France

«Ils se batturent», la grosse faute de Sarkozy

Slate.fr, mis à jour le 21.06.2010 à 9 h 59

La Sarkolangue s'enrichit d'une nouvelle expression. Lors des commémorations à Londres du 70e anniversaire de l'appel du Général de Gaulle, le chef de l'Etat a rendu un vibrant hommage aux résistants: «Quelles qu'avaient pu être avant la guerre leurs opinions, ils se batturent tous au fond pour la même idée de la liberté, la même idée de la civilisation». Aïe, la faute de conjugaison.

Les correcteurs du Monde.fr qui tiennent le blog Langue Sauce Piquante se sont moqués de cette énorme faute de Nicolas Sarkozy en lui adressant une lettre ouverte:

Monsieur le président, [...] courez vite acheter le Bescherelle – ce manuel de conjugaison ne constitue pas une bien lourde dépense pour l’Etat – et allez directement à la page concernant le verbe “battre” (ce petit livre est très commode à utiliser : les dernières pages comportant une liste des verbes par ordre alphabétique, vous y trouverez donc facilement celui-là). [...] Puis, en tenant fermement le livre ouvert à la page dite, laissez glisser vos yeux et votre doigt vers la colonne “Passé simple” de ce verbe.

La faute de conjugaison a été corrigée dans la version restranscrite du discours sur elysee.fr. Mais comme le répètent souvent les attachés de presse de l'Elysée aux journalistes qui ont accès aux discours du Président avant qu'il les prononce, «seul le prononcé fait foi». Nous nous en tiendrons donc au prononcé.

C'est loin d'être la première fois que Nicolas Sarkozy fait une faute de grammaire, de conjugaison ou de construction de phrase. Voici quelques exemples tirés de notre guide de la Sarkolangue:

- «On commence par les infirmières parce qu'ils sont les plus nombreux» - Rambouillet le 13 mars 2009, plan de réforme des hôpitaux.

- «Je sors de ma douche parce que j'étais faire sport» - Rencontre avec des lectrices de Femme Actuelle en mai 2009.

- «Qu'est-ce que j'm'aperçois?» et «Si y en a que ça les démange d'augmenter les impôts...» - Le 17 mars 2009, devant les ouvriers d'Alstom à Ornans.

- «C'est quand même agréable de voir des hauts fonctionnaires à qui vous comprenez quand y parlent» - Provins, 20 janvier 2009.

«Descends un peu! Si t'as que... Si tu crois que... Si tu crois que... Si tu crois qu'c'est en insultant qu'tu vas régler le problème des pêcheurs, et ben pe-permets moi d'te dire, permets moi... pe-pe-tu-tu-tu-tu-tu... Eh ben viens!» - Le 6 novembre 2007, devant les pêcheurs du Guilvinec.

[Lire l'article des correcteurs du Monde.fr et notre guide de la Sarkolangue]

Image de Une: Nicolas Sarkozy à Aubervilliers Gonzalo Fuentes / Reuters

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte