Monde

Comme un air de guerre froide aux Etats-Unis

Temps de lecture : 2 min

Le scénario est digne des plus grands films d'espionnage. Dix supposés espions russes ont été arrêtés ce week-end. Un onzième a été arrêté mardi 29 juin. Installés illégalement aux Etats-Unis depuis plus de 10 ans, ils étaient parfaitement intégrés à la population, précise le New York Times.

Tous les ingrédients pour un bon film sont réunis: faux passeports, encre invisible et valises de billets. Le quotidien rapporte qu'une partie des agents basés à Yonkers aurait été filmése dans un pays d'Amérique du Sud, en train de recevoir des sacs remplis de cash et remettant des messages écrits à l'encre invisible à des commerçants russes.

Ces monsieurs et madames tout-le-monde opéraient entre New York et Seattle. Au lendemain de leur arrestation, l'incrédulité régnait dans le voisinage. Pendant plusieurs années, les autorités américaines ont surveillé les conversations téléphoniques et les mails des suspects. D'après la direction de la CIA, ils s'intéressaient au nucléaire, à l'Iran et à la politique du Congrès. Un message de leur chef basé à Moscou, rédigé dans un anglais approximatif, résume la mission qui leur été assignée:

Vous avez été envoyé aux Etats-Unis pour une mission de long cours. Vos études, vos comptes en banque, voitures et maisons, tout cela n'a qu'une seule visée: remplir votre mission principale. Infiltrer les cercles décisionnels politiques et envoyer des rapports au centre.

Les experts sont impressionnés par la longévité de l'engagement de ses espions illégaux. Comme D. Kalugin, ancien général du KGB et espion russe aux Etats-Unis dans les années 60 et 70, venu sous couverture légale de diplomate et de correspondant de la Radio de Moscou:

J'ai été choqué par l'ampleur du réseau et le fait qu'autant d'espions dans l'illégalité étaient en cause. C'est un retour à la vieille époque mais même durant les pires années de la Guerre Froide, je pense qu'il n'y avait pas plus de 10 espion illégaux aux Etats-Unis, et même certainement moins.

Cinq des dix suspects ont comparu lundi 28 juin devant un juge fédéral de New York, qui les a placés en détention provisoire. Les dix supposés espions sont poursuivis pour espionnage et neuf sont également poursuivis pour blanchiment.

Côté russe, l'affaire soulève le mécontement. Les télévisions d'Etat ont reporté la nouvelle de l'arrestation lundi 28 juin dans la matinée. Le moment n'était pas forcément bien choisi, seulement quelques jours après la visite de Dimitri Metvedev, le président russe, aux Etats-Unis. Mais les enquêteurs craignaient que les espions ne leur échappent s'ils agissaient plus tard. Le ministre des Affaires étrangères russe a condamné ces arrestations. Et de déclarer:

A notre avis, de telles actions ne sont en rien fondées et sont mal intentionnées.

[Lire l'article du New York Times]

Photo: Bond.../ bdjsb7 Flickr CC License By

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

En Australie, une loi datant de 1984 autorise les écoles religieuses à virer ou refuser des employés ou des élèves LGBT

En Australie, une loi datant de 1984 autorise les écoles religieuses à virer ou refuser des employés ou des élèves LGBT

Un récent rapport du Gouvernement vise à remettre au goût du jour cet Acte sur la discrimination sexuelle, toujours en vigueur.

De nouvelles publicités pro-Brexit sur Facebook, financées par un mystérieux site d'«informations»

De nouvelles publicités pro-Brexit sur Facebook, financées par un mystérieux site d'«informations»

Ces publicités invitent les utilisateurs à écrire à leurs députés afin de les inciter à rejeter le plan Chequers, qui régule les futures relations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Des journalistes de The Atlantic estiment que plus de 350 journalistes ont perdu leur emploi en partie en raison des statistiques données par Facebook.

Newsletters