Life

Quatre mois sans Internet: le point de vue des jeunes

James Sturm, mis à jour le 25.06.2010 à 18 h 24

Un dessinateur se lance un défi de l'extrême à suivre sur Slate. Épisode 4.

-> LIRE LE PREMIER ÉPISODE
-> LIRE LE DEUXIÈME ÉPISODE
-> LIRE LE TROISIÈME ÉPISODE

Dans mon précédent article, j'ai cité une lectrice qui me disait dans sa lettre: «Je voudrais retrouver ma vie d'avant». Pour ceux qui ont grandi avec Internet, il n'y a pas de «vie d'avant». Si j'étais devenu adulte à l'époque d'Internet, aurait-il sur moi le même effet déstabilisant? Les gens qui ont grandi avec la Toile entretiennent sûrement avec elle une relation bien moins destructrice. Ils considèrent Internet comme une partie de leur corps qui a grandi avec eux, alors que pour moi c'est plutôt un organe greffé récemment que mon corps rejette. Les digital natives doivent trouver mes soucis risibles et estimer que mes inquiétudes quant à l'abus d'Internet sont hors de propos, un peu à l'image des représentations victoriennes de la masturbation. Le Web ne grignote pas notre capacité à l'empathie et ne rend pas plus crétin. Ils me diraient que jusqu'à présent, personne n'a signalé d'effet secondaire provoqué par l'abus de textos.

Mais les lettres d'étudiants et de jeunes récemment intégrés au monde du travail que j'ai reçues m'ont fait réaliser que ma génération n'est pas la seule à avoir des problèmes avec Internet. Ces «natifs du numérique» ressentent le même sentiment de folie et de désespoir que moi, et aimeraient que leur boulot ou leurs études leur permettent de se déconnecter plus souvent.

Pour me faire une meilleure idée de ce qu'Internet inspire aux jeunes, j'ai demandé à des étudiants du Center for Cartoon Studies, tous âgés entre 20 et 30 ans, de décrire leur relation avec Internet en bande dessinée. Voici quelques-unes de leurs productions.

 

Je crois que je ne comprends pas vraiment Internet.

Je sais que ça me manque quand j'en suis privée...

Et que le Moi que je projette sur le Net n'est pas comme mon vrai Moi.

Il existe une frontière entre moi et Internet, mais je ne sais pas où.

- Melissa Mendes

Internet est une maîtresse cruelle... «J'arrive pas à croire qu'elle m'ait quitté...» «D'accord, on avait des hauts et des bas. Je ne pouvais jamais la voir en même temps que mes potes.» «...et elle en voyait d'autres»

«C'est vrai? Elle m'a dit que c'était fini!» «Pas étonnant que j'aie chopé ce virus.»

«Oh! C'est elle!» «M. Yoder, nous vous informons que votre connexion Internet sera rétablie entre 7h et 21h. Si vous n'êtes pas disponible à cet horaire...» «Elle veut que je revienne!»

- David Yoder

J'ai beaucoup réfléchi pour trouver quelque chose d'intelligent à dire sur Internet pour cette BD. «Toutes ces heures passées à lire des webcomics ont-elles été vaines?»

Mais difficile de parler d'Internet quand on a grandi avec. C'est moins un phénomène qu'une part normale de l'existence. «Autant essayer de disserter sur l'importance des micro-ondes...»

Et comme pour beaucoup de choses, on peut l'utiliser à bon escient... «Tu travailles sur quoi?» «Je fais des demandes de stage et je mets à jour mon site!»

 

...Ou pas. «Dis donc, on dirait Youtube, ton site» «LA FERME, JE FAIS UNE PAUSE!»

- Lena H. Chandhok

 

 

Bon, Internet, à nous 2, j'ai du pain sur la planche...

«Je sais que tu CROIS avoir des tonnes de boulot, mais en y réfléchissant bien, tu ne préfères pas...mater des nichons?»

 

...Heu...

