Culture

Le dessin d'un cerveau caché par Michel-Ange dans la chapelle Sixtine

Temps de lecture : 2 min

Séparation de la lumière des ténèbres via Wikimedia Commons
Séparation de la lumière des ténèbres via Wikimedia Commons

Michel-Ange aurait caché un croquis anatomique sur le plafond de la chapelle Sixtine pour braver l'Eglise, rapporte le Telegraph qui cite deux neuro-scientifiques américains.

Les scientifiques affirment avoir reconnu le dessin d'un cerveau humain habilement dissimulé entre le menton et le cou de Dieu dans la première partie de la fresque, celle qui dépeint la séparation de la lumière des ténèbres au moment de la création du monde.

Des historiens de l'art s'interrogeaient régulièrement sur l'étrange forme du cou, supposant parfois y voire un goître, mais les scientifiques ont développé une toute autre théorie:

Nous pensons que Michel-Ange, un homme profondément religieux et un anatomiste accompli, a voulu améliorer le sens de ce tableau, et possiblement démontrer sa connaissance en anatomie en cachant cette interprétation neuro-atomique sophistiquée dans l'image de Dieu.

Toujours dans la même fresque, ils affirment également avoir repéré une moelle épinière et un nerf optique dans les plis de la tunique divine. Ce n'est pas la première fois que l'on discerne des schémas anatomiques dans le travail de l'artiste: en 1990, un docteur américain écrivit un article défendant la présence cachée d'une vue de coupe d'un cerveau dans un autre tableau de la chapelle Sixtine.

Pour les scientifiques, Michel-Ange pourrait avoir voulu faire discrètement preuve de son savoir anatomique à une époque où l'Eglise Catholique n'appréciait pas ce genre d'études, qui nécessitaient de disséquer des cadavres. Il est également possible qu'il ait voulu mettre en images l'hérétique idée que les chrétiens pouvaient communier avec Dieu directement, et non pas à travers l'Eglise.

Le journal rappelle que les relations entre Michel-Ange et le Vatican se sont dégradées tout au long de sa carrière: il s'est disputé avec le Pape Jules II quant au paiement de son travail sur la sixtine Chapelle, et a fini par haïr ce qu'il estimait représenter l'extravagance et la vanité de l'Eglise.

[Lire l'article sur le site du Telegraph]

Photo: Séparation de la lumière des ténèbres via Wikimedia Commons

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

 

En savoir plus:

Slate.fr

Newsletters

Une rentrée 2019 sous le signe des arts lyriques à l’Opéra-Comique

Une rentrée 2019 sous le signe des arts lyriques à l’Opéra-Comique

En cet automne, (re)découvrez une scène historique de la capitale qui met à l’honneur le répertoire lyrique français tout en faisant la part belle à la création contemporaine et aux innovations artistiques.

«Martin Eden», la légende du siècle

«Martin Eden», la légende du siècle

Le film de Pietro Marcello réinvente le grand livre de Jack London pour une traversée hallucinée et lucide d'un passé porteur des promesses, des menaces et des fantômes du présent.

«Sorry for Your Loss», pour en finir avec le deuil parfait

«Sorry for Your Loss», pour en finir avec le deuil parfait

La télévision n'a plus peur d'aborder les questions de santé mentale, et elle commence à comprendre comment le faire intelligemment. La preuve avec «Sorry for Your Loss».

Newsletters