Monde

Mississippi: la propriété de luxe proposée sur Airbnb était une ancienne maison d'esclaves

Temps de lecture : 2 min

Dans les années 1830, le Panther Burn Cottage abritait les esclaves de la plantation de Greenville.

«À aucun moment ça n'est acceptable.» | dennisflarsen via Pixabay
«À aucun moment ça n'est acceptable.» | dennisflarsen via Pixabay

Cela commence comme une annonce Airbnb totalement normale, vantant les mérites d'une résidence luxueuse, le Panther Burn Cottage, disponible à la location dans l'État américain du Mississippi et disposant apparemment de tout le confort moderne. Mais la suite du texte, raconte le Washington Post, s'avère nettement moins habituelle: on peut y lire que le logement en question était utilisé comme «habitation d'esclaves dans les années 1830».

La location se situe à Greenville, ville de l'ouest du Mississippi, à deux pas de plantations où des membres de la population noire furent contraints de travailler sans relâche au profit de leurs propriétaires blancs. Elle faisait également office de centre médical de fortune pour les esclaves dont l'état était le plus préoccupant.

Il a fallu une vidéo TikTok publiée le 29 juillet par l'avocat noir Wynton Yates pour que le scandale éclate au grand jour. Présentant l'annonce alors disponible sur Airbnb, ce dernier exprimait sa colère: «L'histoire de l'esclavage dans ce pays est constamment niée, et elle est à présent moquée à travers cette transformation en un lieu de vacances luxueux. À aucun moment ça n'est acceptable.»

L'entreprise a rapidement présenté ses excuses «au nom des traumatismes et des deuils» qu'elle a pu raviver, ainsi que pour son manque de réactivité dans la suppression d'une telle annonce. Lundi 1er août, via son porte-parole Ben Breit, Airbnb a indiqué qu'à partir de maintenant, elle «supprimait les annonces concernant d'anciennes habitations d'esclaves aux États-Unis». Entre-temps, la vidéo de Yates, avocat en droit civil basé à La Nouvelle-Orléans, a été vue plus de 2,7 millions de fois.

Ben Breit a aussi déclaré que l'entreprise souhaitait travailler avec des experts dans le but développer «une politique pédagogique qui traiterait correctement les lieux associés à l'histoire de l'esclavagisme». «Les propriétés qui abritaient autrefois des esclaves n'ont pas leur place sur Airbnb», a-t-il ajouté.

Le propriétaire du Panther Burn Cottage, Brad Hauser, a accepté de répondre aux questions du Washington Post. Propriétaire de cette habitation depuis environ un mois, il affirme que «c'est le précédent possesseur des lieux qui avait tourné l'annonce de cette façon», et que lui-même était «fortement opposé» à cette manière de faire.

Sur leurs deux oreilles

Hauser ajoute que son objectif est pédagogique: il s'agirait d'offrir aux personnes réservant sur Airbnb «une peinture historique précise» de la vie dans la plantation. Ce qui reste une forme de tourisme colonial. «Faire de l'argent grâce à l'esclavage ne m'intéresse pas», a assuré l'homme, qui a lui aussi présenté ses excuses pour cette annonce «insultante à l'égard des Afro-Américains descendants d'esclaves».

Wynton Yates, qui a publié d'autres vidéos sur TikTok à propos de cette polémique, continue de s'exprimer sur le sujet pour que le message atteigne le plus grand nombre: «Voir des mariages et des événements organisés dans des lieux marqués par l'esclavage, comme des plantations, ça me rend malade depuis toujours. Mais là, on atteint un niveau supplémentaire d'irrespect.»

Le contraste entre l'utilisation du Panther Burn Cottage au XIXe siècle, lorsqu'il abritait quatre-vingts esclaves noirs, et ce que les Blancs en font aujourd'hui est «inconcevable», poursuit Yates. L'avocat pointe également du doigt les critiques positives laissées par les utilisateurs sur Airbnb à propos de cette location: «C'est à la fois historique et élégant», lit-on par exemple. «Quel endroit charmant où séjourner pour une nuit ou deux!», affirme un autre locataire. Il y a des personnes capables de dormir sur leurs deux oreilles en séjournant dans un tel lieu.

Newsletters

Salman Rushdie, symbole des lignes de faille cachées entre Orient et Occident

Salman Rushdie, symbole des lignes de faille cachées entre Orient et Occident

La fatwa lancée contre lui en 1989 a transformé l'auteur en icône culturelle représentant l'importance de la liberté d'expression de l'écrivain.

En Floride, une orpheline de 16 ans, jugée «pas assez mûre», est privée d'IVG

En Floride, une orpheline de 16 ans, jugée «pas assez mûre», est privée d'IVG

Une décision confirmée en appel malgré les réticences de l'un des juges.

Stromboli, l'île volcanique au pouvoir de destruction absolu

Stromboli, l'île volcanique au pouvoir de destruction absolu

Au mois de mai, l'équipe de tournage d'une série italienne a mis le feu au volcan. Un acte imprudent d'humains qui ont voulu singer la colère rouge d'Iddu, auquel on ne peut s'empêcher d'attribuer une personnalité mi-humaine, mi-divine.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio