont les aïeux, nés Boggio, viennent d’Italie? Trois générations. Est-ce suffisant pour enfin respirer? Ou peut-on encore me renvoyer? Et où? En Italie, aucune trace de moi. Les enfants de la guerre d’Algérie, les Portugais, Polonais, Espagnols? Les Arméniens de 1915? Polanski, le cinéaste? Et Sarkozy, ce chef de l’Etat inconséquent? Son père, apatride, a été naturalisé. Dehors, Sarkozy, s’il tue un gendarme?

Evidemment, les propos de Grenoble ne sont que des mots –mais il y a des mots qui tuent, non? Des mots, c’est vrai, destinés d’abord à tenter de récupérer les électeurs partis au Front national. Nicolas Sarkozy, deux tiers Français, un tiers Hongrois, en «chasse» estivale.

Mais c’est aussi affaire de principe. Du principe des principes, pour qui chérit la terre de France. Le chef de l’Etat n’a pas l’intention de chasser les Français d’origine portugaise, même si ceux-ci se mettaient à faucher des policiers. Il vise les derniers Français enregistrés comme tels, venus d’Afrique, et surtout du Mahgreb. Les Arabes. Leurs enfants, les beurs, synonymes de voyous, dans le lexique sécuritaire. Il l’explique, dans son discours de Grenoble: «nous subissons les conséquences de 50 ans d’immigration insuffisamment régulée qui ont abouti à un échec de l’intégration». Peut-être. Mais pour l’heure, c’est le président de la République qui transgresse la loi. Mal intégré lui-même, ces jours-ci. Heureusement, il ne s’agit pas d’un président 100% français. On peut toujours le renvoyer en Hongrie. Ou en refaire un apatride.

Philippe Boggio

Photo: A Tremblay-en-France. REUTERS/Benoit Tessier 

Partager cet article