Que c'est bon d'être ronchon

Slate.fr, mis à jour le 17.06.2010 à 15 h 29

Votre café est froid, c'est la crise, vous avez mal dormi, et en plus il pleut. Vous êtes râleurs? Souvent vu comme un défaut, être grognon pourrait bien devenir tendance. BBC News fait état d'une étude réalisée par le professeur Forgas, expert australien en psychologie, qui vient bousculer nos croyances.

Face aux sourires éclatants des gens heureux, les grognons aux sourcils froncés seraient meilleurs dans la prise de décision. Chacun ses atouts: les adeptes du bonheur ont pour eux la créativité, les grincheux sont plus concentrés. Oui, que les Français, champions des râleurs, se rassurent: être grognon est un atout, selon le psychologue australien.

Publiée par l'Université de New South Wales en Australie, l'étude montre que le cerveau des gens grincheux est plus performant dans ses situations exigeantes intellectuellement. Ces résultats ont été tirés de l'expérience. Des volontaires ont visionné une série de films. Successivement, on leur a demandé de repenser à des événements positifs ou négatifs de leurs vies. Le but: les mettre de bonne ou de mauvaise humeur. Une fois conditionnés, ils ont dû accomplir différentes tâches. Et les conclusions sont plutôt bonnes pour les grincheux: ils feraient moins de fautes et seraient de meilleurs communicants.

Le professeur Forgas avait déjà prouvé que la météo avait une influence sur nous. Sous la pluie, notre mémoire est renforcée alors qu'on est davantage tête en l'air sous le soleil. Une bonne nouvelle pour les habitants de régions grises et pluvieuses, assurés de ne rien oublier. Pas même leur  parapluie. Au sujet de cette nouvelle étude, il a déclaré:

Alors qu'être de bonne humeur favorise la créativité, la flexibilité, la coopération et la confiance, être grincheux rend la pensée plus attentive et plus précise. La mauvaise humeur renforce aussi l'attention portée au monde extérieur.

Et d'ajouter:

Etre un peu de mauvaise humeur favorise un mode de communication plus concret, plus efficace.

Qu'en pensent les principaux intéressés? Morceaux choisis des réactions publiées par la BBC:

«Je trouve que je suis plus heureux quand je râle un peu» ou encore «Râler ou être dépressif est intrinsèquement lié à la pensée. Quand on est heureux en permanence, on ne s'intéresse qu'à la surface des choses et on n'examine rien en profondeur.»

[Lire l'article sur BBC News]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: March 5th, 2007/ctoverdrive via Flickr CC License by

 

Slate.fr
Slate.fr (9124 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte