Life

Dix rosés et une tapenade

Nicolas de Rabaudy, mis à jour le 01.08.2010 à 17 h 40

Une sélection de bouteilles pour passer l'été.

Domaine Saint Andre de Figuiere à La Londe Les Maures en 2008. REUTERS

Domaine Saint Andre de Figuiere à La Londe Les Maures en 2008. Jean-Paul Pelissier/ REUTERS

Incontournables rosés d’été qui n’ont été jamais été meilleurs qu’en ce début de siècle. Ils sont mieux vinifiés, moins soufrés, et ne donnent plus mal au crâne comme il y a peu: les vignerons du Midi et de l’Île de Beauté maîtrisent la matière première et savent sculpter des cuvées harmonieuses, équilibrées et riches en fruité. D’autres régions vinicoles parmi les plus prestigieuses s’y mettent: voici des bordeaux rosés issus de grands châteaux comme Lafon Rochet, Smith Haut Lafitte, Clarke, Phélan Ségur qui sont loin de faire oublier les rouges majestueux, de longue garde.

C’est l’effet mode, accentué par la demande du public pour un vin facile qui désaltère, coule bien et s’accommode de nourritures simples et quotidiennes. La Provence et la Corse restent les terroirs privilégiés du rosé. Voici une sélection.

Domaine de la Bégude 2009. Ce bandol, produit sur un beau terroir en bordure de mer, a l’allure d’un grand vin, à la robe foncée, aux saveurs de fruit mûr. De la vinosité, de la puissance alliée à la finesse, une bouteille à réserver pour un grand plat, des rougets en escabèche, des brochettes d’agneau, une tarte aux figues. Une vraie classe.

15 euros. Route des Garrigues 83330 Camp du Castellet. Tél. : 04 42 08 92 34.

Château Simone 2009. De la minuscule appellation Palette des environs d’Aix, voici l’un des deux vignobles de grande réputation. Ce rosé très coloré, au fruité concentré, conjugue l’amplitude, le gras et une aptitude au vieillissement – cinq ans et au-delà. Voilà un superbe rosé d’une étonnante singularité pour œnophiles en quête d’émotion et de rareté. Pour une soupe au pistou, des légumes à la tapenade.

20 euros. Rougier, propriétaire 13590 Meyreuil. Tél. : 04 42 66 80 77.

Clos Canarelli 2009. Le plus grand vin corse? Sur les coteaux de Figari, Yves Canarelli réalise des prodiges sur ces vieilles vignes, son rosé de teinte saumonée enchante par son fruité élégant: un verre en appelle un autre. À table, il fait merveille sur des poissons grillés et pourquoi pas sur une bouillabaisse safranée. Excellent rapport prix plaisir.

11 euros. Tarabucceta 20114 Figari. Tél. : 04 95 71 07 55.

Domaine de Fontlade 2009. Cette bastide provençale, ancienne propriété des moines de Saint-Victor, produit, à quelques kilomètres de Brignoles, les trois couleurs dont un rosé d’une étonnante pureté de goût, alliée à une fraîcheur de bon aloi. Les vins de Fontlade sont vendus à la carte de l’Abbaye de La celle, tout près, où descendaient Charles et Yvonne de Gaulle, en villégiature dans la région. Sur une tarte à la tomate ancienne, un gaspacho. Excellent rapport qualité prix, autour de 6 euros à la cave du cru.

Route de Cabasse 83170 Brignoles. Tél. : 04 94 59 24 36.

 Pétale de Rose 2009 du Château Barbeyrolles. Le rosé très pâle de Régine Sumeire est un vin à part en Provence par son allure diaphane et son caractère en bouche : à la fraîcheur s’ajoutent de la rondeur et une belle longueur. C’est un « must » pour la table et les poissons de la pêche locale, grillés, crus (thon) ou en soupe aux croûtons aillés. Pas seulement à l’apéritif sur les zakouskis de l’été, une vraie originalité.

12,40 euros. 83580 Gassin. Presqu’île de Saint-Tropez. Tél. : 04 94 56 33 58.

Château Roubine 2009. Valérie Rousselle règne sur ce vaste cru classé, proche de Lorgues, exploité jadis par les Templiers. En 2005, la propriétaire devenue experte en vinification a créé la marque «Inspire» déclinée dans les trois couleurs. Des vins haut de gamme. À base de tibouren, le rosé ferme et dense en bouche peut accompagner un gaspacho, des rougets nature, et un gigot d’agneau aux légumes d’été. Un grand vin pour des connaisseurs.