Tu sais quoi, Internet, tu as parfaitement raison.

- Jesse Mead

 

Nous arborons des personnalités différentes en fonction des situations. Traverser une foule ne requiert pas la même personnalité que parler à sa famille, raconter des blagues cochonnes dans une fête, aller au travail, à l'église, ou à la guerre. L'un de mes "moi" va sur Internet.

Mon "moi" sur Internet est sympa. J'imagine. Il fait des courses pour mes autres personnalités. Il vit même de petites aventures. Il traverse la frontière. Il fréquente des bibliothèques parfaitement silencieuses et des foules qu'on ne peut ni toucher, ni sentir.

Mais vivre dans l'anonymat n'a pas opéré de merveilles sur sa personnalité. La loi est faible à la frontière. Les frontières engendrent des fripouilles. De tous mes "moi", il est le plus susceptible de se montrer cruel.

Mes autres "moi" doivent le faire se tenir à carreau. «Oh, c'est bon!»

- Bill Volk

J'adore Internet! Je peux retrouver des camarades sur Facebook... «La vache. Elle a six fois plus d'amis que moi.»

...Sillonner le monde avec Google Earth... «Wow! La vue de la rue montre NOTRE voiture dans NOTRE allée! Comme si on vivait vraiment là!»

...Et faire des recherches sociologiques contemporaines sur Wikipedia. «Tu savais que Tom Hanks avait joué Woody dans Toy Story avant son Oscar pour son rôle dans Philadelphia?»

À quoi ressemblerait le monde sans lui? «Préviens-moi avant de passer à l'atelier.» «James, tu veux dire t'appeler? Au téléphone?»

- Katherine Roy

Internet peut être un outil fabuleux. Cela peut aussi être un trou noir et futile qui aspire atrocement de gros morceaux de votre temps. Je dois admettre que c'est surtout comme ça que je l'utilise. Cependant j'aimerais dire que... ce n'est peut-être pas forcément une mauvaise chose?

Nous aimerions tous être totalement productifs et capables de faire un milliard de choses sans le moindre effort. Notre société tend vers ça, et en tant qu'individu créatif, j'y aspire aussi. Hélas, nous ne sommes simplement pas faits pour ça! «TRAVAILLE!» «Aaah, je ne suis pas une machine!»

Nous avons besoin de distractions et de pauses. Elles nous permettent de travailler de longs moments sans devenir fous! C'est pour ça que les gens adorent la TV. Mais contrairement à la TV où vous ne pouvez que regarder ce qui se passe, Internet permet de voir des choses qui vous intéressent vraiment! «Si seulement cette émission où d'adorables chatons font une conférence sur le romantisme allemand pouvait passer maintenant...»

Naturellement, comme pour tout, un excès d'Internet peut être dangereux. Mais je ne crois pas que cela justifie de le rejeter. Tout le monde a besoin de distractions! Et puis... au moins ce n'est pas un loisir totalement antisocial? «Pourquoi personne ne commente mon nouveau statut Fabook? Je réactualise?»

- Josh Rosen

Dans ma vie monotone de tous les jours, je suis illustrateur. Mais Internet me donne l'opportunité d'imaginer les autres vies, plus exotiques, que j'aurais pu mener...

Hacker politique! «Psssss, ils appellent ça un modèle d'électeur valable? Attends, c'est ça leur échantillon?»

Démographe! «OK, et en croisant les onglets... "lieu de naissance" et "réalisations universitaires"...»

Râleur professionnel! «Cher employé anonyme de Facebook, j'ai plusieurs réclamations à faire...»

- Paul Swartz

Je passe la plupart de mes journées sur l'ordi à travailler sur mes BD!

Je regarde des films ou des émissions TV sur Hulu, je lis mes mails et je chatte avec mes amis.

Et quand ma connexion Internet me lâche...

Je suis tout perdu.

- G.P. Bonesteel

James Sturm. Traduit par Bérengère Viennot

James Sturm
James Sturm (4 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte