France

Des hydroliennes sous les ponts de Paris

Temps de lecture : 2 min

Après les Vélib', Paris continue l'expérience écologique, avec une idée pour le moins surprenante: exploiter l'énergie produite par les courants de la Seine en la captant par des turbines ou des hélices placées sous l'eau, comme le rapporte le Parisien.

La mairie va lancer dans les prochains jours un appel à projets. La filiale Energies nouvelles d'EDF serait déjà intéressée. Les lauréats seront désignés en janvier prochain, et au printemps 2011 les premières hélices ou turbines pourraient voir le jour.

Le pont du Garigliano (XVIe), le pont de la Tournelle, le pont Marie et le Pont au Change (IVe): voilà les quatre sites potentiellement exploitables (avec deux hydroliennes chacun) qui auraient été repérés. Pourquoi ces quatre ponts? «A ces endroits, le courant s'accélère un peu», explique Denis Baupin, adjoint au maire chargé du développement durable.

L'énergie du fleuve reste à démontrer. L'élu écologiste relativise d'ailleurs les chances de succès «De toute façon, on ne s'attend pas à des monts et merveilles avec ces techniques», mais il table sur un impact pédagogique de l'expérience, qui doit montrer aux Parisiens «toutes les puissances naturelles que nous avons à Paris et qui peuvent être exploitées». Dans la capitale, des immeubles du XIXe arrondissement sont déjà chauffés grâce à la géothermie (l'eau chaude est captée en sous-sol) et ce printemps, deux mini-éoliennes ont été installés dans le XXe sur le toit de la Maison de l'air.

L'intérêt de cette source d'énergie est qu'elle est propre, renouvelable et contrairement à l'énergie éolienne, constante et très prévisible. La technologie de la filière hydrolienne en est encore au stade expérimental. Etudiée en France, en Italie, en Norvège, aux États-Unis, son développement est plus avancé en Angleterre: depuis 2006 la compagnie londonienne TidalStream a mis au point  un système d'hydrolienne adapté aux eaux profondes et aux courants marins rapides.

La ville de Bordeaux pourrait bien utiliser le courant de la Garonne pour alimenter son éclairage public en installant des hydroliennes sous un pont pour produire jusqu'à 20% d'électricité.

[Lire l'article sur le Parisien]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Photo:  Le pont royal/dalbera via Flickr CC Licence By

Newsletters

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

L'acteur avait deux amours: le cinéma et le sport. Fan de boxe, cofondateur du PSG, le comédien mort le 6 septembre 2021 à l'âge de 88 ans ne manquait presque jamais une édition de Roland-Garros. Dans les dernières années de sa vie, c'est l'un des...

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Les remous provoqués par ce «loup guerrier», qui a insulté un chercheur français sur Twitter, s'inscrivent dans un cadre plus large.

VGE, président du cool trente ans avant Obama

VGE, président du cool trente ans avant Obama

Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans. Tout au long de sa vie politique, l'ancien président de la République n'aura cessé de tenter de se construire une image d'homme moderne, en rupture avec les chefs d'État...

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio