France

Stéphane Guillon et Didier Porte remerciés

Slate.fr, mis à jour le 23.06.2010 à 11 h 57

Stéphane Guillon sur France Inter (capture d'écran)

Stéphane Guillon sur France Inter (capture d'écran)

Il n'y a pas qu'au sein de l'équipe de France qu'on assiste à des échanges de gros mots et des règlements de compte plus ou moins publics. Stéphane Guillon l'avait annoncé dans sa chronique du mercredi 23 juin lors de sa dernière édition 2010 de la matinale—«Allez allez mesdames et messieurs, dernière chronique du trublion Stéphane Guillon, on en profite à fond c'est la dernière!»—, Jean-Luc Hees le confirme au Monde: la nouvelle grille de France Inter se fera sans Stéphane Guillon. L'humoriste ne retrouvera pas d'autre créneau horaire sur la radio, et les chroniques humoristiques en général n'auront plus leur place dans la matinale:

Je considère que cette tranche d'humour est un échec. Elle a montré une grande misère intellectuelle dont je ne m'accommode pas. Il n'y aura pas de changement d'horaire ni de remplaçants. Ce qui ne fait pas rire à 7 h 55 ne me fera pas plus rire à 3heures du matin. Je sais qu'en prenant cette décision, il y a un risque. Mais j'assume!

Dans sa chronique, Guillon pressentait qu'il ne serait pas reconduit:

C'est ma dernière chronique. Enfin je crois. J'essaye de deviner les choses par moi-même. C'est la nouvelle mode ici: personne ne sait rien. On apprend son sort en lisant la presse, Télé loisirs en ce qui me concerne j'en ai parlé hier, ou en croisant un camarade dans le couloir [...] France Inter, une radio de gauche qui licencie comme la pire entreprise de droite.

L'humoriste fait un parallèle entre ce qu'il se passe en interne au sein de la chaîne et la bâche qui recouvre le toit de station pour cause de travaux, sur laquelle est inscrite «C'est bien la première fois que nous avons quelque chose à vous cacher»:

Vu le nombre de choses que la direction nous cache, on devrait bâcher tout le batiment. France Inter en burqa. On circulerait dans le noir avec des lampes torches, ça serait raccord avec l'ambiance.

Il en a également profité pour faire son bilan, revendiquant «deux millions d'auditeurs, quatre millions d'oreilles» par jour.

Dans un communiqué envoyé à l'AFP, Didier Porte, qui a son créneau humoristique dans la matinale du jeudi et avait répété à plusieurs reprises «J'encule Nicolas Sarkozy» dans une de ses chroniques mettant en scène Dominique de Villepin, annonce qu'il a été licencié de France Inter.

Ces annonces arrivent à la veille de la présentation de la grille de rentrée de France Inter, alors que les tensions sont vives entre les dirigeants de la radio et les journalistes. Ceux-ci ont voté une motion contre Philippe Val, directeur de la station, et Laurence Bloch, directrice adjointe, pour dénoncer la suppression de l'émission sur l'actualité internationale «Et pourtant elle tourne», et du magazine culturel «Esprit critique».

[Regarder la chronique sur le site de France Inter, lire un extrait de l'interview de Jean-Luc Hees sur Lemonde.fr]

Photo: Stéphane Guillon sur France Inter (capture d'écran)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte