Economie

Le monde appartient (presque) aux femmes

Slate.fr, mis à jour le 21.06.2010 à 17 h 32

Une écolière au Texas, librairie du Congrès, ca 1943 par John Vachon

Une écolière au Texas, librairie du Congrès, ca 1943 par John Vachon

Pour la première fois, le nombre de femmes a dépassé le nombre d'hommes au sein de la main-d'oeuvre aux Etats-Unis début 2010, rapportait The Economist (inscription gratuite). Cette année toujours, trois Américaines obtiendront un diplôme universitaire pour deux Américains. The Atlantic revient sur ce phénomène et se demande si la société post-industrielle n'est pas plus adaptée aux femmes qu'aux hommes.

Le magazine affirme que, grâce à l'économie mondiale, la préférence pour la naissance de garçons qui a jusque-là toujours prédominée s'érode lentement, et prend en exemple le changement de mentalités en Corée du Sud, où seules 15% des femmes estimaient qu'elles «devaient avoir un fils» en 2003, contre 50% en 1985.

Les raisons derrière ce changement sont d'abord simplement darwiniennes: les économies qui réussissent ne se fondent plus sur la force physique mais sur la réflexion et la communication, des qualités partagées par toute la population, et non plus seulement la moitié. En 2006, l'OCDE a d'ailleurs calculé que, à quelques exceptions près, la santé économique d'un pays allait de pair avec le pouvoir donné à ses citoyennes.

Aux Etats-Unis, The Atlantic estime que la crise n'a fait qu'accélérer un phénomène économique qui existe depuis au moins 30 ans en touchant les secteurs les plus identifiés aux hommes: la construction, l'industrie automobile, la finance. Treize des quinze secteurs d'emplois les plus à même de croître dans la décennie sont principalement occupés par les femmes (les deux autres sont «agent d'entretien» et «ingénieur-informaticien»). Certes, celles-ci continuent de gagner moins que les hommes et de s'occuper davantage des enfants, et les hautes sphères de la société sont toujours dominées par les hommes. Mais le magazine est convaincu que cette ère arrive à sa fin, particulièrement dans la classe ouvrière.

Ironiquement, ces secteurs où les femmes dominent s'inscrivent toujours dans les clichés des rôles homme/femme: infirmière, cuisinière, nounou ou maîtresse, aide à domicile..., mais désormais les femmes sont payées pour ce travail. Théoriquement, il n'y a aucune raison pour que les hommes ne soient pas aptes à ces postes, mais on ne les y trouve pas.

Dans la classe moyenne aussi, les femmes prennent de plus en plus de pouvoir, même si elles sont pour l'instant toujours bloquées par un plafond de verre au moment d'accéder aux postes de plus haute responsabilité. Mais l'an dernier, les quelques femmes PDG américaines ont gagné 43% de plus que leurs homologues masculins, et ont reçu des augmentations plus importantes.

Les jeunes femmes sont de plus en plus nombreuses à obtenir des diplômes post-bac, et les jeunes hommes ont eux tendance à lâcher leurs études en cours de route, ou à ne pas oser s'y remettre plus tard dans leur vie.

[Lire l'article dans The Atlantic]

À LIRE ÉGALEMENT: Parité: Où sont les femmes?; Les femmes des évêques; Mars, Vénus, et les journalistes; Si ça continue, on arrête les bébés!

Photo de une: No Known Restrictions: Texas School Girl ca. 1943 by John Vachon (LOC) via Flickr CC License By

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte