Life

Décomposition urbaine

Nina Shen Rastogi, mis à jour le 26.06.2010 à 18 h 39

Je vis dans un appartement en ville sans aucun espace extérieur, ni plantes qui pourraient bénéficier de compost. Existe-t-il une raison quelconque pour laquelle je devrais composter mes restes de table?

En un mot: oui. Disons que vous compostiez tous vos restes et preniez la décision (plutôt bizarre) de tout jeter à la poubelle. La planète en sortirait toujours gagnante. C'est parce que le compostage possède deux avantages importants, en dehors de la création d'un engrais riche en nutriments. Tout d'abord, le processus réduit la taille des déchets alimentaires d'environ 80%. Jetez votre compost à la poubelle, et vous réduirez toujours le volume de vos déchets arrivant à la décharge. Ensuite, un bon compostage peut réduire les émissions de gaz à effet de serre de vos détritus.

De la nourriture qui pourrit à l'air libre a tendance à produire du dioxyde de carbone et de l'eau lors de sa décomposition. Mais cette réaction - qu'elle se passe dans un bac à compost ou dans votre cuisine - demande beaucoup d'oxygène. Dans une décharge étriquée sans oxygène, ces mêmes trognons de pommes et épluchures de carottes génèreraient du méthane, un gaz à effet de serre vingt-et-un fois plus puissant que le CO².  Selon Sally Brown de l'Université de Washington, certains établissements européens de gestion des déchets réduisent le volume des ordures et leur production potentielle de méthane en les compostant partiellement avant de les envoyer à la décharge.

Bien sûr, il est préférable de trouver un emploi plus utile à votre compost. A en juger par des conversations que j'ai eues avec des gens qui font pourrir avec bonheur de la nourriture dans leurs appartements new-yorkais, se débarrasser de l'excès de compost ne semble pas relever d'un problème insoluble. Des écoles ou des jardins communautaires, des étrangers trouvés sur Craigslist, ou des amis avec un jardin sur leur toit pourront récupérer ce dont vous n'aurez pas besoin. Selon Tara DePorte, directrice de programme au Lower East Side Ecology Center (Centre d'Ecologie du Lower East Side), les New-yorkais peuvent mettre leur compost domestique au pied de n'importe quel arbre de la ville. (Elle fait aussi remarquer que les gens ont tendance à surestimer la quantité de compost avec laquelle ils vont se retrouver.) Prenez simplement le temps de savoir ce que vous allez faire du produit final avant de vous lancer dans le compostage.

La question la plus importante est de savoir combien de temps ou d'argent vous êtes en réalité prêts à mettre dans le processus. Si vous n'êtes pas naturellement à l'aise avec la saleté, une ferme à vers - ce qui semble l'option la plus populaire pour un compostage d'intérieur - pourrait correspondre à votre niveau de confort. Je dois l'avouer, j'ai récemment rendu visite à un homme qui avait un tube en plastique rempli de vers et de déchets en décomposition dans la salle de bains de son appartement, et j'ai été ébahie par la fraîcheur de l'endroit. (Il y avait quelques mouches errantes.) Mais le lombricompostage demande vraiment du soin et de l'entretien. Si vos voisins sont d'accord, vous pourriez penser à installer un bac collectif et à répartir le travail.

En attendant, les composteurs électriques comme ceux de NatureMill promettent une autonomie complète du processus. Le NatureMill a besoin de 5 kilowatts-heure par mois - soit l'équivalent d'un climatisateur individuel tournant pendant 5 heures - ce qui, selon l'entreprise, est inférieur à ce qu'un camion-poubelle marchant au diesel utiliserait pour évacuer la même quantité d'ordures. En plus, la machine peut recevoir de la viande et des produits laitiers, ce qui est interdit dans les composteurs domestiques. Les inconvénients majeurs: le prix de la machine - 299$ (243€) pour le modèle le moins cher - ce qui est dur à avaler vu qu'un modèle de ferme à vers, relativement joli et tout fait, revient à environ 75$ (61€), sans les lombrics. (Vous pouvez aussi fabriquer le vôtre de manière assez économique.) De plus, savoir combien vous devez composter pour rembourser le coût environnemental initial de la fabrication de cette machine en métal et en plastique recyclé n'est pas évident. (Le compost Bokashi est une autre option relativement nouvelle pour un usage en intérieur, mais vous devez enterrer les déchets qu'il produit avant qu'ils soient susceptibles d'être utilisés pour des plantes, ce qui n'est pas vraiment le choix idéal pour un citadin phobique du jardinage.)

Si aucune de ces options n'est faisable pour vous, pensez à l'externalisation de votre compost. Par exemple, j'ai un sac en papier rempli de vieilles laitues et de poires desséchées dans son congélateur; samedi, je l'emmènerai à mon marché bio de quartier, où des volontaires récolteront ses détritus pour des fermes et des jardins aux quatre coins de la ville. Les écoles et les jardins communautaires pourraient aussi accepter vos restes de table pour leurs bacs à compost. N'oubliez-pas de vérifier les réglementations de votre quartier, pour ne pas mettre par inadvertance le récipiendaire dans l'embarras: en 2008, une femme de Los Angeles qui avait pris les déchets alimentaires d'un restaurant sur place, a enfreint un règlement interdisant aux gens sans permis de récolter du matériel à l'extérieur et de le déposer dans des bacs à compost collectifs.

Nina Shen Rastogi

Traduit par Peggy Sastre

Photo: 365/66 California Compost / mjmonty, via Flickr CC License by

Nina Shen Rastogi
Nina Shen Rastogi (29 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte