Monde

Les médias italiens en grève contre la «loi bâillon»

Temps de lecture : 2 min

Shh / Kradlum via Flickr
Shh / Kradlum via Flickr

Alors que les enregistrements sont au centre de l'affaire Bettencourt en France, en Italie se joue une toute affaire: les médias du pays sont entrés vendredi 9 juillet en grève silencieuse pour contester ce qu'ils surnomment la loi bâillon.

Ils protestent contre la norme Alfano, un projet de loi qui vise à restreindre la mise sur écoutes et à imposer amendes ou peines de prison aux journalistes qui en publient des transcriptions. Silvio Berlusconi assure ne chercher qu'à préserver la vie privée, l'opposition accuse le gouvernement de vouloir étouffer des affaires de corruption dans ses rangs.

Adoptée au Sénat en juin, la loi est débattue au Parlement. Après plusieurs mois de manifestations et d'opposition de la société civile italienne, le 9 juillet, les journaux ne paraîtront pas, la télé et la radio seront au service minimum. C'est le «blackout de l'information», explique La Repubblica.

Le syndicat des journalistes italiens, la Federazione nazionale della Stampa italiana, a qualifié l'opération de «protestation extraordinaire», «un geste symbolique pour montrer tous les silences que la loi imposerait».

Les journalistes qui travaillent dans les quotidiens ne sont pas allés travailler jeudi pour empêcher la sortie de leur journal le lendemain, les agences de presse ne travailleront pas de 7h le vendredi à 7h le samedi, les sites webs bloquent sur la même une de 6h à 6h, pareil pour les télévisions.

[Lire l'article sur La Repubblica]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo de une: Shh / Kradlum via Flickr CC License By

Slate.fr

Newsletters

Pourquoi l'art arabe n'est-il pas plus reconnu?

Pourquoi l'art arabe n'est-il pas plus reconnu?

Si le Machrek et le Maghreb occupent depuis longtemps une place de choix sous l'œil médiatique, il en va autrement pour leur scène artistique, pourtant intimement liée à leurs trajectoires politiques.

En Inde, pour empêcher ses étudiants de tricher, une université leur demande de se mettre un carton sur la tête

En Inde, pour empêcher ses étudiants de tricher, une université leur demande de se mettre un carton sur la tête

Une mesure un peu excessive ?

En Croatie, des manifestations dénoncent la libération de cinq hommes suspectés de viol

En Croatie, des manifestations dénoncent la libération de cinq hommes suspectés de viol

Des marches de contestation sont prévues ce samedi dans plusieurs villes croates.

Newsletters