Monde

Mark Zuckerberg risque la peine de mort au Pakistan

Temps de lecture : 2 min

En mai dernier, Facebook avait hébergé un concours de dessins du prophète Mahomet. Un concours qui avait provoqué un scandale dans plusieurs pays musulmans, dont le Pakistan. Le pays avait bloqué l'accès à Facebook et Youtube pendant 15 jours. Les sites en question n'ont été rouverts à la population pakistanaise qu'une fois retiré par Facebook le contenu, jugé offensant. Pour certains religieux, les sanctions n'avaient pas été assez fermes envers l'entreprise. The Register nous apprend que des avocats pakistanais ne souhaitent pas en rester là. Ils veulent engager des poursuites à l'encontre de Mark Zuckerberg, fondateur du site Facebook. Dans leur ligne de mire également les cofondateurs, Dustin Moskovitz et Chris Hughes, ainsi que Andy, la femme allemande à l'origine du concours de dessin incriminé.

L'affaire est sérieuse: au Pakistan, le blasphème contre Mahomet est passible de peine de mort. Muhammad Azhar Siddique, avocat, a lancé une enquête criminelle au motif que Facebook a commis un crime haineux au regard de la section 295-C du code pénal pakistanais:

L'emploi de remarques désobligeantes, eu égard au respect du Saint Prophète, écrites ou orales, qu'il s'agisse d'une représentation visible, d'une insinuation, directe ou indirecte, entachant le nom du Saint Prophète Mahomet (que la paix soit avec lui) sera puni de mort, d'une condamnation à l'emprisonnement à vie, et sera également passible d'une amende.

Pour le moment, aucune plainte n'a été déposée. Du côté de Facebook, on ne souhaite pas commenter cette affaire judiciaire.

[Lire l'article sur The Register]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: Mark Zuckerberg, PDG et fondateur de Facebook, Rick Wilking / REUTERS

À LIRE ÉGALEMENT: Les Pakistanais privés de Facebook et Youtube, Interdire toute critique des religions

 

 

Slate.fr

Newsletters

La Chine fait précisément ce que Trump lui a demandé de ne pas faire

La Chine fait précisément ce que Trump lui a demandé de ne pas faire

Certains experts estiment que Pékin pourrait bien laisser décroître encore plus la valeur de sa monnaie par rapport au dollar.

Transition des jeunes trans*, quand science et militants divergent

Transition des jeunes trans*, quand science et militants divergent

L'article d'une chercheuse américaine, qui examine la possibilité d’un effet de dynamique de groupe pour les jeunes filles s’identifiant comme trans*, a suscité l'ire de certains groupes militants.

Homme libre, toujours tu chériras le cannabis

Homme libre, toujours tu chériras le cannabis

[Blog, You will never hate alone] À partir de mercredi, le Canada autorisera la vente libre de cannabis. Une révolution métaphysique qui changera, à coup sûr, le visage du Canada et celui de l'humanité toute entière.

Newsletters