Life

Le PS a-t-il plagié un générique de série TV?

Slate.fr, mis à jour le 05.07.2010 à 20 h 50

Après l'UMP, épinglé pour plusieurs entorses au code de la propriété intellectuelle, le PS semble avoir largement inspiré son hymne, Il est temps, du générique d'une série anglaise des années 70, L'Autobus à impériale (Here Come the Double Deckers dans sa version originale). A tel point que les réseaux sociaux, dont Twitter, ont évoqué un plagiat. Les deux refrains semblent en tout cas quasi-identiques... La ressemblance est troublante. La comparaison, vidéos à l'appui:

 

Selon le site Numerama.com, le site du PS indique que la chanson a été «proposée au PS par l'auteur-compositeur-interprète Jean-Jacques Nyssen, qui a notamment travaillé avec Clarika». L'artiste affiche l'hymne en première page de son site Internet, et se présente comme «auteur-compositeur du nouvel hymne du parti socialiste», «révélé lors de la convention sur la rénovation du parti le samedi 3 juillet». Un petit rappel semble s'imposer: sans crier au plagiat –puisque les autorités compétentes n'ont pas encore réagi–, toute personne souhaitant reprendre le générique initial doit obtenir l'autorisation des héritiers de l'auteur-compositeur Ivor Slaney. L'auteur étant mort en 1998, ses chansons seront libres de droit à partir de 2069.

Dans un passé proche, la majorité présidentielle a, elle aussi, contourné les règles du droit d'auteur. En avril 2009, l'UMP avait dû verser 30.000 euros au groupe américain MGMT, pour avoir diffusé sans autorisation un de leurs tubes, «Kids», lors du conseil national du parti... Quelques mois plus tard, en janvier 2010, le logo initial de la loi Hadopi (la haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur Internet) avait repris à son compte la typographie du logo de France Telecom, sans l'autorisation du créateur de la police, Jean-François Porchez.

Fin 2009, les jeunes de l'UMP avaient utilisé une version d'une chanson de Luc Plamondon, interprétée pour la Star Academy québécoise par la jeune artiste Marie Mai, malgré le refus marqué du producteur de l'émission... Certes, l'erreur, évitable, avait coûté 32.500 euros d'amende à l'UMP et le web s'était abondamment moqué du clip promotionnel. Mais l'UMP avait réussi son coup médiatique, l'info ayant fait le tour de la Toile et des chaînes d'information en continu, BFM TV en tête.

Et en politique, comme le rappellait notre journaliste Quentin Girard, une opération de communication réussie vaut bien une (grosse) amende. Sur son blog, le président des Jeunes Populaires en Ile-de-France, Benjamin Lancar, s'était ainsi félicité du buzz. De là à penser que la fuite était volontaire en interne... Le PS, à son tour, espère-t-il faire parler de lui en dérogeant à la règle du droit d'auteur?

[Lire l'article sur Numerama.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: capture d'écran du générique de l'Autobus à impériale

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte