L'Allemagne invente la hotline pour terroristes

Slate.fr, mis à jour le 25.06.2010 à 9 h 18

On connaissait le numéro SOS enfants battus, SOS amitiés, voici maintenant la hotline SOS je suis un terroriste. Die Zeit rapporte que la Cour constitutionnelle allemande a souhaité mettre en place un numéro pour les terroristes islamistes qui souhaitent s'en sortir. Une mesure qui entre dans le cadre d'un programme dédié aux musulmans sous l'influence de structures terroristes et fondamentalistes. Le programme s'adresse aux jeunes militants islamistes ou ceux «en passe de le devenir» et prévoit également l'ouverture d'un site internet.

A l'origine de ce programme, la publication du rapport annuel 2009 de la Cour constitutionnelle allemande sur la menace terroriste. Une menace prise très au sérieux. En Allemagne, près de 36.270 personnes seraient plus ou moins liées à des groupes islamistes radicaux.

La plus grande crainte des autorités, c'est que des musulmans se rendent à la frontière afghane et pakistanaise et se lient là-bas à des organisations terroristes. Selon la Cour consitutionnelle et les services de renseignements fédéraux, 200 islamistes, femmes et enfants compris, auraient suivi des entraînements dans des camps pour apprendre à manier les armes et l'explosif. Le rapport précise que «sur ces 200 personnes, on a des indices concrets sur le fait que 65 ont achevé une formation paramilitaire».

Selon Heinz Fromm, président de la Cour constitutionnelle, le programme «pourrait contribuer à endiguer un peu le phénomène». Objectif: prévenir le risque d'attentat. La méthode avait fait, semble-t-il, ses preuves avec des néo-nazis et des terroristes d'extrême droite. Avec un programme similaire: mise en place d'une hotline et d'un site internet dédiés. Lancé le 17 avril  2001, le dispositif aurait contribué à faire sortir 120 personnes de la voie du fanatisme.

L'idée est de soutenir ceux qui souhaitent décrocher. A n'importe quelle heure du jour et de la nuit, un numéro spécial est à leur disposition. Au bout du fil, un conseiller prêt à raisonner le terroriste en voie de réinsertion. Les «écoutants» doivent pouvoir dialoguer en turc, en arabe et d'autres langues.  

D'après le Spiegel, la ligne aurait été ouverte cette semaine durant deux jours pour un test. Et le chroniqueur d'ironiser sur l'argent du contribuable et l'utilité d'un tel programme.

[Lire l'article sur die Zeit, et sur der Spiegel]

Photo: Telephone / sfllaw via Flickr CC License by

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte