Culture

L'invité de Prince

Temps de lecture : 2 min

Peter Willis n'en revient toujours pas. Entre piano-bar et canapé lounge, le journaliste du Daily Mirror a pu rencontrer Prince à son domicile américain de Minneapolis, un smoothie à la main, alors que la star américaine n'avait pas donné d'interview à la presse anglaise depuis dix ans... Evidemment, l'artiste a voulu soigner sa communication à quelques jours de la sortie officielle de son nouvel album, 20ten. Mais tout de même: le récit reste exceptionnel car l'autoproclamé TAFKAP (the artist formerly known as Prince) n'avait jamais ouvert son intimité à la presse internationale.

Pour interviewer Prince, il faut toutefois se plier à ses règles, assez peu compatibles avec le travail journalistique. «Pas de caméra, pas de téléphone ou d'enregistreur numérique», raconte Peter Willis, résigné. Il faut aussi passer outre ses réactions tout feu tout flamme, comme sa critique –attendue– d'Internet, de MTV ou de iTunes. Et dépasser son refus sec d'évoquer «le passé» ou son amitié avec le défunt Michael Jackson. Sa tendance à faire les questions et les réponses peut ainsi crisper...

Mais rencontrer Prince, c'est aussi découvrir une propriété un brin mégalomane aux faux airs de Neverland, dont une boîte de nuit privée et une salle de spectacle (intime!) d'une capacité de 1.000 places. C'est aussi, rêve ultime de ses aficionados, faire un boeuf avec la légende vivante. Et tant pis si cela ne dure quelques instants, le temps d'être sèchement «viré», faute d'assurer à la batterie...

[Lire l'article original du Daily Mirror]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: Prince, le 27 juin 2010, a été récompensé pour l'ensemble de sa carrière à l'occasion des Black Enterntainment Awards /REUTERS, Mario Anzuoni

Slate.fr

Newsletters

«La Fête des Mères», mais pas celle de l'engagement politique

«La Fête des Mères», mais pas celle de l'engagement politique

Le gentil film-catalogue de Marie-Castille Mention-Schaar, qui sort opportunément à quatre jours de la fête des mères, évite avec souplesse toute forme de prise de position politique.

Twin Peaks, le retour: la plus grande série du monde, du cosmos et de l'univers tout entier

Twin Peaks, le retour: la plus grande série du monde, du cosmos et de l'univers tout entier

[BLOG You Will Never Hate Alone] Je n'attendais rien des nouveaux épisodes de la série culte et j'étais un âne de penser de la sorte.

Plus de 2.000 langues sont en train de disparaître

Plus de 2.000 langues sont en train de disparaître

L'identité d'une communauté ou d'un pays passe aussi par sa langue.

Newsletters