Monde

Ah bon, l'Espagne a présidé l'UE?

Temps de lecture : 2 min

Quel serait notre score? 43% des citoyens espagnols ne savent pas que l'Espagne vient de présider l'Union européenne du 1er janvier au 31 juin. Des 57% qui le savent, 31% pensent que le gouvernement de José Luis Rodríguez Zapatero l'a «mal» ou «très mal» menée, et 17,7% «bien» ou «très bien», d'après le dernier baromètre du Centre d'Investigations Sociologiques (CIS) réalisé en juin sur près de 2.500 personnes. La Razon choisit d'insister sur ce chiffre qui révèle un très fort euroscepticisme chez nos voisins.

D'après ce même baromètre, 65% des Espagnols affirment être peu ou pas du tout informés sur l'UE et seul 6% des Espagnols se définissent avant tout comme «citoyen européen» –pas grand-chose face aux 54% qui se déclarent avant tout Espagnols.

La présidence tournante de l'Union européenne assumée par l'Espagne de janvier à juin était la quatrième de son histoire. Elle devra attendre au moins quatorze ans pour assumer de nouveau cette responsabilité.

L'étude est instructive à de nombreux égards: un des enseignements est que les Espagnols se montrent de plus en plus pessimistes sur la conjoncture économique de leur pays: 79,2% d'entre eux la jugent mauvaise, ou très mauvaise.

Et qui préside désormais l'UE? Allez, un indice ici...

[Lire l'article de La Razon]

Image: Devant le siège de la Banque Centrale Européenne à Francfort Kai Pfaffenbach / Reuters

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

YouTube, réseau préféré de l’extrême droite américaine

YouTube, réseau préféré de l’extrême droite américaine

Le site de partage de vidéos est l'un des outils de radicalisation les plus puissants.

Une petite annonce fait tomber Républicains et Démocrates dans le même panneau

Une petite annonce fait tomber Républicains et Démocrates dans le même panneau

Les deux camps avaient tort.

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

Les propriétaires des quartiers chics londoniens ne veulent plus des extensions souterraines démesurées des résidences de leur voisinage.

Newsletters