19 euros. RD 562 83510 Lorgues. Tél. : 04 94 85 94 94.

Domaine Gavoty. Pour le 20e anniversaire de son domaine provençal, cher à Clarendon, le grand critique musical du Figaro, Roselyne Gavoty a élaboré un rosé de table «Récital» d’une couleur rose intense, bien rond et ample en bouche, qui rivalise avec le rosé «Tradition» d’une délicate élégance. Un révélateur de plaisir, écrit la propriétaire. À servir avec l’aïoli, la brandade ou la bourride de poissons blancs. À noter que les vins rouges de ce domaine vieillissent très bien (le rouge de 1983) et les blancs, aux arômes très fins, sont parmi les meilleurs de Provence.

Rosé Récital à 9 euros, rosé Tradition à 7,70 euros. 83340 Cabasse. Tél. : 04 94 69 72 39.

 Domaine Tempier 2009. Implanté en partie sur des restanques dominant la mer, ce vignoble de 32 hectares, classé Appellation Bandol, livre des vins à la fois riches et aériens, recherchés par les amateurs. Le rosé se montre intense et profond, typique du style Bandol. C’est là que l’on voit que certains rosés de terroir (le cépage mourvèdre à 65 %) font de grandes bouteilles. À servir sur l’agneau de Sisteron, un beau turbot, un homard au basilic. Du vrai plaisir.

18 euros. 1802 chemin des Franges 83330 Le Castellet. Tél. : 04 94 98 70 21.

Saint André de Figuière. De ce grand domaine (460.000 bouteilles), situé sur le versant maritime des Côtes de Provence, planté de vieilles vignes rarissimes dans la région, la cuvée confidentielle de ce rosé à la robe orangée séduit par sa minéralité et une élégance aromatique qui en font un vin de gastronomie. La matière est noble et le palais conquis. Rien à voir avec le rosé courant. À réserver pour une bouillabaisse, un loup au fenouil, un soufflé froid à la framboise.

 25 euros. 83250 La Londe des Maures. Tél : 04 94 00 44 70. Un autre rosé à 9 euros.

Château Pradeaux. Dans la famille du comte Portalis depuis 1752, ce domaine de Bandol est l’un des phares de l’AOC. Le grand chef Louis Outhier de l’Oasis à La Napoule comparait les rouges à du Lafite Rothschild : le même pouvoir de raffinement lié au temps. Par sa vinosité, son caractère, le rosé que l’on peut garder quelques années s’impose à table, et pas à l’apéritif, autant sur des poissons assaisonnés que sur des pièces de viandes, la daube de bœuf par exemple.

12 euros. 676 chemin des Pradeaux 83270 Saint-Cyr-sur-Mer. Tél. : 04 94 32 10 21.

Et aussi les Châteaux Pibarnon, Sainte Roseline, Bellet à Nice, Malherbe, Rimaurescq, Minuty, Clos Réquier et Jas d’Esclan.

À noter que sur le domaine du Château Roubine, le Mas des Candeliers, quatre chambres de 90 à 120 euros, un bassin au milieu du jardin. Idéal pour rayonner dans la région. Demander Alice au 04 94 85 94 94.

La tapenade d’Alain Ducasse

Pour 200 grammes environ

Préparation

1. À l’aide d’un petit couteau, dénoyautez 150 grammes d’olives noires de Nice qui sont petites mais ont une saveur incomparable.

2. Pelez une demi gousse d’ail et retirez le germe.

3. Rincez bien un filet d’anchois au sel sous le robinet, éliminez les arêtes.

4. Coupez grossièrement cinq feuilles de basilic.

5. Dans le bol d’un mixeur, rassemblez les olives, l’ail, l’anchois, le basilic et une cuillerée à soupe de câpres. Mixez en versant 10 centilitres d’huile, peu à peu, jusqu’à ce que le mélange forme une pâte homogène encore un peu grumeleuse. Réservez la tapenade au frais.

(In Nature : simple, sain et bon, 190 recettes d’Alain Ducasse, 35 euros. Alain Ducasse Éditions).

Nicolas de Rabaudy

Nicolas de Rabaudy
Nicolas de Rabaudy (464 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte