Monde

Le cadeau de Franco à Hitler

Slate.fr, mis à jour le 22.06.2010 à 11 h 54

«Une histoire qui change l'histoire»... Alors qu'après la défaite des nazis en 1945, le gouvernement espagnol a tenté de détruire toute preuve de coopération avec les Allemands, et ce avec un relatif succès auprès de l'opinion mondiale, un document vient d'être retrouvé dans des archives espagnoles par le journaliste Jacobo Israel Garzón: ce qu'El Pais nomme «le cadeau de Franco à Hitler».

Ce qu'a essayé de démontrer l'Espagne franquiste n'était pas seulement un mensonge de  propagande. Car dans la dictature, il y a eu la tentation de contribuer à éradiquer «le problème juif» en Europe.

Le document officiel est daté du 13 mai 1941. L'auteur, le chef de sécurité de Franco, y ordonne à tous les gouverneurs de province de préparer une liste de tous les juifs de leur région, «incluant des détails sur leur tendances politiques et sur leur vie personnelle, leur métier, leur niveau de vie et le niveau de menace qu'ils représentent».

Francisco Franco, dictateur fasciste de l'Espagne de 1939 jusqu'à sa mort en 1975, a donc par ce document facilité la tâche des Nazis pour localiser les 6.000 juifs du territoire espagnol, les déporter et les tuer. La liste aurait été transmise à Heinrich Himmler qui mit en oeuvre la Solution Finale. Celui-ci avait d'ailleurs expressément demandé une liste qui inclue les juifs convertis au christianisme. Le document parle des juifs comme de la «race infâme».

Une neutralité traître

A cette époque, l'Espagne et l'Allemagne négociant sur l'entrée de l'Espagne dans les pays de l'Axe. Finalement aucune alliance n'a été signée et l'Espagne est restée neutre. Ce qui a permis par la suite à Franco de prétendre qu'il avait aidé les juifs d'Espagne.

Les historiens sont unanimes: l'Espagne fasciste n'est certainement pas restée neutre à cause d'un différent idéologique vis-à-vis de l'Axe, mais uniquement parce que la Guerre civile de 1936-1939 l'avait laissée dans une situation économique désastreuse.

El Pais souligne que Franco n'a pas construit de camps de concentration sur le territoire espagnol, ni envoyé par ses propres moyens des juifs en Allemagne, mais

Il n'a pas du tout mis en oeuvre les moyens pour sauver les juifs que la neutralité de l'Espagne aurait permis.

Le quotidien rappelle également que de 1941 à 1943 le dictateur a envoyé 18.000 volontaires pour combattre aux côtés des Allemands sur le front est. Le comble du cynisme s'est manifesté quand Franco a dû négocier avec les alliés vainqueurs du réglement de dettes avec l'Allemagne.

La délégation espagnole a osé demander compensation pour les dommages causés par les nazis au patrimoine des séfarades de Tessalonique.

Le représentant anglais McCombe eut alors à rappeler au cours de la réunion que l'Espagne n'avait jamais protesté contre la persécution de ses compatriotes par les nazis.

De leur côté, avec une forte prise de risque, de nombreux diplomates espagnols à travers l'Europe ont sauvé des milliers de juifs, en leur procurant des visas ou en les abritant dans des consulats espagnols et des ambassades en Hongrie, France, Grèce, Allemagne, Bulgarie et Roumanie.

[Lire l'article d'El Pais]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: Francisco Franco, Revista Argentina "Siete Dias Ilustrados'
Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte