Sports

Jacques Attali: je souhaite la défaite des Bleus

Temps de lecture : 2 min

Une défaite contre l'Afrique du sud nous débarrasserait de ces médiocres et donnerait une ultime joie aux sud-africains.

Au lendemain du match perdu contre le Mexique, après les insultes et les palinodies pathétiques des joueurs, des entraineurs et des dirigeants français, on a eu droit aux simagrées de la classe politique, expliquant que, malgré tout, il fallait  espérer en la victoire des Bleus, et que, d'ailleurs, il leur restait une petite chance.

Une petite chance de quoi? De voir ces médiocres, arrivés en Afrique du Sud grâce à un acte d'anti-jeu, restés en s'insultant les uns les autres, passer un peu plus de temps dans les palaces locaux aux frais de la Fédération?

Pas question: je souhaite leur défaite le mardi 22 juin contre l'Afrique du sud. Cette défaite aurait trois avantages.

D'abord, elle nous débarrasserait de tous ces médiocres, (joueurs, entraineurs, et dirigeants), qui, ayant construit une équipe indigne de porter le maillot bleu, devraient avoir ensuite la décence de démissionner sans attendre d'être virés.

Ensuite, elle donnerait une ultime joie aux Sud-Africains, qui font tant d'efforts pour bien recevoir leurs hôtes, qui ont dépensé des fortunes pour que les gens riches venus d'Europe ne manquent de rien, qui se sont sacrifiés pour pouvoir supporter leurs joueurs, qui, eux, jouent à fond chacun de leurs matchs.

Enfin, parce qu'elle  fonctionnerait comme un signal d'alarme et permettrait de réfléchir, au-delà du football, à ce travers français, qui consiste à vivre sur ses acquis, à se contenter de ses gloires antérieures, à ne pas comprendre que tout est sans cesse remis en cause, que la gloire est le pire ennemi de la puissance. Et la nostalgie le pire poison de l'avenir.

Tout à commencé avec le lamentable coup de boule de Zidane. Tout a continué avec la honteuse main de Henry. Déjà, on aurait du sévir. Rien, ni alors, ni maintenant.

Rien n'est plus triste que de voir ministres, dirigeants de l'opposition, qui se disputent sur tout, s'unir pour souhaiter, une fois de plus, la survie provisoire de l'illusion française. Comme on les voit, ailleurs, s'obstiner à ne pas parler des vrais enjeux économiques, géopolitiques, technologiques du pays, jusqu'à ce que ceux-ci nous rattrapent.

Puisse une élimination honteuse de cette équipe pitoyable lors de cette Coupe du Monde de football nous réveiller et nous pousser à tout faire pour ne pas subir une autre élimination, bien plus terrible encore, dans le gigantesque affrontement géopolitique, dont nous vivons aujourd'hui en spectateur les commencements.

Jacques Attali

LIRE EGALEMENT SUR LES BLEUS:   Les journalistes, ces ennemis, Le général Domenech sur sa ligne Maginot, Le logiciel France a quitté inopinément... veuillez relancer l'application et Nous sommes tous des Irlandais.

Image de Une: Le Mexicain Cuauhtemoc Blanco marque le deuxième but de son équipe contre la France Adnan Abidi / Reuters.


Jacques Attali

Newsletters

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Ce qu'il faut avoir en tête quand vous choisissez les activités extra-scolaires de vos enfants

Foot, natation, danse ou musique?

Supporter le Toulouse Football Club, ce drôle de sacerdoce

Supporter le Toulouse Football Club, ce drôle de sacerdoce

Alors que le club occitan joue son maintien en Ligue 1, un dernier carré de supporters tente de résister aux résultats décevants.

Les journalistes fadas de l’OM, déchirés entre passion et déontologie

Les journalistes fadas de l’OM, déchirés entre passion et déontologie

Les soirs de victoire, l’Olympique de Marseille, qui dispute ce mercredi 16 mai la finale de la Ligue Europa, met le feu à toute une ville. Mais pour les journalistes, souvent fans de l'équipe phocéenne, certaines limites professionnelles s'imposent.

Newsletters