Culture

Nicolas Demorand explique son départ de France Inter

Temps de lecture : 2 min

Nicolas Demorand a créé la surprise en annonçant le 7 juillet son départ pour Europe 1 où il animera une émission quotidienne de 2 heures. Ce départ a encore attisé les tensions au sein de la station où la Société des journalistes l'a accusé de «trahison» et où son nouveau surnom est «Demorandini», en référence à Morandini, qui anime une tranche quotidienne sur Europe 1.

L'ancien présentateur de la matinale de France Inter explique son choix dans le Journal du Dimanche (interview non publiée sur lejdd.fr). «Je comprends l'émotion suscitée par mon départ. J'ai simplement fait valoir mon droit à une liberté professionnelle.» Selon Demorand, ce n'est pas une question de salaire puisqu'il a demandé le même à Europe 1.

Mais Nicolas Demorand a semble-t-il été gêné par les incessantes polémiques autour de l'indépendance de la station. Il estime ainsi que «le mode de désignation des dirigeants des grands médias publics est à l'origine des tensions». «Il y a fatalement un soupçon qui pèse sur ces dirigeants, [...] même si les antennes restent libres», ajoute-t-il.

Le journaliste en a dit un peu plus sur sa nouvelle émission sur Europe 1: «Je veux balayer tous les champs. Ce sera une vraie tranche de curiosité avec, bien entendu, l'actu "hard" du jour, mais aussi de l'info avec de la politique, de la culture, de l'économie.»

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: Nicolas Demorand sur le plateau de C Politique, capture d'écran Dailymotion

Slate.fr

Newsletters

Un livre pour l'été? Moby Dick, pardi!

Un livre pour l'été? Moby Dick, pardi!

[Blog, You will never hate alone] Gallimard propose une nouvelle édition de «Moby Dick» d'Herman Melville. L'occasion rêvée de s'immerger dans ce livre-monde, l'un des plus grands jamais écrits.

«Nous sommes tous les héritiers et héritières de l'esclavage»

«Nous sommes tous les héritiers et héritières de l'esclavage»

...

Recherchés en Turquie, les musiciens Selma et Inan Altın demandent refuge en France

Recherchés en Turquie, les musiciens Selma et Inan Altın demandent refuge en France

Entrés en clandestinité fin 2017, deux membres de la formation musicale turque Grup Yorum réapparaissent à Paris et demandent l'asile politique à la France. Nous les avons rencontrés.

Newsletters