Life

Avant 24 semaines, le foetus ne ressent pas la douleur

Slate.fr, mis à jour le 25.06.2010 à 18 h 11

Voilà qui devrait contrarier les militants anti-IVG. Le Guardian présente les conclusions d' une étude du Royal College des obstétriciens et gynécologues sur le foetus. Il ne ressentirait pas la douleur avant 24 semaines. Avant cela, son cerveau n'est pas formé et il ne montre aucun signe de conscience. L'étude conclut que le foetus est dans «un état de sommeil constant comme inconscient ou sous sédatifs».

Le Guardian publie un extrait du rapport:

Il apparaît que les connexions entre la périphérie et le cortex ne sont pas complètement établies avant 24 semaines de gestation. Etant donné que la  plupart des spécialistes des neurosciences croient que le cortex est à l'origine du  sentiment la douleur, on peut conclure que le foetus ne peut ressentir la douler avant ce terme.

Et au-delà de 24 semaines, il serait même «difficile de dire que le foetus peut ressentir la douleur, parce que cela se développe au niveau post-natal en même temps que la mémoire».

En Grande-Bretagne, le délai légal d'avortement est actuellement fixé à 24 semaines. Un délai beaucoup plus important qu'en France, où depuis le 1er juillet 2001, l'IVG doit être pratiquée avant la 12e semaine de grossesse. Mais depuis plusieurs années, des voix s'élèvent dans le pays pour réduire ce délai. Après un échec en 2008, le projet de réduire le délai légal à 22 ou 20 semaines n'avait pas été adopté à la Chambre des Communes, certains souhaitent revenir à la charge. D'autant que David Cameron s'y était montré assez favorable lors de sa campagne électorale.

Mais cette découverte va plutôt dans le sens des défenseurs de l'interruption volontaire de grossesse. En effet, on peut en déduire que les avortements tardifs n'entraîneraient aucune souffrance pour le foetus. De quoi écarter un des arguments favoris des anti-IVG, selon lequel le foetus souffrirait lors de l'opération.

Les militants anti-IVG ne souhaitent pas en rester là. Comme Josephine Quintavalle, pour qui les conclusions de cette étude ne légitiment en aucun cas l'avortement:

Le fait de procéder à un avortement avec humanité ne justifie en aucun cas le fait de supprimer une vie humaine.

[Lire l'article sur le Guardian]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: Sleeping Beauty / Hamed Saber via Flickr License CC by

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte